Bernard Lamizet
Ancien professeur à l'Institut d'Études Politiques de Lyon
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 janv. 2022

LE PLACARD, LE VOTE ET LE DÉNI

Cité par « Le Monde » du 30 décembre, le porte-parole du gouvernement a affirmé qu’il n’y a pas de projet de report de l’élection présidentielle « ni sur la table, ni en-dessous de la table, ni dans le placard à côté de la table ».

Bernard Lamizet
Ancien professeur à l'Institut d'Études Politiques de Lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La table et le placard

Nous voilà donc informés sur le mobilier de l’Elysée : il y a un placard à côté de la table du Conseil des ministres. C’est rassurant : on pouvait être inquiet sur les commodités du palais, étant donné l’état de crise où nous sommes et auquel, bien sûr, les dirigeants de l’État ne sauraient échapper. Il y a au moins une table – c’est ce qui se voit, ce qui est ouvert, ce qui se voit, ce qui est offert aux regards de tous et, en même temps, c qui est ouvert à la discussion, au débat public. De ce côté-là de la table, soyons rassuré, il n’y a pas de report de l’élection présidentielle sur la table du Conseil des ministres. Mais bon, une table, bien sûr, elle a un dessus, et il y a un dessous. Les dessous de table, c’est bien connu, ont toujours constitué une part essentielle de l’économie de notre pays, comme de l’économie des autres pays. Les dessous de table, c’est ce qui se donne sans qu’on puisse le voir, puisque c’est ce qui se passe en-dessous, ce qui est caché par le dessus. Rappelons-nous donc bien cette règle du mobilier de l’Elysée : la table du Conseil des ministres a un dessus et un dessous. Le problème, c’est que ça y est : M. Attal a beau dire que tout est clair, manifeste, dès lors qu’il a évoqué un dessus et un dessous de la table, le doute s’est instillé dans l’esprit de nos concitoyens. C’est un peu la vieille histoire de l’espace public. S’il y a un espace public, celui du débat, c’est qu’il y en a un autre qui, lui, ne l’est pas, qui constitue, en quelque sorte, l’envers du politique, son dessous.

Mais tout cela ne serait encore rien, nous avons l’esprit large, ouvert, confiant. Tra-la-lère, nous disons-nous, s’il n’y a qu’une histoire de table, la politique va bien. Mais le mobilier de l’Elysée ne s’arrête pas là : il y a aussi un placard, selon M. Attal. Il a oublié de nous en donner la marque. Moi qui suis très intéressé, en ce moment, par les meubles de rangement pour chez moi, j’aimerais bien savoir si, à l’Elysée, le placard est Ikea ou d’une autre marque, on ne le sait pas. Mais je m’égare, direz-vous. Lamizet est encore en train de partir dans un de ses délires habituels. Revenons donc à nos moutons et à notre mobilier présidentiel. Il y a un placard. Mais ce n’est pas si simple. En effet, tout le monde sait que, dans les palais des monarques et des présidents, on trouve de tout dans les placards, même des cadavres. C’est même certainement ce qu’il y a de plus intéressant à trouver dans les placards. Sans peut-être même aller jusque là, dans les placards, il y a aussi les acteurs politiques dont on veut se débarrasser : on les met dans des placards où ils ne gêneront personne. Bref, nous sommes rassurés, il n’y a rien dans les placards à propos d’un éventuel report de l’élection présidentielle. Encore une lubie d’esprits mal tournés. Il n’y a rien dans les placards, mais, tout de même, le doute s’est incrusté dans le débat public.

Le placard et le déni

Le doute est né, parce qu’enfin, nous n’y pensions même pas, au placard. Et puis, en ce qui me concerne, pendant la vingtaine d’années au cours desquelles j’ai vécu à Paris, je ne suis jamais allé à l’Elysée, pourtant un palais national donc public. Je ne savais même pas qu’il y avait des placards. Je n’avais aucun doute, je faisais une confiance absolue aux chefs de l’État qui s’y sont succédés. Je pensais bien qu’il n’y avait rien de caché, que tout était transparent chez le président. Mais voilà que, d’un seul coup, au détour d’une phrase, le porte-parole du gouvernement a endommagé cette confiance. Et s’il disait cela parce que, justement, il y a quelque chose dans le placard ? Si cette phrase était en réalité un déni ? On sait bien, quand on s’intéresse à la parole et à la communication, l’importance du déni dans le discours. On sait bien que c’est peut-être le déni qui est le plus important, qu’il a peut-être plus de sens que les mots prononcés. Et donc peut-être y a-t-il un déni dans ces mots de M. Attal. Il y a peut-être un placard dont il dénie l’existence, alors qu’il y est peut-être vraiment. Peut-être même ce qui est ainsi dans le placard, s’il s’y trouve quelque chose, a-t-il, de fait, à voir avec le recul de la date de l’élection présidentielle. Quoi qu’il en soit, que la date de l’élection soit repoussée ou qu’elle ne le soit pas, s’il dit cela, M. Attal, c’est que le problème se pose.

Le vote

C’est ainsi que le troisième terme de ce petit texte finit par apparaître. C’est du vote qu’il est question. Si l’éventuel report de l’élection présidentielle ne se trouve ni sur la table du Conseil des ministres, ni dessous, ni dans le placard, c’est qu’il pourrait bien y être. Si le porte-parole du gouvernement croit nécessaire de dire cela, histoire de rassurer un peu ceux qui participent au débat public, c’est qu’il y a un doute. Et le doute porte sur le vote. Ce doute qui s’est inséré dans le débat à l’occasion d’un mot prononcé porte sur la date de l’élection présidentielle. Et c’est en ce point que les choses deviennent intéressantes, et importantes. Parce qu’enfin, le déni ne porte pas sur un discours concernant n’importe quoi, mais sur un discours qui concerne la date d’une élection majeure. En disant cela, le porte-parole du gouvernement vient nous dire qu’au fond l’exécutif se croit le maître du calendrier politique de notre pays. La question ne devrait même pas se poser, et le porte-parole du gouvernement ne devrait même pas avoir à nous rassurer, à nous apaiser. Le calendrier électoral devrait échapper à tout le monde. Il ne devrait pas être soumis au pouvoir exécutif, il ne devrait pas être sous l’emprise du président, d’autant moins qu’il se pourrait bien qu’il fût candidat (une fois de plus, me direz-vous, je fais ma mauvaise tête, je manifeste mon mauvais caractère, car enfin si le président sortant était candidat, il l’aurait dit depuis longtemps, histoire de ne pas bénéficier à tort d’une durée de propagande électorale excédant celle des autres candidats en échappant au décompte, ce que je peux pas croire d’un président).

Si c’est la date du scrutin qui fait l’objet d’un doute, c’est fondamentalement parce que l’exécutif laisse entendre, par le déni, qu’il pourrait bien manifester un excès de pouvoir en fixant la date comme il l’entend. Nous sommes ici à la fin de la plaisanterie. Nous n’avons plus envie de rire. En effet, une fois de plus en se dissimulant derrière le Covid-19 qui, décidément, permet à tout le monde de faire n’importe quoi et aux pouvoirs de transgresser tranquillement leurs limites, l’exécutif se donne à voir comme le maître des horloges, comme celui qui est le maître du temps politique. Le vote serait soumis au pouvoir du président. Tout se passe comme si, maître du temps, le chef de l’État organisait l’élection à sa guise. Il est vrai qu’en face de lui, les oppositions – y compris celle qui m’importe, celle de gauche – étaient incapables de la moindre résistance, comme si les oppositions, à force de se déchirer entre elles en petits morceaux, se mettaient dans une situation de soumission au pouvoir en place.

C’est ici que nous en sommes. Ce n’est plus seulement le calendrier électoral qui pourrait être dans le placard, c’est toute la démocratie qui est en train de se faire enfermer dans un simple placard. Il faut faire attention aux mots, nous le savons bien. Les mots du porte-parole du gouvernement font apparaître, par le déni dont ils sont porteurs, la réalité du pouvoir dans notre pays. Il est exercé dans l’arbitraire total de la décision du chef de l’État légitimé par une épidémie devenue une crise politique, sans que les oppositions aient la force de rappeler l’importance du vote dans la vie politique. En laissant le vote nous échapper, c’est l’expression de nos identités et de nos projets que nous laissons nous échapper. Mais en avons-nous encore seulement ?

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques