APPEL DU TROIS JUILLET 2019 POUR UNE EUROPE DEMOCRATIQUE

L'idée de lancer au Parlement européen un appel à ne pas se coucher devant le Conseil européen est née des réactions spontanées et convergentes d’amis de plusieurs pays membres au matin du 3 juillet. Les têtes de listes étaient écartées et la personne pressentie pour la présidence de la Commission n’était même pas candidate. Ce coup de force dit aux électeurs: vous avez voté pour rien.

APPEL AU PARLEMENT EUROPEEN

Nous, citoyens européens, après avoir voté pour des femmes et des hommes portant des programmes politiques, n’acceptons pas que nos élus soient dessaisis du pouvoir de choisir – ou au moins d’orienter le choix – du président de l’exécutif européen. Nous savons que les gouvernements-en-conseils ont de longue date, et derrière portes closes, anéanti l’autonomie de la Commission européenne, mais nous savons aussi que les traités, dont ces mêmes gouvernements sont les auteurs et dont ils se disent « les maîtres », leur imposent de « tenir compte » de nos votes en nommant la Commission. Nous n’oublions pas que le Parlement européen doit valider la composition de la Commission et qu’il peut toujours lui refuser sa confiance au risque d’ouvrir une crise institutionnelle. Nous notons donc qu’en faisant du récent scrutin une farce électorale, ce sont les gouvernements eux-mêmes qui viennent d’aggraver une crise institutionnelle déjà patente.

 

Nous, citoyens européens, comprenons de cette situation qu’après avoir entravé l’exercice d’une démocratie transnationale par le maintien de listes nationales, les Etats membres condamnent l’Union européenne au discrédit en la privant du peu d’autonomie et de légitimité propres qu’elle tire de l’existence d’un Parlement élu. Nous constatons que les gouvernements, oublieux des réalités mondiales, de l’objectif de notre construction politique, de l’état de l’opinion publique et de l’exigence démocratique, ne se comporteraient pas autrement s’ils voulaient pérenniser l’indécision et de l’inaction qui affectent l’Union, réduite à l’impuissance et à l’insignifiance. Nous tirons de ce constat la conviction que le choix des gouvernements, pour la présidence de la Commission, de quelqu’un qui n’était même pas candidate du tout, est irrecevable.

 

Nous, citoyens européens, voulons que le Parlement, co-législateur européen, se donne pour la législature une feuille de route répondant aux besoins de la société européenne et impose aux gouvernements le choix d’un(e) Président(e) de la Commission capable de réunir au Parlement une majorité sur cette feuille de route et de contribuer activement, en s’appuyant sur cette majorité, à la composition d’un exécutif cohérent. Nous pensons qu’une assemblée capable d’élire son propre Président au deuxième tour avec une majorité absolue des voix peut être capable aussi de se donner des priorités qui sont dans tous les esprits : le financement d’investissements à long terme propres à enrayer le réchauffement climatique et à transformer le régime de croissance, une politique de redistribution propre à garantir la sécurité économique à chaque résident, et à réduire les inégalités les plus criantes. Après, il peut aussi trouver, dans ses rangs ou pas, une personnalité apte à porter ce programme, et l’indispensable réforme budgétaire que suppose son exécution.

 

Le faux pas des gouvernements peut être ou bien l’antichambre d’une post-démocratie, où l’on voterait sans choisir une politique et sans élire ceux qui sont appelés à gouverner, comme pour sacrifier à un rituel obsolète, ou bien la chance pour le Parlement de mettre un terme à la désintégration que subit l’économie européenne depuis les premières années deux mille, et de sortir de la crise institutionnelle que les gouvernements-en-conseils viennent d’ouvrir, en bafouant le droit des Européens de choisir leur destin. Il n’est pas indifférent de rappeler, en ces temps de Brexit, que c’est un Britannique, Clement Attlee, qui déclara en 1939 : « L’Europe doit se fédérer ou périr ». Le nouveau Parlement, qui n’a probablement pas encore eu le temps de prendre conscience collectivement de son propre pouvoir et de sa responsabilité historique, a quelques semaines pour inviter les Européens au sursaut, ou pour sacrifier leurs libertés.

 

Nous, citoyens européens, appelons notre Parlement à fédérer l’Europe, autrement dit à imaginer avec nous la constitution dont elle a besoin.

 

Bernard Barthalay; Eva Christina Andersson; Michele Ballerin; Nicola Bartoldi; Matis Brasca Kieffer; Michel Caniaux; Ciaran Cresswell; Pier Virgilio Dastoli; Jean-Paul Fitoussi; Gerard Francois; Ralf Grahn; Pier Giorgio Grossi; Christian Hiller von Gaertringen; Peter Hovens; Leo Klinkers; Francesca Lacaita; Marion Larché; Daniela Martinelli; Federica Martiny; Guido Montani; Peter Osten; Michel Ottaway; Paola Pietrandrea; Francesco Pigozzo; Franco Praussello; Jean-Mathieu Robine; Carolin Rüger; Lorenzo Sparviero; Nicola Vallinoto; Inge Vendryes; Stefan de Vries; Dan Zisso.

Jacques Terrenoire; Ton Máčel; Jean-Marie Dubos; Aleksander Goglowski; Angelo Morini; Mathilde Ramstein; Mathieu Fournier; Henri Balmain; Daniel Spoel; Nathalie Bron; Christophe Chaumont; Brice Montagne; Baptiste Chewbelton Mazery; Michael Holz; Maria Teresa Satta; Fabien Pic; Valérie de Saint-Do; Francesco Franco; Pierre Franch; Jean-François Mibord; Dschimm Biehm; Gaëlle Catherine; Bruno Retrou; Luca Bonofiglio; Jean-Paul Reymond; Maïté Ansola; Giuseppe Brivio; Jos Steehouder; Edoardo Zin; Valéry-Xavier Lentz; Alessandro Peppe Giorgi; Francis Bourlart; Mauro Casarotto; Joanne Bower; Sven Dossow; Yann de Mauduit; Gareth Tilley; Anja Schürmann; Nathalie Gatouillat; Christophe Tisseyre; Luca Daghino; Leon Perelman; Michele Fiorillo; Rosemonde Wojciechowski; Karolis Stasiukėnas; Anita Bernacchia; Giuliana Solari; Pietro Merlo; Giacalone Piera; Massimo Arvat; Anna Damonti; JD Blaha; Trinus de Vries, Raniero Bordon; Federico Gobbo; Jasmina Radivojevic; Anna Maria Gobbetti; Giovanni Talpone; Maria d'Onofrio; Mario Piacentini; Renata Savy; Valeria Campoli; Selena Andrisani; Pier Luigi la Carpia; Fabio Masetti; Stefano Spivach; Victor Cantù; Giuseppe Lombardo; Simona Ferlini; Claudia Cagnarini; Stefano Lotti; Eleonora Vasques; Dominique Isselin; Laura Fiocco; Patrizia Pozzo; Piera Stefanini, Antonia Carbone; Lorenzo Feltrin; Giovanni Principe; Armando Cicciò; Sandro Lazzaroni; Wojtek Pytkowski; Zīatni Ben Søūnå; Lelya Jado; Hamed Guinea; Khamush Halak; Paul Marcoux; Nhi Phana; Jose Barreira; Djime Doucoure; Hanna Clairière; Kouadio Totini; Fathy Saber; Friolito Le Benguist; Celine Girgenti; Valérie Soleil; Leonard Leon Matangila; Christian Guillut; Jean Laurent NC; Agnès Keita; Ahmed Laheb; Eric Gozlan; Angelia Joyslin; Mame Meussa Gueye; Siti Amanah; Thomas DSV; Christi Danciu; Kendy Renault; Mer Sam Man; Joe Le Baron; Saintu Gonendji; Ahil Hadi; Gérard Moïse; Federico Mantel; Luigi A. dell'Aquila; Felipe de Sales; Irène Waller; Stefan Nether; Adeline Afonso; Didier Colmont; Maria Coen; Toini Maquet; Patricia Annette Huberti Lippert; Lucy Lynn Borough; Marilyn Fuji; Peter Willisch; Louis Marshall Levy; Maria Antonia Miceli; Steve Bucari; Gwen Janssens; Francesco Cecere; Sandra Teixeira; Lina Izzi Guglielmi; Paolo Acunzo; Massimo Marcolin; Paola Urbinati; Cosimo De Benedictis; Enrico Trabacca; Cristiano Provetti.

 

 

Liste à jour au 13 juillet 2019 à 18:00.

Les versions anglaise, allemande et italienne sont accessibles sur ce blog.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.