Bernard Lamizet
Ancien professeur à l'Institut d'Études Politiques de Lyon
Abonné·e de Mediapart

154 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 déc. 2021

LES PARTIS ET L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

Les partis ont tendance à s’engager dans l’élection présidentielle dans un débat périmé et à ignorer les problèmes politiques contemporains. Réfléchissons aux modalités de cette élection.

Bernard Lamizet
Ancien professeur à l'Institut d'Études Politiques de Lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Signification de l’élection présidentielle au suffrage universel direct


Faisons un rapide retour en arrière, pour mieux comprendre la signification de l’instauration du suffrage universel direct pour l’élection présidentielle. Quand, en 1962, à l’issue d’un référendum, de Gaulle modifie les règles de l’élection présidentielle pour y établir le suffrage universel direct, la France vient de sortir de la guerre d’Algérie et, ainsi, de la colonisation, et de Gaulle n’est pas loin de donner une allure monarchique au régime présidentiel institué par la Constitution de 1958 dont il avait pris l’initiative pour en finir avec le régime de la IVème République. Dans ce régime, le président de la République dispose de pouvoirs étendus et il s’inscrit dans une sorte de confrontation avec les autres pouvoirs de l’État, en particulier le pouvoir législatif qui, comme toujours, prend la forme du Parlement. En faisant élire le président de la même façon que les députés, la réforme de 1962 lui donne, au fond, un pouvoir et une légitimité semblables à la leur. La logique de l’élection présidentielle au suffrage universel direct est bien de doter le président d’une identité politique comparable à celle de l’Assemblée nationale – qu’il a, d’ailleurs, le droit de dissoudre. En même temps, le président dispose, en cas de crise ou d’urgence, des pouvoirs exceptionnels conférés au chef de l’État par l’article 16 de la Constitution – mis en application, il est vrai, rarement. En le faisant élire au suffrage universel direct, la Constitution fait du président un acteur politique doté d’une légitimité, et, donc, de pouvoirs comparable à ceux de l’Assemblée. 
L’autre signification de cette élection présidentielle au suffrage universel direct est d’établir un lien direct entre le président et le peuple, un lien qui, en quelque sorte, passe par-dessus les partis. De Gaulle avait toujours détesté les partis – qu’il dénigrait, et, comme Macron, il avait conçu un parti qui lui était complètement soumis, comme La république en marche. Ce parti a pote plusieurs noms : il s’est appelé l’U.N.R. (Union pour une nouvelle République, l’Union démocratique pour une Vème République, et, aujourd’hui, les Républicains sont porteurs d’une part de son héritage. En prévoyant que le président soit élu au suffrage universel direct, la Constitution le situe en-dehors des partis, puisque sa personne est en relation directe avec le peuple français, un peu comme un roi, finalement. Cette évolution, au demeurant, est liée à l’évolution des médias et de la communication politique, puisque la télévision a permis au président d’accentuer la personnalisation du pouvoir en lui donnant un média lui permettant de se montrer aux citoyens (au « peuple ») et de se faire entendre personnellement dans l’espace public. Les « étranges lucarnes », comme écrivait André Ribaud, dans un feuilleton intitulé La Cour dans Le Canard enchaîné, ont permis au souverain, à cette sorte de nouveau monarque d’être immédiatement près de ses sujets.
Sans doute est-il inutile de souligner qu’E. Macron se situe directement dans cet héritage, un peu, d’ailleurs, comme V. Giscard d’Estaing ou F. Mitterrand dans leur temps.

La recomposition contemporaine des identités politiques


C’est bien dans ce cadre institutionnel qu’il faut comprendre, aujourd’hui, la recomposition des identités politiques à laquelle nous assistons. Les anciens partis, qui dominaient la vie politique et qui constituaient, pour elle, les identités et les appartenances des acteurs et des personnages qui la vivent, semblent tous en crise, tandis qu’émergent de nouvelles identités plus ou moins fondées autour de personnages, comme L.R.E.M. autour d’E. Macron ou les Insoumis autour de J.-L. Mélenchon. Si l’on peut parler, aujourd’hui, d’une recomposition des identités politiques, c’est aussi parce que les thèmes qui dominaient les engagements depuis les débuts de notre démocratie sont eux-mêmes en cours de recomposition. Après les crises qu’ils ont connues ou qu’ils continuent de connaître, le socialisme et le libéralisme sont soumis à des sortes de mutations, l’État lui-même s’est affaibli, qu’il s’agisse des formes qui étaient les siennes, autour d’un état centralisé et fort ou du rôle qui était le sien dans la vie économique de notre pays. Ces mutations touchent les partis, qui sont, aujourd’hui, en quelque sorte, forcés d’imaginer de nouveaux projets politiques, de s’exprimer dans une nouveau langage politique, d’élaborer une nouvelle agora, un nouvel espace public de délibération et de débat. Sans doute l’élection présidentielle constitue-t-elle un moment particulièrement fort de cette recomposition en cours. Peut-être la multiplication des candidatures est-elle une sorte de symptôme de la naissance de ces nouvelles identités qui structurent le débat public.

L’éloignement des partis des débats contemporains


De nouvelles questions sont apparues, tandis que d’anciens débats ont fini, peu à peu, par disparaître. C’est ainsi, par exemple, que les questions internationales se sont déplacées : à la confrontation entre l’Est et l’Ouest a succédé une autre conflictualité – entre le Nord et le Sud, tandis que l’espace politique international était bouleversé par l’apparition de la violence terroriste qui est venue donner, en quelque sorte, une nouvelle forme à la guerre, la guerre sortant du domaine de la confrontation entre les états pour s’inscrire dans de nouveaux espaces fondés sur de nouveaux enjeux. C’est ainsi, d’une autre manière, que les questions environnementales ont fini par connaître une véritable urgence, tant dans le domaine de la pollution que dans celui du réchauffement climatique. C’est ainsi, également, que les questions de santé sont devenues des questions mondiales, comme on a pu s’en rendre compte lors de l’apparition du S.I.D.A., ou du S.R.A.S. ou encore, aujourd’hui, du Covid-19. Il est, d’ailleurs, significatif que ces nouvelles maladies ne soient plus désignées par des noms, mais par des abréviations de termes scientifiques, ce qui montre bien qu’elles ne se sont pas pleinement  inscrites dans les paroles des populations et dans le débat public.
Or ces questions n’avaient pas de place dans la culture politique des partis classiques, contraints, aujourd’hui, s’ils veulent poursuivre leur existence, de se donner de nouveaux discours, de nouveaux projets – peut-être même de nouveaux acteurs. Si des mouvements comme, dans notre pays, celui des « gilets jaunes », ont pu connaître le succès et rencontrer l’audience qu’on leur connaît, c’est qu’ils ont parlé aux populations un nouveau langage, plus proche du leur.
En effet, les partis se sont peu à peu éloignés, le plus souvent sans s’en rendre vraiment compte, des débats contemporains et des questions que se posent les peuples qu’ils ont laissés en attente de réponses. Ce silence des partis devant les questions du monde contemporain peut expliquer pourquoi les peules s’éloignent d’eux – cet éloignement ne datant pas d’aujourd’hui, comme on l’a vu, mais atteignant aujourd’hui une dimension critique, qui peut expliquer pourquoi les peuples ont peu à peu cessé de leur faire confiance. 

Retrouver les lieux de l’espace public


Dans tous les pays, pas seulement le nôtre, il devient urgent, pour eux, que les partis finissent par prendre pleinement conscience de cette crise et se mettent à imaginer les mots et les idées qui pourront répondre aux attentes des citoyens et susciter leur engagement t leur adhésion. Pour vivre et continuer à jouer leur rôle – c’est-à-dire structurer les idées politiques et leur donner des modes d’engagement et d’action dans l’espace public, les partis doivent imaginer des mots nouveaux, ils doivent puiser dans leurs cultures et dans les histoires qui sont les leurs, des façons nouvelles de s’inscrire dans le débat public.
C’est tout l’espace public qui est à reconstruire : sans doute s’agit-il de l’enjeu majeur du débat qui s’ouvre dans notre pays jusqu’en avril.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)

La sélection du Club

Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda