Conquêtes de l'Humanité, chanson inspirée par une centrale nucléaire.

Ce texte, terminé le 21 juin 2012, peut se chanter sur l'air composé par Georges Brassens pour "Les trompettes de la renommée". Il faut reconnaître que ce n'est pas facile de chanter comme lui sur une telle musique. J'ai composé un air plus mélancolique, plus lent, plus "slave", mais je n'en suis pas fier. Dans tous les cas, il faut savoir pratiquer l'élision ou l'allongement de syllabe à bon escient pour que ce soit chantable. Cela demande un peu de travail mais ce n'est pas là l'essentiel.

L'essentiel c'est que tout soit mis en œuvre pour arrêter le désastre en cours à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi.

Conquêtes de l'Humanité
 
Bien trop content d’avoir du courant électrique,
Je ne voulais rien savoir du péril atomique,
Refusant de penser aux risque de pollution,
aux déchets intraitables, au risque d’explosion.
Des gens de bon conseil, ont cru me faire comprendre
que je n’avais pas l’choix, qu’être réduit en cendre
était un risque mineur, à mettre dans la balance,
quand l’électricité coulait en abondance.
 
Conquêtes
De l’humanité,
Vous êtes bien peu contestées.
 
Mais quand trois réacteurs, méchamment nucléaires,
deviennent incontrôlables, menacent la vie sur terre,
comment être insensible, ignorer ce qui se passe,
attendre tranquillement que tout le Japon trépasse.
Avec ce grand désastre, cette catastrophe énorme,
saisi par la colère, il a fallu que je m’informe
mes interlocuteurs ont préféré se taire
car toute cette industrie est liée au militaire.
 
Conquêtes
De l’humanité,
Vous êtes bien peu contestées.

Fournir toute l’énergie qui nous serait nécessaire,
ne serait possible dit-on, qu’avec un nucléaire,
largement développé, ailleurs que dans la brousse,
un nucléaire français, le plus sûr d’entre tous
La bombe d’Hiroshima, celle de Nagasaki,
auraient dû me convaincre, une fois ce mal acquis,
qu’il fallait arrêter ce genre d’expérience,
censée faire progresser l’ensemble de la Science,
 
Conquêtes
De l’humanité,
Vous êtes bien peu contestées.
 
Une contamination qui est plus que massive
doit remettre en question nos attitudes passives,
notre confiance aveugle, dans ces maudits experts,
qui espèrent nous fourguer les très sûrs EPR.
J’aimerais qu’ils nous expliquent, j’aimerais qu’ils nous éclairent
avec bienveillance, sur l’art et la manière
d’arrêter au plus vite, non d’un petit bonhomme,
radioactivité et descente de corium.
 
Planète,
bien contaminée,
comment pourrons-nous te sauver ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.