Bernard Drouère (avatar)

Bernard Drouère

Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite

Abonné·e de Mediapart

120 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mars 2023

Bernard Drouère (avatar)

Bernard Drouère

Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite

Abonné·e de Mediapart

Appels d’offres éolien terrestre : un « loupé historique ».

Alors que le gouvernement martèle son souhait de simplifier les procédures pour l'installation des infrastructures des énergies renouvelables, le troisième appel d'offres « PPE2 » sur l'éolien terrestre vient de subir un « loupé historique », suite à la modification du cahier des charges : 57 MW retenu sur 925 MW appelé.

Bernard Drouère (avatar)

Bernard Drouère

Expert en réseau électrique et en traitement du signal à la retraite

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

D’après les données fournies par RTE, l’éolien terrestre disposait d’une puissance installée de 19,1 GW à mi juin 2022. Selon le décret n° 2020-456 du 21 avril 2020 relatif à la programmation pluriannuelle de l’énergie, l’objectif à fin 2023 pour la filière éolien terrestre est de 24,1 GW de puissance installée, soit une augmentation de 5 GW. Pour atteindre les objectifs fixés par le décret ci-dessus, le calendrier indicatif de lancement des procédures de mise en concurrence pour les énergies renouvelables électriques jusqu’en 2024 est le suivant pour l’éolien terrestre : dix appels d’offres, à compter du quatrième trimestres 2021 :

Illustration 1

Selon le ministère de la transition énergétique, la liste des lauréats des trois premiers appels d’offre « PPE2 » sont les suivants :

Illustration 2

Le clou de ces appels d’offres concerne celui de la troisième période de l’appel d’offre « PPE2 » pour 925 MW, qui finalement abouti qu’à la validation de 57,6 MW, suite à un « vice de conformité » sur les modèles de garanties financières proposées par les candidats à l’appel d’offre, à la suite d’une modification du cahier des charges …
Selon le rapport de synthèse de la CRE du 2 février 2023, sur la troisième période de l’appel d’offre « PPE2 », sur les soixante (60) dossiers instruits, cinquante quatre (54) ont été éliminés pour les motifs de non-conformité, éventuellement cumulatifs, suivants :
  - quarante-sept (47) au motif que la garantie financière présentée ne couvre pas la période requise par le cahier des charges, 
  - deux (2) au motif que le montant de la garantie financière n’était pas au moins égal à trente mille euros (30 000 €) multipliés par la puissance  de l’installation exprimée en mégawatt,
  - deux (2) au motif que le candidat ne présente pas une autorisation environnementale valide,
  - huit (8) proposent un tarif de référence strictement supérieur au prix plafond et sont donc éliminés, conformément au cahier des charges. 

En conclusion il ne reste que quatre (4) dossiers conformes, représentant une puissance cumulée de 57,6 MW.
C'est un signal malvenu, quelques jours seulement après l'adoption de la loi relative à l'accélération des énergies renouvelables : alors que le gouvernement martèle son souhait de simplifier les procédures pour l'installation de ces infrastructures de production bas carbone, le troisième appel d'offres sur l'éolien terrestre, dont les lauréats viennent d'être annoncés, s'apparente à un « loupé historique », explique-t-on à la Commission de régulation de l'énergie (CRE).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.