Bernard BIGENWALD
Cadre territorial retraité
Abonné·e de Mediapart

62 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 sept. 2013

Pour les irénistes et les stalafistes

Bernard BIGENWALD
Cadre territorial retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette lettre que j'ai trouvée sur l'excellent site Débatunisie : si seulement elle pouvait ouvrir les yeux de certains qui s'aveuglent volontairement  par rapport à la montée de l'obscurantisme, et qui traitent même volontiers de racistes et d'islamophobes ceux qui sont moins naïfs ou plus cohérents qu'eux :

"Je démens le démenti du Ministère de l'Intérieur. Veni, Vidi... Vici?

Moi, Jolanare, citoyenne tunisienne, majeure depuis 12ans, jouissant de mes pleines facultés mentales, déclare les déclarations du Ministère nulles et non avenues. 

Pour la première fois de ma vie, on m'a demandé une autorisation parentale puis maritale alors que je me rendais pour la énième fois au MAROC et on m'a accordé une exception. Moi, qui à 19 ans déjà, quittais le giron familial pour m'installer comme une grande à Tunis, moi qui à 23 ans m'envolais seule à Paris sans personne pour m'accueillir, moi qui pendant une dizaine d'années me suis déplacée un peu partout dans le monde... moi qui ai cru avoir fait une révolution, je me retrouve après 30 balais, à devoir fournir une autorisation de sortie du territoire tunisien, signée par mon père ou par mon mari.

Ce même père qui à 19 ans me disais fièrement: va... vis... deviens... qui à 30 ans me disais, je suis fière de toi ma fille....ce même père qui le jour où je suis devenue universitaire m'a dit:" ma fille ethenit 3alik.." ce même père qui avait les larmes aux yeux le jour de ma soutenance de doctorat en disant à mon jury: " aujourd'hui, j'ai accompli ma mission, je suis fier l'éducation donnée à mes fille". Aujourd'hui, on demande à mon père de me signer une autorisation de sortie, lui qui toute sa vie ne m'a jamais donné de poisson mais m'a appris à pêcher...

On demande à mon mari de signer une autorisation de sortie de territoire, ce même mari que j'ai connu avant de me marier, avec qui je suis sortie, avec qui j'ai voyagé, ce même mari, qui m'a demandé moi, en mariage avant d"aller voir mon père... on demande à mon mari de signer une autorisation pour que je me déplace, à moi, qui volontairement ai choisi de m'unir à lui. Je ne me rappelle avoir été considérée comme mineure le jour j'ai moi même signé mon contrat de mariage le jour où je lui ai dit oui. 
 

Aujourd'hui, je me retrouve à devoir demander une autorisation à un père qui m'a appris à le respecter et à être libre... à devoir demander une autorisation à un mari que j'ai moi même choisi, tout cela, parce que certaines jeunes filles ont décidé  de suivre une voie qui n'est pas vraiment au goût d'autorités morales ou officielles qui ont gentiment laissé faire.

Si aujourd'hui je décide de ne pas me prostituer ou de pratiquer Jihed el nike7, ce n'est sûrement pas parce que j'ai plus de 35 ans, et que "el cha3b moslem wa lan yesteslam", mais parce que grâce à la liberté dans laquelle j'ai été éduquée, j'ai appris à choisir la voie qui me semblait la meilleure. Parce que j'ai appris à réfléchir. Parce que je n'ai jamais été considérée comme la moitié d'un homme, je n'ai jamais éprouvé  la nécessite de me réfugier sous l'aile protectrice d'un mâle, en mal que je suis de sensations fortes. 
Je ne nie pas que certaines jeunes filles sont plus vulnérables que d'autres, mais ces jeunes filles le sont, à cause de l"éducation qu'elles ont reçue, toujours tributaires d'un père, d'un frère ou d'un mari.

Aujourd'hui, dans la Tunisie post révolutionnaire, dans le pays de Tahar Haddad, dans ce pays qui se réclame d'un islam dont le prophète était le subordonné  d'une des plus grandes femmes commerçantes de Koreish, aujourd'hui on remet les femmes libres sous tutelle.
Libre à vous de croire un Ministère qui n'a cessé de mentir depuis la révolution, moi à l'aéroport, je suis venue, j'ai vu...j'ai vaincu? pas encore car le combat continue.
Alors  peut-être, pensez-vous que parce que "el nisa, naqissaton 3aklon wa dine", vous les empêchez de voyager..mais c'est sûrement des vôtres dont il s'agit, parce que les nôtres; elles vous emmerdent. "

BEAU TEXTE, NON  ? 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou