Un passage à niveau a encore causé une collision entre un train et une voiture.

Pourquoi la SNCF ne s’oriente t-elle pas vers des détecteurs de présence d’obstacle sur la voie ferrée au niveau des passages à niveaux, qui alerteraient le conducteur suffisamment en amont pour qu’il n’y ait pas de collision avec l’obstacle ?.

Dimanche 3 Novembre 2019, un train percute une voiture à l’arrêt sur le passage à niveau de Tossiat (Ain), et cause la mort des deux occupants, voir l’article du Progrès ICI.

Ce passage à niveaux fait parti de la liste des 153 passages à niveau à sécuriser en priorité, puisqu’il a déjà fait l’objet d’un accident en 2007.

Ce qui est choquant c’est l’analyse qui est faite de ces nombreux accidents au niveau des passages à niveaux.

Au lieu de résoudre le problème de sécurisation des passages à niveaux, par des moyens techniques,  la SNCF privilégie la présence d’un contrôleur dans le train pour aider le conducteur (s’il n’est pas blessé) à gérer le sur accident.

Il y a des moyens couteux pour sécuriser les passages à niveaux : faire passer la route en dessous, ou au dessus de la voie ferrée.

Pourquoi la SNCF ne s’oriente t-elle pas vers des détecteurs de présence d’obstacle sur la voie ferrée au niveau des passages à niveaux, qui alerteraient le conducteur suffisamment en amont pour qu’il n’y ait pas de collision avec l’obstacle ?. 

Serions nous encore dans une logique politicienne, malgré les morts et les blessés, de pouvoir de blocage, pour faire pression sur la reforme des retraites ?.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.