Benoit Cros
Journaliste @benoitcros
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mai 2012

En Espagne, la charité remplace la solidarité

La situation sociale de l'Espagne ne cesse de s'agraver: près d'un quart des actifs sont au chômage, la pauvreté infantile atteint les 26%, les centres de santé ferment, le déremboursement des médicaments s'impose, 300 familles sont expulsées chaque jour de leur logement. Mais le gouvernement catalan a trouvé la solution: la charité. Ce 27 mai aura lieu sur la chaîne publique TV3 le Téléthon de la Pauvreté. Ou comment transformer la pauvreté en une maladie.

Benoit Cros
Journaliste @benoitcros
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La situation sociale de l'Espagne ne cesse de s'agraver: près d'un quart des actifs sont au chômage, la pauvreté infantile atteint les 26%, les centres de santé ferment, le déremboursement des médicaments s'impose, 300 familles sont expulsées chaque jour de leur logement. Mais le gouvernement catalan a trouvé la solution: la charité. Ce 27 mai aura lieu sur la chaîne publique TV3 le Téléthon de la Pauvreté. Ou comment transformer la pauvreté en une maladie.

C'est la fondation Marató de TV3, qui s'occupe du téléthon annuel destiné à différentes maladies rares, qui organise cet événement caritatif. Au programme, des reportages (qu'on espère larmoyants), des activités ludiques dans différentes communes, et même le tube des "Enfoirés" locaux. Une cinquantaine d'entreprises sponsorisent l'émission. La présence parmi celles-ci d'une des plus grandes banques, La Caixa, responsable de milliers d'expulsions de logement depuis le début de la crise, et de l'émission d'obligations dites "préférentielles" qui ont ruiné des milliers de petits épargnants, n'est pas passée inaperçue. 

Mais l'idée elle-même provient du gouvernement catalan, responsable de coupes dans les budgets sociaux et de durcissement des conditions d'accès au RMI. Il promeut ainsi la charité plutôt que la solidarité.

Les associations qui collaborent à ce projet sont évidemment dans une situation inconfortable, car elles ont vu les aides budgétaires se réduire avec la crise. Une rentrée d'argent est pour elles extrêmement importantes. Et c'est pourquoi elles ont dû taire leurs critiques et rentrer dans le jeu.

Au-delà de l'hypocrisie des acteurs gouvernementaux et économiques, le plus grave n'est-il pas d'utiliser le symbole du Téléthon pour lutter contre la pauvreté, en ne le considérant ni plus ni moins qu'une maladie?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux