Benoit Cros
Journaliste @benoitcros
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juil. 2013

Histoire d’un lynchage médiatique

Le conducteur du train Madrid-Ferrol ayant déraillé près de Saint-Jacques-de-Compostelle, avec un bilan de 78 morts, a d’ores et déjà été condamné par une partie de la presse espagnole.

Benoit Cros
Journaliste @benoitcros
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le conducteur du train Madrid-Ferrol ayant déraillé près de Saint-Jacques-de-Compostelle, avec un bilan de 78 morts, a d’ores et déjà été condamné par une partie de la presse espagnole.

Ce n’est pas nouveau. Lorsqu’il y a des catastrophes naturelles ou des accidents des transport, les médias sont pour certains impitoyables et rivalisent dans le voyeurisme et le manque de respect des victimes. L’accident du train Alvia en Galice ne déroge pas à la règle et le chauffeur du train en a fait les frais. L’accident a eu lieu le 24 juillet au soir vers 21h mais les médias n’ont pas tardé à porter les accusations. La publication d’une phrase qu’il a prononcé peu avant le déraillement – « je vais à 190 au lieu de 80 » - a lancé le lynchage médiatique.

Peu après, le journal de conservateur ABC (mais aussi El País, entre autres) s’est rendu sur son compte Facebook et a trouvé la photo d’un compteur indiquant 200 km/h. Elle était accompagnée d’un commentaire ironique sur la possibilité de recevoir une amende. Quoi qu’il en soit, il s’agissait d’une photo isolée dont on ne connaissait pas le contexte – d’ailleurs quoi d’étonnant à ce qu’un conducteur de TGV aille vite – mais la preuve de sa culpabilité était trouvée. Le lendemain la une de ce jounal était « Le conducteur se vantait de son goût pour la vitesse ».

La presse, qui a donc effectué sa propre enquête judiciaire durant ces jours, a finalement prononcé son verdict ce matin. « Homicide involontaire », a titré La Razón. Le journal droitier La Razón s’est rendu par la suite dans son quartier pour parler avec ses voisins, comme les médias ont l’habitude de faire lorsque la police arrête un assassin.

Je ne veux pas ennuyer le lecteur mais la liste des approximations et manipulations des informations et longues : l’information d’un ordre de détention émis par le juge a été publiée alors que le démenti du juge était déjà connu, des journaux ont insisté sur le refus du conducteur de déclarer devant la police alors que c’est son droit et qu’il a d’ores et déjà dit qu’il déclarera devant le juge (« Le conducteur esquive la police », dit El País). Etc.

Bien sûr, des médias ont rappelé sa détresse lorsque l’accident est survenu et l’aide qu’il a apportée à des victimes. Oui, c’est vrai, certains rappellent la carrière exemplaire de cet employé de Renfe (les chemins de fer espagnols) : 30 ans de service dont 10 en tant que conducteur et les plus de 50 fois qu’il a réalisé ce trajet sans aucune sanction ni avertissement. Oui, certains ont rappelé que la portion sur laquelle a eu lieu l’accident disposait d’un dispositif de sécurité moins perfectionné qu’ailleurs. Mais cela pèse-t-il lorsqu’on a détruit la vie d’un homme ? Sur quels faits se base-t-on pour affirmer son imprudence alors que sa carrière prouve le contraire? Peut-être a-t-il commis une erreur, l’enquête le dira. Mais des médias ont déjà décidé du verdict.

Mais au-delà de cela, ne peut-on pas admettre que l’erreur est humaine ? 

PS : Le journal ABC est un habitué des lynchages médiatiques. Voici la une du 28 novembre 2009. On peut y voir la photo d’un homme avec le titre suivant : « Le regard de l’assassin d’une fille de trois ans ». Quelques jours après, l'homme était lavé de tout soupçon.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Accusé d’agressions sexuelles, Éric Zemmour instrumentalise #MeToo à des fins racistes
Confronté au faible engouement de l’électorat féminin et aux accusations de violences sexuelles, l’entourage du candidat d’extrême droite tente de mettre en avant des femmes le soutenant. Mais leur discours se borne à instrumentaliser le mouvement féministe à des fins racistes.
par Sarah Benichou et Juliette Rousseau
Journal — Extrême droite
Serge Klarsfeld : « Il parle des musulmans comme on parlait des juifs »
L’historien et avocat, président de l’association Fils et filles des déportés juifs de France, dénonce la réhabilitation par le candidat d’extrême droite du régime de Vichy.
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves