Benjamin Stora
Historien, professeur des universités
Abonné·e de Mediapart

108 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 avr. 2008

Quelles résonances de 68?

Quarante ans après, l’événement mai 1968 et les mouvements d’avant-garde liés à cette période sont devenus sujets de thèse, objets de muséographie et valeurs cotées. Des documentaires aux images proclamées inédites, et déjà vues cent fois, aux beaux livres en forme d’albums photos coûteux, 68 est une séquence de commémoration devenue officielle, et passage obligé pour comprendre notre siècle. On l’enseigne dans les séminaires universitaires, on le compresse en dictionnaires et encyclopédies. L’esprit de mai est devenu un objet de consommation courant, fleurant bon le commerce.

Benjamin Stora
Historien, professeur des universités
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quarante ans après, l’événement mai 1968 et les mouvements d’avant-garde liés à cette période sont devenus sujets de thèse, objets de muséographie et valeurs cotées. Des documentaires aux images proclamées inédites, et déjà vues cent fois, aux beaux livres en forme d’albums photos coûteux, 68 est une séquence de commémoration devenue officielle, et passage obligé pour comprendre notre siècle. On l’enseigne dans les séminaires universitaires, on le compresse en dictionnaires et encyclopédies. L’esprit de mai est devenu un objet de consommation courant, fleurant bon le commerce. Dans un essai publié en tête du numéro 2 du « Surréalisme au service de la révolution » André Breton proposait de distinguer deux modes principaux de production intellectuelle : « 1 : Celui qui a pour objet de satisfaire chez l’homme l’appétit de l’esprit, aussi naturel que la faim. 2- Celui qui a pour objet de satisfaire chez le producteur des besoins tout à fait autres (argent, honneurs et gloires) ». On peut donc, à propos d’un événement si effervescent et si radical qu’était Mai 68, emprisonner des objets dans des vitrines, classer sagement les défis, tenter d’utiliser « l’appétit de l’esprit », pour paraphraser Breton, des uns pour servir l’appétit d’honneur ou de gloire des autres. Mais quelque soient les possibilités infinies ouvertes à la récupération, il reste qu’une parole, un geste, un texte, un mouvement gardent obstinément leur charge subversive et leur radioactivité irrépressible. Les marchands qui font des affaires et les universitaires qui font carrière n’empêcheront pas, heureusement, le feu d’une révolte et l’essor d’une pensée de se transmettre et de se propager. Si les avant-gardes commercialisées servent aux malins à changer leur niveau de vie, pour d’autres elles demeurent d’abord ce qui peut les aider à changer leur vie.

A propos de 68, la question principale, à mon avis, est celle qui voit ce passé toujours agir notre présent, et de quelle manière.D’abord, 68 apparaît comme un « chiffre » révélateur, indice et symptôme des promesses inaccomplies dans le renversement des hiérarchies sociales. On préfère opposer à ce constat si évident l’image élitaire de la

Pour ceux qui se situent dans cette nouvelle histoire, enfants des immigrations post coloniales en particulier, Mai 68 peut apparaître, si l’on n’y prend pas garde, comme une révolte de jeunes protégés, s’ennuyant dans leur société de consommation et de plein emploi. Poursuivre l’esprit de Mai, c’est s’adresser à ces nouvelles catégories de populations, et non entretenir un mode de commémoration stérile, factice. Dire le toujours nouveau principe d’égalité des droits, combattre préjugés, fantasmes et racisme. Incarner l’esprit de combativité contre les ordres établis.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin