Benoit Cros
Journaliste @benoitcros
Abonné·e de Mediapart

33 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mai 2012

Les Espagnols sont asphyxiés

Les mauvaises nouvelles s'accumulent pour l'Espagne, qui va devoir faire des sacrifices considérables pour sauver Bankia, l'une des principales banques du pays. 4 milliards, puis 15, 19, le coût de la recapitalisation sera finalement de 23 milliards d'euros. Les Espagnols, frappés par le chômage de masse et punis par une austérité budgétaire depuis trois ans, sont au bord de l'asphyxie.

Benoit Cros
Journaliste @benoitcros
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les mauvaises nouvelles s'accumulent pour l'Espagne, qui va devoir faire des sacrifices considérables pour sauver Bankia, l'une des principales banques du pays. 4 milliards, puis 15, 19, le coût de la recapitalisation sera finalement de 23 milliards d'euros. Les Espagnols, frappés par le chômage de masse et punis par une austérité budgétaire depuis trois ans, sont au bord de l'asphyxie.

Les sauvetage de banques ne cessent d'indigner les Espagnols, qui se demandent pourquoi ils doivent les financer par la régression sociale. Depuis 2010, ils ont dû subir: une hausse de 2 points de la TVA, une hausse de l'impôt sur la revenu, une réforme des retraites qui les obligera à travailler jusqu'à 67 ans, deux réformes du droit du travail qui réduisent considérablement les indemnités de licenciement, annulent pratiquement la contrainte des conventions collectives, mettent en place un contrat sans droit à indemnité pendant un an, une baisse drastique du budget de l'éducation et de la santé (déremboursement de médicaments, fermeture de centres de santés, limitation de l'accès au système de santé publique pour les sans-papiers, etc.), une réduction du salaire des fonctionnaires. Sans oublier les dizaines de milliers de personnes expulsées de leur logement, car devenues incapables de payer leur crédit.

Mais comment a-t-on pu en arriver là? Il faut rappeler le contexte de la bulle immobilière des années 2000, qui a permis une croissance qui faisait envie au reste de l'Europe. Les institutions financières y sont allées de coeur joie, offrant des crédits à tout-va, y compris à des personnes à faibles revenus (des prêts à 40 ans n'étaient pas rares). Qu'importe s'ils ne pouvaient les rembourser: grâce à la hausse continue des prix, la banque était certaine de récupérer sa mise. 

Ce sont les Caisses d'épargne, très nombreuses en Espagne, qui détiennent la plus grande partie de ces crédits douteux. Liées traditionnellement aux régions, elles ont financé des projets faramineux. Un exemple: l'aéroport de Ciudad Real. Vous ne connaissez pas cette charmante ville de Castille-La Manche? C'est peut-être parce qu'elle n'a que 74.000 habitants. Pas étonnant que son aéroport soit inutilisé.

Zapatero avait pour cela décidé d'y mettre de l'ordre et avait encouragé la fusion des caisses d'épargne et leur transformation en banque. C'est dans ce contexte-là qu'est née Bankia, grâce â la fusion de 7 caisses d'épargne dont Caja Madrid et Bancaja. Cette fusion n'a pas permis leur renforcement tant espéré. Bien au contraire. Elle a surtout fait naître un établissement "too big to fail" - il s'agit aujourd'hui de la quatrième institution financière du pays.

Les choses se sont compliquées hier pour le gouvernement espagnol. Son plan de sauvetage, qui prévoyait un renflouement de la banque par des bons du Trésor, a été refusé hier par la BCE. Aujourd'hui, la prime de risque atteint des sommets historiques (elle approche les 540 points à l'heure ou j'écris ces lignes).

Le gouvernement refuse toute commission d'enquête parlementaire ou comparution des responsables de Bankia et de la Banque d'Espagne devant le Parlement. Il refuse de remettre en question l'exemption de l'impôt foncier dont jouit l'Eglise Catholique. Un audit de la dette n'est même pas abordé. Mais le peuple espagnol, lui, devra payer. La Comission Européenne vient de demander une nouvelle hausse de la TVA, une accélération de la réforme des retraites et un durcissement des conditions d'accès aux allocations-chômage. Après la Grèce, le Portugal et l'Irlande, le sauvetage de l'Espagne aura peut-être lieu. Mais qui sauvera les Espagnols?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi