En Espagne, la charité remplace la solidarité

La situation sociale de l'Espagne ne cesse de s'agraver: près d'un quart des actifs sont au chômage, la pauvreté infantile atteint les 26%, les centres de santé ferment, le déremboursement des médicaments s'impose, 300 familles sont expulsées chaque jour de leur logement. Mais le gouvernement catalan a trouvé la solution: la charité. Ce 27 mai aura lieu sur la chaîne publique TV3 le Téléthon de la Pauvreté. Ou comment transformer la pauvreté en une maladie.

La situation sociale de l'Espagne ne cesse de s'agraver: près d'un quart des actifs sont au chômage, la pauvreté infantile atteint les 26%, les centres de santé ferment, le déremboursement des médicaments s'impose, 300 familles sont expulsées chaque jour de leur logement. Mais le gouvernement catalan a trouvé la solution: la charité. Ce 27 mai aura lieu sur la chaîne publique TV3 le Téléthon de la Pauvreté. Ou comment transformer la pauvreté en une maladie.

C'est la fondation Marató de TV3, qui s'occupe du téléthon annuel destiné à différentes maladies rares, qui organise cet événement caritatif. Au programme, des reportages (qu'on espère larmoyants), des activités ludiques dans différentes communes, et même le tube des "Enfoirés" locaux. Une cinquantaine d'entreprises sponsorisent l'émission. La présence parmi celles-ci d'une des plus grandes banques, La Caixa, responsable de milliers d'expulsions de logement depuis le début de la crise, et de l'émission d'obligations dites "préférentielles" qui ont ruiné des milliers de petits épargnants, n'est pas passée inaperçue. 

Mais l'idée elle-même provient du gouvernement catalan, responsable de coupes dans les budgets sociaux et de durcissement des conditions d'accès au RMI. Il promeut ainsi la charité plutôt que la solidarité.

Les associations qui collaborent à ce projet sont évidemment dans une situation inconfortable, car elles ont vu les aides budgétaires se réduire avec la crise. Une rentrée d'argent est pour elles extrêmement importantes. Et c'est pourquoi elles ont dû taire leurs critiques et rentrer dans le jeu.

Au-delà de l'hypocrisie des acteurs gouvernementaux et économiques, le plus grave n'est-il pas d'utiliser le symbole du Téléthon pour lutter contre la pauvreté, en ne le considérant ni plus ni moins qu'une maladie?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.