Benoit Cros
Journaliste @benoitcros
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 juin 2013

Le droit à l'avortement est menacé en Espagne

 Une loi à l’initiative du gouvernement de Zapatero avait définitivement accordé la sécurité juridique aux femmes qui avortent et leur prise en charge gratuite par la Sécurité Sociale. La droite actuellement au pouvoir en Espagne prétend revenir en arrière et repénaliser partiellement l’avortement.

Benoit Cros
Journaliste @benoitcros
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Une loi à l’initiative du gouvernement de Zapatero avait définitivement accordé la sécurité juridique aux femmes qui avortent et leur prise en charge gratuite par la Sécurité Sociale. La droite actuellement au pouvoir en Espagne prétend revenir en arrière et repénaliser partiellement l’avortement.

Zapatero avait enflammé la droite en 2010 en faisant voter la réforme de la législation sur l’avortement. Depuis 1985, l’avortement n’était dépénalisé que dans certains cas : viol, malformation du foetus ou danger pour la santé de la mère. La réforme autorisait l’avortement dans tous les cas jusqu’à la 14ème semaine de grossesse (rappelons qu’en France la limite est fixée à 12 semaines), jusqu’à la 22ème semaine en cas de risque pour la santé et au-delà de la 22ème semaine dans les cas les plus graves de malformation fœtale. La réforme prévoyait que l’avortement serait pris en charge par la Sécurité Sociale. Le Parti Populaire avait alors déposé un recours devant le Tribunal Constitutionnel.

Sans attendre la décision de cette haute institution, le PP est en train d’élaborer une réforme qui éliminerait tous ces nouveau droits et qui serait encore plus restrictive que la loi de 1985. Les détails du projet de loi ne sont pas connus mais le ministre de la Justice, Alberto Ruiz-Gallardón, souhaite retourner au système qui autorisait l’avortement dans certains cas. Mais il souhaite aller plus loin (ou plus en arrière si l’on veut) et ainsi interdire les avortements pour les cas de malformation du fœtus – même si cette dernière disposition fait encore l’objet d’un débat. Enfin, il veut que les parents des femmes de 16 à 18 ans qui avortent soient mis au courant, indépendamment de la volonté de la jeune femme.

Gallardón avait pourtant l’image du « progressiste » du Parti Populaire  - il avait notamment été à faveur du mariage homosexuel. Depuis son entrée au gouvernement, il semble vouloir donner une image plus droitière. Mais la réforme ne fait pas l’unanimité au sein de son parti et la gauche ainsi que les mouvements sociaux sont fortement mobilisés contre cette réforme. Des féministes ont ainsi réalisé un « escrache » (ce type de manifestations venu d’Argentine qui consiste à protester devant le domicile d’un homme politique) devant l’appartement de Gallardón.

Derrière ce projet de loin se trouve aussi l’ombre de l’Eglise catholique. La religion a perdu beaucoup de poids dans l’Espagne d’aujourd’hui, mais l’Eglise catholique dispose toujours d’un grand pouvoir et ses liens avec le Parti Populaire restent important. La nouvelle réforme éducative prévoit ainsi de donner plus de poids aux cours de religion à l’école.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Accusé d’agressions sexuelles, Éric Zemmour instrumentalise #MeToo à des fins racistes
Confronté au faible engouement de l’électorat féminin et aux accusations de violences sexuelles, l’entourage du candidat d’extrême droite tente de mettre en avant des femmes le soutenant. Mais leur discours se borne à instrumentaliser le mouvement féministe à des fins racistes.
par Sarah Benichou et Juliette Rousseau
Journal — Extrême droite
Serge Klarsfeld : « Il parle des musulmans comme on parlait des juifs »
L’historien et avocat, président de l’association Fils et filles des déportés juifs de France, dénonce la réhabilitation par le candidat d’extrême droite du régime de Vichy.
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès