Bernard Drouère
Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite
Abonné·e de Mediapart

106 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mars 2019

Bernard Drouère
Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Les 10 Md€ pour les Gilets Jaunes ne suffiront pas pour toutes les mesures promises …

Dans les mesures envisageables contenues dans les 10 Md€ annoncées par Emanuel Macron pour donner du pouvoir d’achat aux Gilets Jaunes figure notamment la baisse de la CSG pour les retraités. Cette mesure coûte à elle seule 5 Md€. Notre brillant président n’envisage t-il pas de limiter à 2,5 Smic les baisses de cotisations salariales pour équilibrer les comptes ?.

Bernard Drouère
Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sans attendre les mesures qui vont être annoncées suite au Grand Débat National, il y a déjà une mesure qui a été promulguée le 24 Décembre 2018 par Emanuel Macron :  instauration d’une 4ième tranche de CSG pour les pensions de retraites à partir du 1ier Janvier 2019.

En 2018, compte tenu du décalage de l’application des baisses de cotisations salariales, les recettes de l’augmentation de 1,7% de CSG sont excédentaires de 2,4 Md€.

Par contre en 2019, compte tenu de la mis en place d’une quatrième tranche de CSG à 6,6% et de l’augmentation des dépenses liées à la baisses des cotisations salariales, le déficit est de 5 Md€, soit la moitié de l’enveloppe annoncée pour les Gilets Jaunes.

Ne serait-il pas opportun de limiter les baisses de cotisations salariales à 2,5 Smic, comme il est fait sur les baisses de cotisations patronales sur le CICE ?

Trouvez vous normalement qu’un retraité vivant seul avec une pension en 2017 de 1 880 € / mois, ait vu sa pension diminuée de 35 € au 1ier Janvier 2018, pour financer la baisse des cotisations sociale de 1,45% (3,15% moins 1,7% de CSG) d’un salarié qui gagnait 3 500 € net / mois en 2017, soit un gain de pouvoir d’achat de 66 € / mois en 2018 ?.

Recette de l’augmentation de 1,7% de CSG en 2018

En se basant sur les tableaux 1,2 et 3 des recettes de la CSG fournies par le rapport de la commission des comptes de la Sécurité Sociale du 25 Septembre 2018, il est possible d’en déduire les recettes liées à l’augmentation de 1,7% de la CSG en 2018, soit 22,8 Md€.

Dépense liée à la baisse des cotisations salariales en 2018

Les baisses de cotisations salariales n’ont pas toutes été appliquées en Janvier, la baisse de 0,95% sur l’assurance chômage n’a été appliquée d’en Octobre. Ainsi les dépenses n’ont été que de 20,4 Md€, ce qui correspond à un surplus de recette sur l’année 2018 de 2,4 Md€.

Mais ou est donc passé ce surplus de 2,4 Md€ de cotisation CSG en 2018 ?

Recette de l’augmentation de 1,7% de CSG en 2019

En 2019, les recettes liées à l’augmentation de 1,7% de la CSG devaient s’élever à 23,2 Md€, sans tenir compte de la baisse de 1,7% sur la CSG sur une partie des pensions de retraite, promulguée le 24 Décembre 2018 par Emanuel Macron.

En 2019, une quatrième tranche de CSG à 6,6% est introduite sur les pensions de retraite sur la base du RFR 2017.

Pour un retraité célibataire dont la pension nette mensuelle est comprise entre 1 340€ et 2 020€ le taux de CSG sera de 6,6%, soit un gain de pouvoir d’achat mensuel de 24€ à 37€, par rapport à 2018.

Pour un couple de retraités dont la pension nette mensuelle est comprise entre 2 060€ et 3 090€ le taux de CSG sera de 6,6%, soit un gain de pouvoir d’achat mensuel de 37€ à 57€, par rapport à 2018.

En 2016 le nombre de retraités est de 17,210 millions, selon le rapport de la DRESS de 2018.

Selon le 14 ième rapport du Conseil d’Orientation des Retraites (COR) de Juin 2018, la distribution des pensions nettes des retraités est la suivante:

Le premier décile, correspond à la tranche d’exoneration de CSG (pension nette < 1030€).

Le deuxième décile, correspond à la tranche de CSG à 3,8% (pension nette < 1340€).

Les déciles 3,4,5 et 6 correspondent à la tranche de CSG 6,6% (pension nette < 2020€).

Ainsi les recettes de CSG, avec l’application de cette quatrième tranche à 6,6%, vont être diminuées de 1,7 Md€ en 2019, pour être ramenées à 20,9 Md€ .

Dépense liée à la baisse des cotisations salariales en 2019

D’autre part les baisses de cotisations sociales salariales devraient engendrées une dépense de 25,9 Md€, et ne seront donc plus compensées par l’augmentation de 1,7% de CSG, soit un déficit de 5 Md€ à la charge de l’état (soit la moitié de l’enveloppe que Macron à promis pour calmer la révolte des Gilets Jaunes).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant