Quelle suite donner au camouflet de LREM aux régionales ?

La tradition républicaine « un ministre qui perd aux élections présente sa démission » ne semble plus en vigueur depuis que Macron est Président de la république. Que va t-il advenir des 15 ministres et secrétaires d’Etat qui se sont engagés dans la bagarre des élections régionale et départementale ?

Le chef de l'État a décidé d'envoyer 15 ministres et secrétaires d’Etat dans la bagarre des élections régionale et départementale , c’est plus d’un tiers du gouvernement. En effet le gouvernement, le plus garni depuis près de 30 ans, est composé de 42 ministres et secrétaires d’Etat.

Toutefois on peut s’étonner que des ministres tels que Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, Eric Dupond-Moretti, ministre la Justice, ou Agnès Panier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie, puissent se lancer dans une campagne électorale pendant plus d’un mois, sans que les affaires courantes en pâtisse. À moins qu’ils ne soient tellement nombreux dans ce gouvernement que beaucoup d’entre eux peuvent se permettre de divaguer à d’autres occupations …

La région des Hauts de France a été investie de rien moins que cinq ministres, pour faire barrage au RN. L’assemblée régionale des Hauts de France est composée de 180 conseillers régionaux provenant des départements de l’Aisne (17), du Nord (76), de l’Oise (25), du Pas-de-Calais (44) et de la Somme (18).

A la tête de liste régionale de la LREM des Hauts de France, le secrétaire d'État chargé des Retraites et de la Santé, Laurent Pietraszewski n’a obtenu que 9,13% au premier tour, ce qui ne permet pas d’aller au deuxième tour.

Dans le Nord, Laurent Pietraszewski tête de liste, n'a obtenu que 10,17%. Le ministre en charge des Petites et Moyennes Entreprises, Alain Griset est en 3ième position, et Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, est en 75ième position.

Dans le Pas-de-Calais, Eric Dupond-Moretti tête de liste, associé en binôme avec Marguerite Deprez-Audebert, députée MoDem de la 9e circonscription du Pas-de-Calais, n’a obtenu que 8,67%. La ministre déléguée à l’Industrie, Agnès Panier-Runacher est en 44ième position.

Seul Gérald Darmanin a tiré son épingle du jeux, avec un score très honorable de 54,11% au élections départementale dans le canton de Tourcoing-2, avec son binôme Doriane Becue, sur une liste « Divers Droite ».

Dans son programme pour les élections présidentiels de 2017, Macron présentait un budget basé sur 5 principes : Responsabilité, Visibilité, Incitations, Contrôle Parlementaire et Transparence.

Entre autre, dans la case Responsabilité, il était prévu que chaque ministre aurait des objectifs économiques, et qu’il ne serait pas maintenu à leur poste si les objectifs n’étaient pas atteints. Encore une promesse non tenue .....

Depuis 2007 la tradition républicaine veut « qu’un ministre qui perd aux législatives présente sa démission ». En 2017, la pratique mise en place par Nicolas Sarkozy et François Hollande était maintenue par le nouveau President de la république Emmanuel Macron.

Régionales 2021: quelle sanction pour les ministres vaincus ?

Malgré les rumeurs insistantes de remaniement en cas de défaite massive de LREM, les membres du gouvernement battus ne devraient pas être sanctionnés.

On voit bien que certains ministres ont été prudents en se plaçant en fin de liste, mais pour les têtes de liste il serait honnête qu’ils démissionnent après un tel camouflet.

Le secrétaire d'État chargé des Retraites et de la Santé, Laurent Pietraszewski, remplaçant de Jean-Paul Delevoye dans la reforme des retraites n’a plus besoin d’être au gouvernement, puisque la reforme des retraites ne sera pas mise sur le tapis avant la fin du quinquennat.

Quant au ministre de la justice Eric Dupond-Moretti, qui se croit encore au prétoire, il ne semble pas fait pour la fonction de ministre, et devrait démissionner.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.