Bernard BIGENWALD
Cadre territorial retraité
Abonné·e de Mediapart

62 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mars 2013

Chavez, le ridicule de son culte tue moins que le cancer colorectal

Le Comandante Chàvez, nouvelle icone des gauchos de quasi toutes obédiences, de plus en plus éblouis par les succés du populisme,  n'a pas raté sa sortie en passant l'arme à gauche pile soixante ans après le Petit Père des peuples. Et l'on observe le même phénomène de déïfication de la nouvelle idole,

Bernard BIGENWALD
Cadre territorial retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Comandante Chàvez, nouvelle icone des gauchos de quasi toutes obédiences, de plus en plus éblouis par les succés du populisme,  n'a pas raté sa sortie en passant l'arme à gauche pile soixante ans après le Petit Père des peuples. Et l'on observe le même phénomène de déïfication de la nouvelle idole, les mêmes spectacles de lamentation collective,  qu'à la mort d'icelui, les mêmes déférentes pitreries de respect obligé, ou pire sincères,  de la part de certains politiques de gauche comme de droite.

 Gare à celui qui ricane un peu du nouveau culte en train de se mettre en place !  S'il ose un peu douter des qualités  et surtout des résultats du défunt, il a droit aux pires assimilations.  Forcément c'est un salaud à la solde de l'impérialisme, un suppôt de la réaction, un admirateur de Pinochet, de Franco, de Hitler, de Kissinger, de Bush... J'en passe, et des meilleures !    L'âme   pieuse  des thuriféraires du caudillo sud-américain est autant bouleversée jusqu'en son tréfond que le fut celle de Poutine,  nouveau sauveur de la Russie,    lorsqu'il vit  épouvanté,  la  manifestation sacrilège et profanatoire des Pussy Riots dans la Cathédrale du Christ Sauveur de Moscou ! C'est dire !

D'aucuns penseront que je force un peu le trait en établissant un lien entre l"homme que nous aimons le plus", comme le disait si bien Maurice Thorez à l'époque glorieuse du culte de la personnalité, et le Comandante Chàvez. Mais je me garde bien d'assimiler l'un à l'autre. Même s'ils ont quand même quelques  points communs.

Chàvez avait indéniablement une humanité que Josip Djougatchvili avait perdu depuis belle lurette lorsqu'il commença son ascension politique.  Le premier était simple "coronel", quand  le second était maréchal et généralissime. Et  on imagine  mal le Géorgien se signant avant un discours aux Nations Unies, même s'il fut formé dans sa jeunesse pieuse  au Séminaire. Mais tous les deux avaient une revanche à prendre sur la société : Staline était donc un Géorgien, autrement dit un vulgaire "cul noir" pour le Russe moyen, et Hugo Chàvez était à moitié indien dans une société, où, depuis Simon Bolivar, la clarté du teint est un passeport utile,  sinon indispensable, pour accéder aux sommets. Tous les deux en tous cas, durent à une propagande intense, omniprésente et obsessionnelle l'image que finit par se forger  d'eux une opinion crédule. Josip,  en retrait et piètre orateur fit exécuter le travail par d'autres, frénétiques lêche-culs forcés,  terrorisés ou conquis, telles des victimes du syndrome de Stockholm. Chavez, à l'inverse, sut mouiller la chemise, un peu à la manière d'un Doriot : de la sueur et du bagoût anti-gringos de tous les instants. A coté de lui, les rodomontades de notre gesticulateur précoce,  Nicolas Sarkozy étaient, il faut bien le dire, de la gnognotte, tant au niveau de la testostérone en ligne qu'à celui du temps imparti pour les lancer. Imaginez Sarko revenant toutes les semaines à "Vivement Dimanche", se débarrassant de Drucker, organisant son propre spectacle, se passant même d'invités pour prouver au bon peuple ébaubi qu'en dehors de Sarko, il n'est point de salut ! Vous n'aurez là qu'une idée limitée de la mainmise opérée par Chàvez sur les médias. L'étonnant donc est qu'en France, les meilleurs contempteurs de Sarko sont les plus enragés thuriféraires du Comandante ! Vérité en deça des Pyrénnées, mensonge au delà, alors, vous pensez bien , de l'autre coté de l'Atlantique...

Car c'est là que je veux en venir ! Comment peut-on,  soixante après la mort de Staline,  tomber dans les mêmes outrances larmoyantes que celles qui accompagnèrent son décés, les mêmes scènes d'hysterie collective?   Comment peut-on  se trouver à contempler le même spectacle offert par des gogos pour lesquels les rodomontades contre l'impérialisme américain sont un brevet suffisant de vertu, d'héroïsme,  de démocratie et de clairvoyance ? Comment peut-on vitupérer ici, en France,  le clentélisme à Marseille, en Corse ou ailleurs et le parer de mille vertus à Caracas ? Comment peut-on critiquer sans nuance un article dans Médiapart  qui, par l'abord naturaliste des conséquences sur le tissu urbain de la politique de Chàvez, montre d'une manière crue la différence énorme entre les discours du Comandante et les réalités ?  Certes, on peut comprendre l'émoi des humbles croyants éplorés,  car ces quelques feuillets  mettent  un bon coup de pied au culte du défunt à peine froid, mais il ne faut pas pas exagérer : on pourrait s'attendre à plus de maturité !

 Comment ne pas constater que l'indignation et la stupeur de certains lecteurs sont quasi à la hauteur de celles qui bouleversèrent les Staliniens lorsque Nikita Khrouchtchev lut son rapport au XXème congrés le 24 févier 1956 ? "Nous ne devons pas fournir de munitions à l'ennemi ", c'est le reproche minimal qui est fait par certains croyants abasourdis, qui ont peiné à lire jusqu'au bout ce qu'ils qualifient de torchon, et qui  menacent de se désabonner d'un journal qui, selon eux,  rejoindrait le Figaro dans l'abjection.

Bien entendu, tout cela est farcesque. Chàvez n'est pas Staline, mais pourquoi l'embaumer, comme lui,  au propre  comme au figuré ?  Au propre, il rejoint Lénine, Mao, Dimitrov, Kim Il Sung, Kim Jong Il, précédents fâcheux.   Puisqu'une  lectrice indignée et fort enthousiaste de la virilité du Comandante rend hommage au contenu de son pantalon : "il était couillu ce Chàvez" (sic dixit La Dame du bois-joli),  pourquoi ne pas se contenter, au lieu de l'embaumer tout entier, de se contenter d'embaumer ses "cojones" ?  Outre que ça reviendrait beaucoup moins cher de s'en tenir là, tout en soulignant la qualité essentielle du personnage, en ce jour de la célébration de la journée internationale de la femme, ne serait-ce pas là un bel hommage ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Cornichon
Si mal jugé.
par C’est Nabum
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
par carlita vallhintes