Bernard Lamizet
Ancien professeur à l'Institut d'Études Politiques de Lyon
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 janv. 2022

L’INCERTITUDE VICTIMAIRE

Comme souvent, cette chronique, dans « Mediapart », est l’occasion d’imaginer un mot nouveau. Aujourd’hui, parlons d’un mot qui évoque la situation de victime.

Bernard Lamizet
Ancien professeur à l'Institut d'Études Politiques de Lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La place de victime, à l’articulation du singulier et du collectif


La victime, c’est la personne qui souffre, mais, qui, dans le même temps, est soumise à l’autre. Être victime, c’est se trouver dans la position vaincue dans le rapport de forces. En ce sens, la victime se situe aussi bien dans la relation à l’autre, elle est une posture psychique, que dans l’espace public, parce qu’elle représente une logique politique. Les mots, toujours : la victime, c’est celle ou celui qui est vaincu, celle ou celui, qui, ainsi, est dominé par l’autre. C’est bien ainsi qu’il importe de ne jamais oublier qu’on n’est pas victime seul : si l’on est victime, c’est que l’on est victime d’un acte commis par quelqu’un d’autre, que l’on soit la victime singulière d’un acte de violence commis par une autre personne qui s’est placée en situation d’adversaire en nous y plaçant elle-même. Cela dit, on peut aussi bien victime singulière d’un acte commis par une autre personne singulière, comme c’est le cas, par exemple, des victimes de violences sexuelles ou de violences commises dans l’espace familial, mais aussi des victimes d’actes de terrorisme ou de violence politique, que victime collective d’un acte de violence commis par une figue collective, comme c’est le cas des violences politiques, par exemple des violences infligées à un peuple ou à un acteur collectif par un autre en situation de domination, comme il peut s’agir, par exemple, de violences de guerre, de violences coloniales ou encore de violences professionnelles. Par exemple, les violences commises sur les lieux de travail peuvent être aussi bien des violences pleinement criminelles causées par des collègues de travail ou des supérieurs hiérarchiques, mais n’oublions pas que ce que l’on appelle pudiquement des « accidents du travail » ne désigne que des actes de violence commises sur des salariés dans des situations dangereuses créées par les entreprises faute d’investissements suffisants dans le domaine de la sécurité. C’est ainsi que la place de victime peut se situer aussi bien dans l’espace des relations singulières intersubjectives que dans l’espace public des relations politiques et institutionnelles. Nous nous trouvons ici dans une de ces « zones grises » dont on ne sait jamais très bien si l’on se trouve dans l’espace singulier ou dans l’espace politique. Peut-être, d’ailleurs, cette incertitude peut-elle expliquer que le discours politique et le discours sur le psychisme aient souvent des difficultés à en rendre raison, à nous permettre de mieux comprendre l’incertitude victimaire.

Pourquoi parler d’incertitude ?


Sans doute n’y a-t-il rien de plus douloureux que l’incertitude. Somme toute, quand on se trouve dans un situation dans laquelle on peut désigner avec précision et sans indétermination le coupable, ou le responsable, de tels actes, les choses sont claires, et l’aptitude à définir l’auteur des actes incriminés n’apaise, certes, pas la souffrance, mais, au moins, elle permet de la comprendre, ce qui peut être un premier pas vers la libération. Mais sans doute n’y a-t-il rien d’aussi douloureux que, justement, l’incertitude, qui, à la souffrance, ajoute l’impossibilité de la comprendre ou de se donner un adversaire pour tenter de le combattre. L’incertitude est la situation la pire, car on ne sait pas. Mais, de la même manière que la place de victime, l’incertitude se situe aussi bien dans l’espace singulier que dans l’espace public ? L’incertitude est aussi bien dans la relation à une autre personne que dans la relation politique à une institution, à un pouvoir, à un acteur collectif. C’est précisément le rôle des institutions de la médiation de nous permettre de penser cette incertitude. C’est ainsi que la psychanalyse nous permet de mieux comprendre l’incertitude dont nous sommes victimes – aussi bien, mais leurs responsables vont rarement sur le divan d’un psychanalyste, que celle dont nous pouvons être les auteurs. C’est ainsi, également, dans l’autre champ, dans l’espace public, que les médias nous permettent de mieux comprendre cette incertitude et, ainsi, de contribuer à y mettre fin. Même s’il y a toujours des guerres, même s’il y a toujours des actes de violence terroriste, l’accroissement des informations disponibles a, sans doute, contribué à diminuer l’incertitude qui peut caractériser l’espace public. Plus nous disposons d’informations, plus nous disposons d’outils nous permettant de les comprendre, mais aussi de nous en souvenir dans une forme de mémoire collective, plus nous pouvons parvenir à réduire l’incertitude. Cet espace flou dans lequel nous ne savons pas où nous sommes et qui, de cette manière, fragilise notre situation, se réduit en ce que s’étend l’espace sur lequel nous avons des informations. L’intensification du travail des sciences sociales, l’approfondissement des sciences de l’information et de la communication, l’amélioration du travail des journalistes et des acteurs de l’information, chacun à sa place, ont contribué à réduire l’étendue de la « zone grise ». En même temps, plus l’incertitude se réduit, plus s’améliorent les conditions dans lesquelles se prennent les décisions. Or, la décision est, de fait, un des éléments essentiels de la diminution de l’incertitude, qu’il s’agisse de la décision singulière, celle du choix personnel, ou de la décision politique, celle de l’exercice des pouvoirs.

Qu’est-ce que l’incertitude victimaire ?

Peut-être, d’ailleurs, nous trouvons-nous devant une autre dimension de la situation de victime : être victime, c’est ne pas être en mesure de prendre une décision, c’est ne pas pouvoir choisir. En parlant d’une incertitude victimaire, nous parlons d’une forme d’incertitude qui se définit, justement, par le fait qu’elle définit une posture particulière de victime, celle de la victime qui est toujours dans ce que l’on peut appeler une incertitude victimaire de l’attente. La faiblesse de la victime de l’incertitude consiste à se situer dans l’indécision et dans l’attente au lieu de se situer dans la décision et dans ce que l’on pourrait appeler l’affirmation de soi. Mais, bien sûr, comme à propos de tout ce que nous avons écrit ici, cette incertitude victimaire est aussi bien une forme singulière d’identité qu’une forme collective. L’incertitude victimaire désigne le psychisme de celles et de ceux qui sont toujours les victimes des autres. Mais, à côté de la souffrance réelle qu’éprouvent ces personnes, ne nous trompons pas : il y a quelque chose d’un désir d’être victime. La situation de victime leur plaît, dans une certaine mesure, sans, évidemment, qu’elles s’en rendent compte, sans qu’elles l’assument. Et les auteurs des actes dont elles sont les victimes viennent profiter de cette forme de plaisir, dans une sorte de relation un peu malsaine de la victime et de l’auteur de l’acte. Il y a une sorte de plaisir dans l’attente même de l’acte qui va leur être imposé. « Ah là là, que va-t-il encore m’arriver ? ». Tout le monde a entendu ce genre de plainte, que l’on pourrait appeler des plaintes par anticipation, qui s’expriment dans le temps de l’incertitude. À l’autre bout de la médiation, dans le domaine du politique et du collectif, l’incertitude victimaire désigne des peuples ou des métiers, dont la place dans l’espace public est, justement, d’être toujours considérés comme victimes, de n’exister, en quelque sorte, qu’à condition d’être victimes, d’être dans la plainte au lieu d’être dans le discours politique – par exemple dans le discours revendicatif. C’est, justement, sur de tels acteurs politiques qui ne sont acteurs que pour être victimes, que reposent les positions de domination des acteurs de pouvoir totalitaire ou des auteurs d’excès de pouvoir. Peut-être peut-on définir ainsi le totalitarisme : une forme de pouvoir qui repose sur une domination des autres prenant la forme de l’incertitude imposée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz