Comment trouver 5 milliards d’euros pour les Hôpitaux ….

Le gouvernement s’apprête en 2021 à « supprimer », en catimini, la Taxe d’habitation pour les foyers fiscaux les plus aisés, au lieu d’utiliser ces 5,6 Md€ pour attirer du personnel médical dans les hôpitaux.

Dans l’Evaluation des voies et Moyens - Tome 1 (Les Evaluations de recettes) annexé au PLF 2020, le dégrèvement de la taxe d’habitation était de 14,68 Md€ pour la totalité des foyers fiscaux les moins aisés.

Le montant de la taxe d’habitation pour les résidences principales et secondaires est de 22,6 Md€.

Les résidences secondaires, non dégrevées, représentent 2,5 Md€, ainsi le montant de la taxe d’habitation pour les foyers fiscaux les plus aisés ne représente que 5,4 Md€.

Dans le PLF 2021, l’augmentation des autres recettes fiscales, est justifiée par  :

  • la re-budgétisation de la taxe d’habitation sur les résidences principales des ménages les plus aisés (+ 5,6 Md€),
  • la suppression des remboursements et dégrèvements de taxe d’habitation accordés d’office aux contribuables (13,7 Md€).

Le gouvernement prévoie donc, dans le PLF 2021 d’exonérer l’ensemble des foyers fiscaux (hors résidences secondaires). Le gouvernement fait cela en catimini, pour ne pas s’attirer les foudres de la population. Ainsi Macron pourra cocher sur son programme : j’ai tenu mes engagements sur la « suppression » de la Taxe d’habitation.

Après avoir favorisé les plus riches en supprimant l’ISF, par l’IFI, Macron continue de favoriser les plus riches en supprimant la taxe d’habitation en une seule fois en 2021.

Compte tenu du contexte actuel sur la pandémie du Covid-19, qui demanderait d’injecter des moyens supplémentaires pour attirer du personnel médical dans les hôpitaux, il serait plus utiles de se servir de ces 5,6 Md€, pour revaloriser l’ensemble du personnel médical.

La Fonction Publique Hospitalière représente environ 1,2 millions emplois, ainsi cela permettrait d’augmenter les salaires de 390 € / mois en moyenne, sur une année complète.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.