La dette: moteur de toutes les convoitises, est ce vraiment la meilleure solution ?

On entend sur les médias que l’emprunt ne coute rien, que la BCE a rachetée la dette courante, qu’il ne faut pas s’en faire puisse l’on ne la rembourserait pas. Selon les sources d’AFT les 124 milliards d’euros empruntés, depuis début 2020, sous forme d’OAT à moyen et long terme serait plutôt en moyenne à un taux d’intérêt de 0,6%.

La dette de l’Etat sert à financer d’une part le déficit et d’autre part le remboursement des OAT (Obligation Assimilables du Trésor) qui arrivent à terme.

En 2020, le montant des OAT arrivant à terme est de 136 Md€, et le déficit révisé atteindrait 185 Md€. Sur les 245 Md€ prévu de financement sous forme d’émission d’OAT à moyen et long terme, 50% ont déjà été provisionnés au début Juin 2020, soit 124 Md€.

Certes il y a bien des taux d’interêt à 0% sur le lot d’OAT émis en 2020, mais il y a aussi des taux de 0,75% à 4% dans le lot. Ainsi compte tenu des volumes soulevés pour chacune des OAT, le taux moyen est de 0,6%.

En 2021, le montant des OAT arrivant à terme serait de 130 Md€.

En 2022, le montant des OAT arrivant à terme serait de 167 Md€.

Alors pourquoi les économistes, et le gouvernement nous mentent-ils ?

Croyez vous qu’un investisseur achèterait des OAT à taux négatif, comme on veut nous le faire croire. L’investisseur devrait non seulement apporter le capital, mais verser des intérêts à l’Etat.

Quand à la BCE elle a du racheter sur le marché secondaire des OAT dont la date de liquidation est au delà de 2030, pour dire que c’est loin et que cela ne compte plus …..

En y regardant de plus près, les taux d’intérêt des OAT à long terme ne sont pas nul, par conséquent l’Etat devra verser les intérêts à la BCE jusqu’à la liquidation des OAT. La BCE se finance à bon compte. 

Il aurait mieux fallu revenir sur la loi du 3 Janvier 1973.

Qu’est ce que la dette publique

La dette publique est constituée de la somme des dettes des 4 administrations :

  • Administrations publiques centrales (APUC),
  • Organismes divers d’Administration centrale (ODAC),
  • Administrations publiques locales (APUL),
  • Administrations de Sécurité Sociale (ASSO).

La dette publique est détenue à environ 80% par les Administrations publiques centrale, communément désignée sous le vocable « dette de l’Etat », et c’est cette dernière qui fait l’objet de toutes les discutions sur la toile médiatique.

La dette des Administrations de Sécurité Sociale, dite « dette sociale », est gérée par les partenaires sociaux qui ont confiés à la CADES (Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale) la gestion de leur dette. La CADES dispose d’un financement (CRDS, part de CSG et 2,1 milliards d’euros du FRR) pour amortir la dette. Sans la pandémie du Covid-19, la CADES aurait amortie toute la dette sociale en 2024. Avec toutes les mesures qui ont été prises, la CADES va être prolongée jusqu’en 2033, puisque 136 milliards d’euros vient de lui être transférée. Probablement les 30 milliards de dette des hôpitaux et les 30 milliards de dette du financement des retraites, …..

La dette des Administrations publiques locales est gérée par les collectivités territoriales qui sont dans l’obligation d’avoir un budget à l’équilibre, contrairement à celui de l’Etat. Par conséquent le remboursement de la dette s’apparente à un emprunt d’un particulier, qui rembourse dans ses annuités les intérêts et le capital. 

La dette de l’Etat est gérée d’une par l’AFT (Agence France Trésor) coté capital, et d’autre part par la ligne « charge de la dette » du budget général du PLF (Projet de Loi de Finance) coté intérêt (38 milliards d’euros en 2020).

L’encours de la dette des APUC est de 1 895 milliards d’euros au 30 Avril 2020 :

encours-dette-2020
 

Les OAT (Obligations Assimilables du Trésor) à Moyen et Long Terme représentent plus de 90% de la dette.

La dette de l’Etat sert à financer d’une part le déficit et d’autre part le remboursement des OAT qui arrivent à terme :

dette-etat-2020

Comment ça marche les OAT

L’OAT est la forme privilégiée de financement de l’Etat. Périodiquement l’AFT annonce le montant qu’elle souhaite emprunter via l’émission d’OAT, à la Banque de France, pour couvrir ses échéances. 

Ensuite la Banque de France ouvre à une date bien précise (une seule journée) les enchères par adjudication aux SVT (Spécialistes en Valeur du Trésor). La liste des SVT est composée de 15 spécialistes en valeur du trésor, sélectionnés par l’Etat.

On y trouve des banques française (BNP Paribas, la Société Générale, le Crédit Agricole, HSBC France, Natixis), des banques européennes (Barclays Bank, Deutsche Bank), des banques américaines (Merrill Lynch, Goldman Sachs), des banques japonaises (Nomura).

La dette est devenue à 53% par des non résidents.

La Banque de France communique à l’AFT les offres proposées, en préservant l’anonymat des soumissionnaires. L’AFT arrête alors le montant des soumissions qu’elle retient sur chacune des lignes.

Par la suite les OAT peuvent être achetées et vendues sur le marché secondaire (comme à la bourse), par d’autres clients. Et c’est là que la BCE a pu racheter de la dette française, mais de quel type ?. Probablement des OAT à long terme (30 à 50 ans).

OAT émises en 2020

Selon les sources de l’Agence France Trésor, les OAT à moyen terme émises depuis le 1ier Janvier jusqu’au 4 Juin 2020 sont les suivantes :

oat-mt-emise-2020

Le volume total est de 64,871 milliards d’euros, avec des coupons d’intérêt à server sur 2021 qui vont s’élever à 377 millions d’euros, soit un pourcentage moyen de 0,58%. La durée des OAT à moyen terme va de 4 à 33 ans.

Selon les sources de l’Agence France Trésor, les OAT à long terme émises depuis le 1ier Janvier jusqu’au 4 Juin 2020 sont les suivantes :

oat-lt-emise-2020

 Le volume total est de 59,372 milliards d’euros, avec des coupons d’intérêt à server sur 2021 qui vont s’élever à 392 millions d’euros, soit un pourcentage moyen de 0,66%. La durée des OAT à moyen terme va de 11 à 51 ans.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.