Nicolas Sarkozy élu en Israël

S'il existait un doute sur les objectifs de la création en 2009 de onze postes supplémentaires de députés pour les Français vivant à l'étranger[1], l'élection présidentielle vient de le balayer : Nicolas Sarkozy obtient 53% de leurs voix au deuxième tour[2]. Une enquête sociologique pourrait nous éclairer sur les raisons de cette différence avec le reste de la population française.

Seules trois circonscriptions ont donné la majorité à François Hollande : la 3e (îles britanniques et pays scandinaves avec 53% des voix), la 7e (Allemagne, Europe de l'est et Balkans : 55%) et la 9e (Maghreb et Afrique occidentale avec 65%). Pour cette dernière, on peut supposer des binationaux nés durant l'ère coloniale ou des travailleurs immigrés naturalisés durant leur séjour en France et retournés prendre leur retraite au pays. C'est également le cas de la Turquie dont 60% des Français expatriés possèdent également la nationalité turque et qui ont donné 73% de leurs suffrages à François Hollande.

En donnant 63% de ses voix à Nicolas Sarkozy, la 8e circonscription (Italie, Vatican, Saint-Marin, Malte, Grèce, Chypre, Turquie, Israël) lui a offert son meilleur score. Il convient de préciser que près de la moitié des électeurs inscrits sont des Israéliens dont la qualité de Français installés à l'étranger peut être mise en doute.

Après l'invitation à peine voilée du président du CRIF à voter pour le sortant[3] en évoquant la présence aux côtés de François Hollande d'alliés "qui manifestent une profonde hostilité à Israël ", leur taux de participation est passé de 15% à 20% entre les deux tours et 93% ont voté pour Nicolas Sarkozy. "Un score de dictateur" souligne avec un peu de gêne le journal en ligne israélien JSSNews, tandis que son confrère Guysen renchérit : "résultat digne d'une république bananière". Un record qui reflète l'intense conditionnement idéologique de la population israélienne dont la visite de sites en langue française comme celui du CRIF permet de se faire une idée :

L'exploitation jusqu'à la nausée de la tuerie de Toulouse en accusant les contempteurs de la colonisation des territoires occupés et des crimes de guerre commis à Gaza par l'armée israélienne, d'en être les inspirateurs. Un délire obsidional soigneusement entretenu pour contrôler politiquement la population. Antisémitisme bien sûr, qui qualifie la moindre critique à l'encontre de la politique israélienne. Délégitimation qui sous-entend que ces critiques reflètent une volonté de détruire l'état d'Israël.

Une voix isolée au milieu de ce bombardement médiatique, Ilan Greilsammer, professeur israélien de sciences politiques qui au lendemain du premier tour, souligne la perversité du vote israélien dans les élections françaises et incite ses concitoyens à l'abstention.

"C’est immoral de voter lorsque l’on ne vit pas dans le pays dans lequel se déroulent les élections".

Une immoralité qui ne dérange pas certains des candidats déclarés pour l'élection législative dans cette circonscription. Aux quatre premiers (après le retrait d'Edward Amiach) sont venus se joindre Pierre Jestin candidat écologiste résidant à Milan, Michèle Parravicini (Front de gauche), Corinne Rouffi (Radicale de gauche), Philippe Soussi (Alliance républicaine) et Michel Thooris, présenté par l'Union des français juifs, l'organisation juive du Front national. Ce dernier montre sans mal des idées du FN en parfaite adéquation avec celles du gouvernement israélien, en dépit des dénégations du CRIF.

 En plus de la candidate socialiste, Daphna Poznanski seule à afficher une expérience en matière de Français résidant à l'étranger et de la candidate officielle de l'UMP, Valérie Hoffenberg, ancienne déléguée en France d'une officine américaine de lobbying israélien, deux candidats semblent téléguidés par le CRIF, l'un vers les électeurs de droite, l'autre vers les électeurs de gauche. Philippe Karsenty est conseiller municipal à Neuilly-sur-Seine. Il s'est fait connaître par le harcèlement judiciaire qu'il mène depuis douze ans à l'encontre de Charles Enderlin, journaliste israélien de France2 coupable d'avoir imputé aux militaires israéliens la mort du jeune Mohammed al-Durah en 2000. Il a perdu tous ses procès, mais ne semble pas manquer de moyens financiers et symbolise le terrorisme procédurier à l'encontre des journalistes et hommes politiques qui entravent l'action du lobby israélien. Gil Taïeb dont l'épouse est conseillère municipale socialiste à Paris est connu pour ses actions caritatives en faveur d'Israël. Il a organisé entre autres dans le cadre de l'Association pour le bien-être du soldat israélien, des collectes de fonds au bénéfice de l'armée israélienne qui ont fait scandale il y a quelques années.

Ces deux derniers qui ne s'intéressent visiblement qu'à la promotion de la politique israélienne, se livrent au petit jeu réjouissant de l'improvisation de promesses électorales à destination des "Français installés à l'étranger". Ainsi Philippe Karsenty propose comme "mesure-phare" au profit des expatriés, la gratuité dans les écoles et lycées français :

je militerai pour que l’enseignement dans les écoles et les lycées français devienne entièrement gratuit pour tous les citoyens français qui résident hors de France. Ce ne serait que justice, car en matière d’éducation, le principe d’égalité et de gratuité de l’école devrait s’appliquer à tous les nationaux, quel que soit leur lieu de résidence[4]

On mesure évidemment les implications de cette proposition pour les israéliens baptisés pour l'occasion "citoyens français" alors que contrairement aux autres expatriés, ils ont quitté la France pour ne plus y revenir et que dans tous les forums de leurs sites d'information en ligne, ils en disent pis que pendre.

Ce qui surnage toutefois à travers leurs déclarations, c'est la détermination israélienne d'introduire dans l'Assemblée nationale un lobbyiste travaillant ouvertement à l'alignement de la politique extérieure française sur les intérêts de la droite nationaliste israélienne.

 


[1] Voir mon article du 13 décembre 2011 consacré à ce sujet.
[2] Source : Ministère des affaires étrangères. Résultats provisoires dans l'attente de la proclamation officielle par le Conseil constitutionnel :
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/Tableau_de_recensement_-_2nd_Tour_cle8dd39a.pdf
[3] Cette intervention qui avait provoqué une tempête médiatique, vient d'être retirée du site du CRIF, dont le président s'est empressé de féliciter François Hollande pour son élection
http://www.crif.org/fr/communiquedepresse/le-crif-f%C3%A9licite-fran%C3%A7ois-hollande-rel%C3%A8ve-%C2%AB-son-horreur-de-lantis%C3%A9mitisme-et-des-racismes-%C2%BB/31050
[4] http://www.karsenty2012.com/index.php?option=com_content&view=article&id=137

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.