Bernard Lamizet
Ancien professeur à l'Institut d'Études Politiques de Lyon
Abonné·e de Mediapart

168 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mai 2022

PROPOS ICONOCLASTES SUR L’EUROPE

Je suis né le lendemain de la naissance de l’Union européenne. Cela me donne un regard critique particulier sur l’Europe, accentué aujourd’hui par la guerre en Ukraine et par les propos du président français à Strasbourg.

Bernard Lamizet
Ancien professeur à l'Institut d'Études Politiques de Lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’Union européenne a changé de sens

L’Union européenne naît le 18 avril 1951 : ce jour-là, à Paris, est signé le traité donnant naissance à la Communauté européenne du charbon et de l’acier, première forme de l’Union européenne. Ce traité est signé par six pays : l’Allemagne fédérale, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. Au commencement, l’Union est un marché commun de l’énergie – et, d’ailleurs, bien plus tard, quand le traité de Rome donnera naissance à l’Europe économique, en 1957, on parlera du « marché commun ». Cela veut dire que la première signification de l’identité européenne est politique. En effet, elle unit un espace économique qui existait déjà, que l’on appelait, alors, le Benelux (réunissant la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas) et les trois puissances qui avaient été littéralement détruites par leur affrontement au cours de la guerre de 1939-1945 : la France, l’Allemagne et l’Italie. Par l’union européenne, ces puissances voulaient mettre fin à la guerre. Il fallait un geste fort pour marquer la fin d’un des conflits les plus meurtriers de l’histoire. En imaginant une organisation commune de la métallurgie (acier), de l’énergie (charbon puis, en 1957, avec Euratom, l’énergie nucléaire) et, enfin, de l’économie, les pays européens voulaient donner naissance à un espace économique de nature à succéder à l’espace de la guerre en donnant aux populations européennes l’espace d’un développement économique adapté aux exigences du moment et de nature à en finir avec les guerres en Europe. Mais, peu à peu, au fur et à mesure de sa construction, l’identité européenne a changé de sens en s’élargissant de plus en plus. Elle est devenue une sorte de fantôme, un espace politique sans consistance, sans autre projet que l’extension du domaine du libéralisme, désormais imposé à tous les pays européens. Il est même question que l’Union européenne voisine la Syrie, avec le projet d’adhésion de la Turquie. C’est pourquoi il importe de s’interroger, aujourd’hui, sur le sens de l’Europe – et même de se demander si l’Union européenne a encore un sens.

Un espace qui ne peut être un espace politique

Dans les dimensions qu’elle a atteintes aujourd’hui, l’Europe ne peut pas être un espace politique. D’abord, elle n’a pas de langue : sans doute est-ce la première raison pour laquelle elle ne peut être un espace politique. D’ailleurs, la seule langue qui soit parlée par tous les pays de l’Union européenne et par tous ses habitants est la langue d’un pays étranger à l’Europe, qu’il s’agisse de la Grande-Bretagne qui l’a quittée ou des Etats-Unis qui, me semble-t-il, bien que je ne sois pas très fort en géographie, se trouvent dans un autre continent. Or il ne peut y avoir de pays sans langue, ce qu’avait bien compris François Ier, en imposant, à Villers-Cotterêts, en 1539, l’usage du français dans tous les actes d’état-civil. Par ailleurs, il y a trop de différences entre les pays qui en font partie pour qu’une véritable identité politique européenne puisse exister. Ils n’ont pas la même culture, ils n’ont pas la même histoire, ce ne sont même pas les mêmes partis qui y font vivre la politique. D’ailleurs, le seul événement européen qui pourrait avoir un caractère politique, l’élection du Parlement européen, est organisé pays par pays, et il n’y a pas un espace politique de débats, de confrontation et même de journaux commun à l’ensemble des pays européens, ce qui serait une manière d’exprimer une identité politique partagée.

Le consentement à la victoire du libéralisme

Voilà ce qu’est devenue l’Europe – à moins, bien sûr, qu’elle ne l’ait toujours été, ce qui expliquerait, dans notre pays, les réticences de de Gaulle et des communistes, aujourd’hui des Insoumis, devant l’importance prise par l’Europe. Et cet objet bizarre – je n’osais pas écrire : ce monstre – qu’est devenue l’Europe n’est finalement là, parmi tant d’autres évolutions et tant d’autres événements, que pour témoigner de la disparition progressive de l’État et de la victoire du libéralisme. Si l’Union européenne a acquis l’importance qu’elle a aujourd’hui – au point que le drapeau européen est accroché, à côté du nôtre dans tous les bâtiments publics, c’est parce que le libéralisme a gagné, et, avec lui, l’affaiblissement du politique, qui ne signifie plus rien. J’ai commencé par évoquer ma date de naissance, je continuerai à parler de ma vie personnelle en remarquant que, quand j’étais lycéen, nous étions tous engagés dans la politique, il y avait un journal des élèves dans mon lycée, et cela nous avait tous amenés à manifester, en 1968, lors d’un certain mois de mai, et j’ai le sentiment qu’aujourd’hui, les jeunes lycéens, les jeunes étudiants, les jeunes travailleurs, ne sont plus engagés – ou, en tout cas, le sont beaucoup moins. Cela veut dire que le libéralisme a gagné : il n’y a plus d’identités que celles des consommateurs, il n’y a plus de pouvoirs que ceux des entreprises, il n’y a plus de discours et d’engagements que ceux des financiers qui disposent des seules autorités encore actives. En laissant s’affaiblir le rôle des états-nations et en les faisant même disparaître derrière cette espèce de fantôme qu’est l’Europe, nous avons consenti à l’hégémonie du libéralisme. Dans notre pays, le dernier événement significatif de cette évolution fut, bien sûr, la réélection à la présidence de la République de Monsieur Emmanuel Macron, un banquier qui n’avait jamais eu aucun mandat politique, qui avait travaillé avec cet autre fantôme politique qui se nomme Monsieur François Hollande, et qui poursuit sans s’interrompre sa tâche méthodique de destruction de la vie politique.

La disparition des identités politiques

C’est ainsi qu’il n’y a plus d’identités politiques : il n’y a plus de gauche ni de droite, il n’y a plus d’engagements, et, bientôt, les députés seront recrutés par des petites annonces. Le triomphe de l’Europe a ce sens : comme ce ne sont plus les acteurs politiques qui ont les pouvoirs, ce sont les fonctionnaires européens qui les ont, et, comme les appartenances nationales et les citoyennetés n’ont plus de sens, les pays européens sont désormais régis par des lois adoptées sans que les citoyens aient la possibilité de donner leur avis. C’est ainsi que, comme ce sont des banquiers comme Monsieur Emmanuel Macron qui nous gouvernent, la politique s’est peu à peu éloignée de nous et on peut craindre qu’elle ne se soit séparée définitivement des citoyens. Ne nous trompons pas : c’était la signification d’un second tour de l’élection présidentielle qui avait vu l’élimination du seul candidat éligible d’une gauche démocratique et qui s’était réduit à un affrontement entre l’identité politique d’un banquier et celle d’une candidate totalitaire. Mais rappelons-nous ce que fut le véritable serment de Strasbourg, celui de 842, que, comme tant d’autres figures de notre histoire, Monsieur Emmanuel Macron a déformé à son seul profit. Après la mort de Charlemagne, ses petits-fils se sont entendus sur de nouvelles frontières et sur de nouveaux états en Europe. Mais l’essentiel est peut-être qu’il s’agit du premier texte en langue romane : en quelque sorte, la langue française est née à Strasbourg. Aujourd’hui, l’Europe n’a même pas été capable d’éviter la guerre en Ukraine, et, quand on voit, dans les journaux, la photo de Monsieur Emmanuel Macron, le sourire satisfait et suffisant, après son « serment de Strasbourg », on se rend compte que le véritable danger est là : dans la disparition du politique et des institutions comme la langue ou les autres institutions politiques, dans la disparition du débat public. Ne nous trompons pas : mes propos ne sont pas des divagations d’intello à lunettes et de prof vieux, donc, comme l’Europe : c’est pour nos enfants qu’il y a urgence, pour qu’ils puissent, comme nous, être des citoyens, avec des devoirs mais aussi avec des droits.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ». Premier volet de notre série sur la guerre des espionnes.
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Le chemin de fer est un trésor public et une solution pour demain »
[Rediffusion] Dans « Un train d'enfer », Erwan et Gwenaël Manac'h offrent une enquête graphique dense, caustique et très réussie sur la SNCF qui lève le voile sur une entreprise d’État attaquée de toute part, un emblème, à réformer sans doute, mais surtout à défendre. Conversation déliée avec Erwan.
par Delaunay Matthieu
Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO