REFLEXIONS BANALES SUR LE "PENELOPEGATE"

Des doutes du zappeur Camembert sur les différentes chasubles d'un agent du Vatican travaillant aussi pour Poutine et Assad

On a du bol que la femme de Fillon ne se soit pas appelée Huguette, sinon on aurait eu à la place du grotesque "penelopegate" qui en dit si long sur l'aplatissement de nos "élites" devant l'impérialisme culturel américain, à un "huguettegate" .

Mais trêve de plaisanterie, la question est de savoir si l'épouse de Fillon n'a rien foutu à son poste. Peut-on sérieusement considérer Fillon comme un parlementaire qui ne fout rien ? si l'on a un minimum de bon sens et d'objectivité, on peut en douter un peu, et donc, son assistante parlementaire avait certainement du boulot, qui pouvait se faire, comme pour tout collaborateur d'élu de province, essentiellement sur sa circonscription de la Sarthe, et même largement au domicile commun des Fillon, c'est à dire pas exactement sous les yeux des autres assistants parlementaires, qui ne peuvent donc sérieusement témoigner de rien, surtout des années après.

C'est quand même très curieux que Fillon, dont on peut penser ce qu'on veut, soit devenu, le temps d'un WE électoral une taupe à la solde du Vatican, un agent dormant de Poutine et d'Assad, un enragé de la manif pour tous, et quelques temps après, de surcroit, et sans nulle contradiction avec le reste des accusations, un élu qui n'aurait même pas besoin de faire travailler son assistante parlementaire ! Ce serait bien le seul, car même les plus branleurs de l'assemblée doivent quand même répondre aux sollicitations multiples de leurs électeurs, les élus se comportant souvent comme des assistantes sociales en chef de leur fief pour se faire réélire ! Il est clair que l'épouse de Fillon savait faire autre chose que la vaisselle et torcher le cul (pardon, le fion) de ses mômes ! 

Maintenant, est-ce une bonne idée d'embaucher son épouse comme assistante parlementaire, alors que sans offenser la morale publique, on peut embaucher sa maîtresse ou future maitresse, voire même son giton, voilà une vraie question qui mérite d'être posée ! On pourrait même demander son avis technique à Bill Clinton qui , lui, se débrouillait très bien avec une simple stagiaire qui avalait un sacré boulot ! On ne peut se passer dans cette affaire d'un avis  d'une autorité incontestable reconnue au niveau international.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.