Bernard Drouère
Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite
Abonné·e de Mediapart

96 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 avr. 2022

Match inégal entre la France et l’Allemagne sur le marché de gros de l’électricité.

L’écart de prix de l’électricité entre l'Allemagne et la France sur le marché Spot ne cesse de s’accroitre, bien que la France soit 50% moins émettrice de GES par habitant que l’Allemagne. La cause n’est pas dû à l’augmentation du prix du gaz, comme on veut nous le faire croire, mais à l’algorithme de couplage Euphemia, qui permet d’équilibrer l’offre et la demande d’énergie.

Bernard Drouère
Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le prix de l’électricité sur le marché Spot (bourse de l’électricité), pour chaque pays européen, dépend du prix des énergies fossiles (gaz, charbon, hydrocarbures), d’achat de droits à émettre du CO2 et de la capacité des interconnexions entre le pays demandeur et les pays fournisseurs.
Ces quotas de droit d’émission de CO2 peuvent être soit achetés aux enchères lorsqu’ils sont émis, soit achetés sur un marché européen secondaire auprès d’autres détenteurs de quotas. Les quotas sont donc échangeables et, point important, ils ne sont pas périssables : tant qu’un quota n’a pas été utilisé, il reste valable.
C’est comparable aux subventions que les pétroliers versent aux particuliers lors de la suppression d’une chaudière fioul par une pompe à chaleur. En réalité les pétroliers compensent leur droit à émettre du CO2.
Les filières de production sont appelées dans l’ordre suivant : renouvelables (hors hydraulique de lac qui ne peut pas tourner à pleine puissance 100% du temps, car il faut gérer la ressource en eau), lignite (charbon de mauvaise qualité mais très peu cher), nucléaire, charbon, gaz puis fioul.
Au cours de l’été 2020, la Commission Européenne revoit son objectif de réduction d’émission de CO2 de 55% en 2030 par rapport à 1990. Cet nouvel objectif étant plus ambitieux que le précédent (réduction de 40%) réduit donc les quotas d’émission de CO2 mis sur le marché tous les ans, ce qui a fait augmenter le prix de la tonne de CO2.
En Allemagne les émissions de gaz à effet de serre atteignent 762 millions de tonnes d'équivalents CO2 en 2021, soit 9,2 tonnes de CO2 par habitant.
En France les émissions de gaz à effet de serre sont de 407 millions de tonnes d'équivalents CO2 en 2021, soit 6 tonnes de CO2 par habitant.

Les productions d’électricité annuelles en France et en Allemagne sont comparables (au voisinage de 500 TWh). Toutefois la répartition des filières de production d’électricité sont très différente.

En France la production d’électricité est assurée par le nucléaire (70%), le renouvelable (23%), et le thermique (7%). La production d’électricité en France utilise en majorité le nucléaire (360 TWh) et l’hydraulique (60 TWh), qui sont pilotables et faiblement carbonés.
En Allemagne la production d’électricité est assurée par le thermique (43%), le renouvelable (43%) et le nucléaire (13%). La production d’électricité en Allemagne utilise en majorité le thermique : 150 TWh (charbon et lignite), qui sont fortement émetteur de CO2 et 52 TWh (gaz).

En se référant aux facteurs d’émission de CO2 de l’Ademe, la production d’électricité de la France en 2021 a émis 22,3 millions de tonnes d'équivalents CO2, alors que l’Allemagne en a émis 192,7 millions de tonnes d'équivalents CO2.
La production d’électricité à partir de centrale à gaz est plus faible en France (32,3 TWh) qu’en Allemagne (53,2 TWh), et pourtant le prix moyen de l’électricité sur le marché Spot est 3 fois plus élevé en France (268 €) qu’en Allemagne (85 €) sur la journée du 7 Avril 2022.
Le prix du gaz n’explique pas cette différence très importante du prix de l’électricité entre la France et l’Allemagne, sur le marché Spot, d’autant que le prix de l’électricité sur le marché de gros a commencé mi août 2021, bien avant qu’EDF découvre les problèmes de soudures dans les circuits de refroidissement des réacteurs de dernières générations.

La comparaison entre les 7 Avril 2021 et 2022 montre que la stratégie de RTE s’est adaptée aux tarifs de l’électricité des pays voisins avec qui la France fait des échanges.
En effet le coût financier des importations d’électricité en 2021 est 9,4 millions d’euros pour la journée du 7 Avril, alors que le montant des exportations d’électricité est de 5 millions d’euros. Le solde est de 4,4 millions d’euros à la charge de RTE (voir paragraphe Bilan du 7 Avril 2021 ci-dessous).
A contrario le coût financier des importations d’électricité en 2022 est de 17,3 millions d’euros pour la journée du 7 Avril, alors que le montant des exportations d’électricité est de 25,9 millions d’euros. Le solde est une 8,6 millions d’euros au bénéfice de RTE (voir paragraphe Bilan du 7 Avril 2022 ci-dessous).
La grande différence entre 2021 et 2022 réside dans la différence de prix de l’électricité entre la France et l’Allemagne. En effet le prix moyen le 7 Avril 2021 était 50% plus élevé en France qu’en Allemagne. Alors qu’en 2022, le prix moyen le 7 Avril 2022 était 3 fois plus élevé en France qu’en Allemagne. D’où l’intérêt de privilégier en 2022, les d’importations d’électricité d’Allemagne.

D’où peut venir cette différence ?

Le marché de gros de l’électricité EPEX (European Power Exchange) Spot permet d’assurer un équilibre entre l’électricité produite et l’électricité distribuée, en important / exportant de l’électricité avec les pays voisins. Les prix des échanges sont établis en fonction de l’offre et de la demande sur le marché de l'électricité par les bourses le jour J pour le lendemain dans treize pays européens. Les prix dépend aussi de la capacité des interconnexions.Tant que les limites de l'interconnexion ne sont pas atteintes, l'écart de prix entre les pays est nul. A contrario, une capacité d'échange insuffisante crée une différence de prix entre les marchés de gros.
Les prix de chaque pays sont définis par l’algorithme de couplage EUPHEMIA (EU Pan-European Hybrid Electricity Market Integration Algorithm), qui permet d’équilibrer l’offre et la demande d’énergie pour toutes les périodes de marché du jour suivant tout en tenant compte de la capacité de transport d’énergie disponible des interconnexions.
Selon le dernier rapport de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie) de 2020, la France a atteint un niveau d’interconnexion élevé avec ses voisins, confortant ainsi une position centrale dans le système énergétique européen. Elle est le premier pays exportateur d’électricité en Europe. L’écart de prix moyen de l’électricité entre la France et l’Allemagne s’est réduit au fil des années 2017-2019 : 10,9 €/MWh en 2017, 6,6 €/MWh en 2018 et 5,0 €/MWh en 2019.
Par contre la CRE précise :  « le partage des coûts ne doit donc pas pénaliser les pays ayant des réseaux robustes, comme la France, en conduisant à leur faire porter une partie du renforcement jusqu’ici insuffisant de réseaux voisins. »
Il semblerait que depuis mi-août 2021, l’écart de prix moyen de l’électricité entre la France et l’Allemagne soit repartit à la hausse, malgré l’augmentation de la capacité des interconnexions.

Bilan financier du 7 Avril 2021

Les importations d’électricité pour la journée du 7 Avril 2021 sont de 73 660 MWh, pour couvrir la consommation. A 9h, la consommation est à son maximum de 70 160 MWh, ainsi que le prix de l’électricité en France (85,05 €  /MWh).
Ainsi RTE a fait le choix :
 - d’importer 2 000 MWh à 66,66 €  /MWh à l’Espagne, 995 MWh à 74,25 €  /MWh à l’Italie, 692 MWh à 83,78 €  /MWh à la Suisse et 4 498 MWh à 65,89 €  /MWh à l’Allemagne, pour un montant de 561,5 k€ sur la tranche horaire de 9h,
- d’exporter 1 030 MWh à 85,05 €  /MWh vers l’Angleterre, pour un montant de 87,6 k€, sur la tranche horaire de 9h.
Sur cette tranche horaire de 9h, cela représente une dépense de 473,9 k€ pour RTE.
Sur une grande partie des tranches horaire du 7 Avril 2021, RTE accumule des déficits, pour atteindre en fin de journée un solde négatif de 4,4 millions d’euros.

Bilan financier du 7 Avril 2022

Les importations d’électricité pour la journée du 7 Avril 2022 sont de 14 600 MWh, pour couvrir la consommation. A 9h, la consommation est à son maximum de 62 000 MWh, ainsi que le prix de l’électricité en France (268,30 €  /MWh). 
Ainsi RTE a fait le choix :
- d’importer 1 132 MWh à 266,87 €  /MWh à l’Angleterre, 1 488 MWh à 268,30 €  /MWh à l’Espagne et 1 450 MWh à 77,35 €  /MWh à l’Allemagne, pour un montant de 813,4 k€ sur la tranche horaire de 9h,
- d’exporter 3974 MWh à 268,30 €  /MWh vers l’Italie et la Suisse, pour un montant de 1 066,2 k€, sur la tranche horaire de 9h.
Sur cette tranche horaire de 9h, cela représente une recette de 252,7 k€ pour RTE.
Sur une grande partie des tranches horaire du 7 Avril 2022, RTE dégage des bénéfices, pour atteindre en fin de journée un solde positif de 8,6 millions d’euros.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Histoire
De Gaulle et la guerre d’Algérie : dans les nouvelles archives de la raison d’État
Pendant plusieurs semaines, Mediapart s’est plongé dans les archives de la République sur la guerre d’Algérie (1954-1962), dont certaines ont été déclassifiées seulement fin 2021. Tortures, détentions illégales, exécutions extrajudiciaires : les documents montrent comment se fabrique la raison d’État, alors que l’Algérie célèbre les 60 ans de son indépendance.
par Fabrice Arfi
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier
Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci

La sélection du Club

Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine