Bernard BIGENWALD
Cadre territorial retraité
Abonné·e de Mediapart

62 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 sept. 2013

Les désarrois d'un Tunisien au sujet de la Syrie

Bernard BIGENWALD
Cadre territorial retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Décidément, le Bloggueur Z de Débatunisie est un analyste génial de la situation de son pays et du monde arabe en général.  Au point que même lorsqu'il se reconnait paumé par rapport à la situation de la Syrie, il est bien meilleur que certains commentateurs de journaux sérieux, sans parler des délirants membres de notre petite coterie si rapide à s'entre-conchier, je veux dire le club des médiapartiens. 

Donc, voili-voilou son  dernier délire qu'apprécieront au moins ceux qui suivent la politique tunisienne :

"De DEBATunisie

Le luxe d'un dessinateur blasphémateur indépendant qui roule pour aucun patron de presse, c'est qu'il peut ne pas dessiner quand l'actualité ne l'inspire plus ou qu'elle devient trop compliquée pour se positionner. Je ne parle pas seulement de l'actualité tunisienne ici. Je parle surtout de ce qui se passe en Syrie. 
Véritable casse-tête cette Syrie. 
Je n'en dors pas la nuit quelques fois. 
Hier j'en ai même fait un cauchemar...
Je voyais Bouazizi tenant son briquet. Explosa ensuite la révolution. l'indéboulonnable Zaba tenant bon jusqu'au bout. Des barbus exportés d'ailleurs se seraient mêlés à l'insurrection de Sidi bouzid et de Kasserine. Les Bensimpsons de la Marsa et d'El Menzah soutenant Ben Ali et le priant de se présenter pour 2014 au nom du patriotisme et contre la menace intégriste. Les intellos des salons feutrés parisiens (dont je fais partie) seraient devenus "l'opposition tunisienne" autoproclamée porte-parole de la révolution. Moi buvant un whisky avec BHL. Entre-temps, on comptera des milliers de morts et des millions de déplacés. Zaba s'accroche à son trône jusqu'au jour où l'occident se réveille de sa torpeur pour déclarer qu'un seuil a été franchi: Selon la CIA, une attaque au "gaz harissa" aurait été menée contre la population aux environs de Tunis (Cité Ettadhamon). L'opposition tunisienne sur France 24 accuse Zaba et les Trabelsi. Obama consulte son congrès et menace de frapper Carthage. Poutine entre dans la chakchouka et accuse les barbus d'être derrière la harissa. La tension monte. Les Bensimpsons se mettent à la vodka russe et l'opposition tunisienne buvant du whisky avec BHL.
Obama et la France s'intéressent au phosphate tunisien et veulent attaquer Zaba pour s'emparer de la CPG. Poutine veut faire chier l'occident et réhabiliter la position de la Russie dans le monde (et accessoirement passer du bon temps sur le Yacht de Imed Trabelsi). Zaba et les Bensimpsons méprisent la révolution, crient au complot sioniste et accusent les islamistes de vouloir réinstaller le Califat à Kairouan. L'opposition tunisienne à Paris boit du whisky...
Et c'est là que je me réveille avec une sacrée gueule de bois..."

Et maintenant, pour ceux qui ont apprécié, une belle image de ce caricaturiste tunisien qui doit sûrement être anti-arabe puisqu'il se fout de la gueules des islamistes :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck