LA BAUDRUCHE LEPENISTE : Relire la cinquième avant d'envisager de passer à la 6ème !

On n'est pas en 33 !

Une relecture paisible de la constitution devrait calmer les plus alarmistes qui sont en transe dans l'attente du deuxième tour de l'élection présidentielle, qui, à les entendre, risquerait, si Marine Le Pen l'emporte, d'être un aller sans retour vers un régime totalitaire d'extrème-droite,( les régimes totalitaires d'extème-gauche, étant forcément tellement  délectables, qu'un retour n'est ni souhaitable, ni envisageable ) . Quel dommage finalement, que des tas de benets n'ayant pas la moindre notion de droit constitutionnel  en sont à rêver  d'une sixième république, sans même avoir lu avec attention la constitution de la cinquième !

Même si Marine Le Pen remportait l'élection, hypothèse très improbable, sauf bien entendu si les médias continuent à lui trouver tous les vices et à l'inverse toutes les vertus au télévangéliste Macron, elle verrait très vite qu'elle n'aurait pas les moyens de faire ce qu'elle veut ou fait mine de vouloir, tout simplement parce qu'elle n'aurait ni personnel politique suffisant, problème majeur, ni majorité solide. Même et surtout s'ils choisissent Marine Le Pen à la présidentielle, les Français ont largement le temps de dessaouler d'ici les législatives ! Le mode de scrutin de toute manière ne favoriserait guère Le FN et Marine Le Pen se trouverait très probablement dans une situation bien pire que celle de Tonton lorsque Chirac fut son premier ministre. Bien sûr, il est envisageable qu'une petite partie de la droite aille à la soupe, et le FN  ferait probablement un bien meilleur score que les précédents, mais de là à ce que la fausse blonde ait une majorité à sa botte, il y a un sacré pas !  

Donc, il faut arrêter de délirer, non, nous ne sommes pas en 1933 ! En 1933, les nazis disposaient  déjà de nombreux leviers du pouvoir dans les différents états et notamment en Prusse. Le grand patronat était déjà circonvenu, de même que les cercles du pouvoir, jusqu'à la propre famille de Hindenburg qui lui-même était gâteux. Là, celui qui les charme, c'est plutôt Macron, non ? Que l'on me cite un seul grand patron lepeniste !

Avec l'élection de Marine Le Pen, l'image de la France prendrait un grave coup certes, mais les griffes de notre fausse blonde seraient très vite limées tout simplement par la réalité. Marine a peut-être la foufounette apprêtée comme la moustache du Führer, mais ce n'est pas le Führer; Rachline est enveloppé, certes, mais ce n'est pas Göring, et d'ailleurs, il n'est pas très aryen ! Philippot est homo, certes, mais ce n'est pas Ernst Röhm , et on se demande bien où peuvent être les équivalents des  sections d'assaut  de ce dernier ! Faudra-t-il que Philippot fasse de la retape dans les boites pour pédés-cuir pour impressionner le peuple transi de trouille et mâter les antifas, cette admirable avant-garde de la future Résistance ? Oui, une bonne et saine lecture des livres d'histoire  et de la constitution s'impose, que ce soit  Macon ou Le Pen  qui l'emporte ! 

Il est tout de même bien singulier que certains politiciens européens, qui n'ont pas été foutus d'analyser correctement la stratégie, pourtant évidente, d'un Erdogan, qui s'est déroulée pourtant devant leurs yeux pendant des années, et ont même prétendu, la bouche en coeur, que cet escroc islamiste sans le moindre scrupules n'était que le  paisible équivalent musulman d'un démocrate-chrétien,  que ces politiciens donc s'affolent maintenant autant  devant la montée, en France, d'un parti qui dispose de bien moins de manettes que l'AKP en Turquie, et qui serait dès lors bien emmerdé et très démuni après avoir décroché la magistrature suprême. On a bien vu l'état de sidération de Le pen En 2002 à l'annonce des résultats. Là, carrément, père et fille feraient une syncope ! 

Surtout, ce qu'il faut arrêter, vis -à-vis du FN, c'est de pousser des cris d'orfraies à tout bout de champ comme on l'a fait depuis 30 ans, de crier "au loup" à la moindre petite provoc de Marine Le Pen. ou de son père !  Ce dernier  va bientôt mourir dans son lit, et non dans un bunker sous les bombes.  Le vrai danger, et la montée progressive du FN le démontre largement, c'est qu'on  a abandonné à ce parti assez grotesque des thèmes qui n'avaient rien d'extrémiste, mais que l'on a pourtant très bêtement diabolisés après les avoir laissés trainer dans le ruisseau, et ce sans la moindre retenue, du seul fait que le FN s'en emparait. Là est le vrai danger ! Qu'en face de Marine Le Pen on n'ait finalement qu'un freluquet qui fait se pâmer une large partie des bobos, ce n'est pas très brillant ! Macron a de bonnes chances de l'emporter, ce qui lui donnera une aura de sauveur de la patrie qu'il ne mérite guère, mais les raisons du ras-le-bol qui favorisent tant la montée du populisme ont de bonnes chances, elles, de demeurer, et même d'être renforcées.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.