Bernard Lamizet
Ancien professeur à l'Institut d'Études Politiques de Lyon
Abonné·e de Mediapart

128 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2021

ÉCONOMIE POLITIQUE DE L’EMPLOI

Les annonces récentes de l’exécutif à propos de la réforme de la législation sur l’emploi engagent à une réflexion approfondie sur l’emploi dans la perspective d’une économie politique au lieu que l’emploi salarié ne soit envisagé, comme dans le libéralisme, que dans une économie de gestion des profits

Bernard Lamizet
Ancien professeur à l'Institut d'Études Politiques de Lyon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une économie politique

Pour être pleinement politique, une économie de l’emploi se fonde sur une logique de la médiation au lieu de n’être pensée que une logique de l’aliénation. Autrement dit, l’emploi est une médiation, c’est-à-dire une articulation de sa dimension singulière (le travail du salarié) et de sa dimension collective (l’entreprise) et une articulation de sa dimension fonctionnelle (le rôle du travail dans la société) et de sa signification (l’expression par le travail de l’identité du salarié).

L’économie politique donne une signification à l’économie en la situant dans une histoire et dans une culture, au lieu de ne la penser, comme l’économie libérale, que comme une rationalité de la gestion des fonctions des acteurs économiques et des profits que leur activité permet d’apporter aux entreprises.

Dans la perspective d’une économie politique, l’emploi articule quatre instances. La première est l’économie politique : il s’agit de penser la place de l’emploi dans l’économie politique et, en particulier, de penser l’emploi dans la logique de l’articulation de sa signification dans un projet économique global et de ce qu’il représente pour l’identité du salarié – y compris dans la dimension inconsciente. La deuxième dimension de l’économie politique de l’emploi est le métier. C’est ainsi qu’il est essentiel de penser l’évolution des métiers, les transformations des qualifications, les évolutions des savoir-faire, les apports de la mécanisation et de l’industrialisation et les formes nouvelles d’aliénations qu’elles imposent. Une troisième instance de cette économie politique est constituée par les emplois eux-mêmes dans leur dimension économique. Ici, sans doute, se situe le problème devenu majeur de l’économie politique de l’emploi : il s’est peu à peu pensé dans la logique d’un marché, au lieu de l’être dans celle du travail. Autrement dit : la diminution des emplois liée à l’évolution de l’industrialisation, y compris dans le domaine de l’agriculture, au lieu de conduire à une diminution du temps de travail et à une amélioration des conditions de travail, a, peu à peu, transformé l’emploi en un marché, et, ainsi, à produire un chômage de plus en plus élevé, en ignorant la dimension singulière du chômage. Enfin, l’instance majeure de l’emploi est la salarié lui-même. Il importe de penser l’emploi dans la perspective singulière du salarié : ce que représente l’emploi pour son identité propre, dans sa propre culture, y compris dans sa culture familiale, ce que constituent les contraintes liées au travail, la relation qu’il peut établir avec son employeur et avec l’entreprise dans laquelle il travaille, et les logiques citoyennes instaurées par le travail (syndicalisme, relations avec les autres salariés de l’entreprise, statut professionnel, formation et qualification).

Cesser de considérer l’emploi dans un chantage au chômage

La diminution des emplois nécessaires dans l’économie a aggravé la menace du chômage car elle ne s’est pas accompagnée de la diminution du temps de travail qu’elle aurait dû permettre. C’est ainsi que la quantité des emplois nécessaires a diminué, ce qui a conduit à une sorte de chantage exercé par les entreprises dans le marché de l’emploi. À la limite, les employeurs ont fini par pouvoir estimer que les emplois qu’ils proposent sont une sorte d’aumône faite aux salariés. Au lieu d’être inscrit dans la perspective d’un échange avec l’employeur (en échange du travail que je fournis, mon identité de salarié est pleinement reconnue par l’autre, et je perçois une rémunération), le travail est une aliénation : le salarié est à la disposition de son employeur qui le domine et son travail n’est plus l’expression de son identité mais celle d’un autre : l’entreprise qui l’emploie.

En réalité, c’est autant le salarié qui fait vivre l’entreprise et qui lui permet de se développer et d’exercer son rôle dans la société que l’entreprise qui permet au salarié de vivre et d’exprimer son identité par le travail qu’il exerce. En d’autres termes, une économie politique de l’emploi doit articuler la valeur d’usage du travail (son rôle et ce qu’il représente dans les pratiques sociales) et sa valeur d’échange (la rémunération et l’apport du travail au capital de l’entreprise). Cela doit permettre, justement, de libérer le travail de l’emprise de la logique du marché, à laquelle le contraint le libéralisme.

Une géopolitique de l’emploi

La mondialisation de l’économie libérale s’est traduite par l’élaboration d’une géopolitique de l’emploi : au lieu de se penser dans le cadre de l’espace d’une région ou d’une nation, c’est désormais à l’échelle du monde entier qu’il faut penser l’emploi. En effet, en particulier, la diminution des emplois disponibles dans les pays de l’ancien monde industriel et agricole (Europe et Etats-Unis) s’est manifestée en relation avec les transferts des emplois vers des pays dans lesquels les rémunérations sont moins élevées, notamment dans les pays d’Extrême-Orient. C’est ainsi que, peu à peu, le Japon et, après lui, la Chine et les autres pays de l’Extrême-Orient, comme, en particulier, la Thaïlande, sont devenus les pays dans lesquels se produisent les produits manufacturés dont nous ne sommes plus devenus que les consommateurs. Cette évolution s’est produite en même temps que s’amélioraient les moyens de transport permettant aux marchandises de circuler dans le monde.

Dans cette logique géopolitique de l’emploi, une fracture est en train de se produire. Après la fracture entre les pays du Nord du monde, riches et industrialisés, et les pays du Sud, plus pauvres, et connaissant une industrialisation moins poussée (ce qui donne toute leur signification, soit dit en passant, aux mouvements fondamentalistes religieux, en particulier islamistes, que nous connaissons aujourd’hui), c’est une autre fracture que le monde connaît de nos jours, entre les pays qui deviennent les nouveaux « pays de l’Ouest », Amérique du Nord comprise, et les pays qui semblent désormais dominants dans la géopolitique de l’emploi, notamment la Chine, mais au prix d’une aggravation de l’aliénation de leurs populations, en particulier de leurs enfants.

Une géopolitique pleinement rationnelle de l’emploi exige que, de nouveau, les emplois soient situés dans les mêmes pays que ceux qu’habitent les salariés, pour qu’il soit mis fin à la mondialisation de l’emploi devenue folle dans cette logique du marché. Cette géopolitique enfin rationalisée de l’emploi repose sur une répartition des emplois liée aux usages des consommateurs et des usagers et aux espaces dans lesquels vivent les salariés, au lieu de l’être exclusivement aux logiques du marché. Il faut aussi en finir avec les transports des marchandises produites, qui, en plus de l’aliénation produites par cet éloignement des emplois et des biens proposés, aggravent les pollutions dues à cette intensification des transports dans les mers et dans les cieux du monde entier.

Une médiation politique de l’emploi

Rappelons-nous ce qu’est une médiation : une articulation du singulier et du collectif. Or, en ne pensant plus l’emploi que comme un marché, le libéralisme a fini par nous faire ignorer (ou oublier) que le travail, et, donc l’emploi, ont une dimension singulière autant qu’une dimension collective. L’emploi contribue à la construction de l’image de soi du salarié pour les autres et pour lui-même, et, de la même manière, le chômage contribue à la dégradation de cette image de soi, voire à sa destruction. De la même manière, la précarisation de l’emploi et du travail fonde cette image sur une précarisation et sur une instabilité qui contribuent à cette dégradation. C’est la raison pour laquelle l’économie politique de l’emploi comporte une instance psychique. Tandis que le travail situe le salarié dans l’espace politique en lui reconnaissant une identité, le chômage exclut du monde politique celui qui n’est plus un salarié. C’est ainsi que ce que l’on a fini par appeler « l’assurance-chômage » a contribué à donner au chômage la dimension d’une maladie, de la même manière que la société pensait la médiation entre le singulier et le collectif dans la logique de « l’assurance-maladie ». Sauf que le chômage n’est pas une maladie mais un déni de reconnaissance du salarié par la société qui l’exclut de cette manière en l’enfermant dans un statut d’assisté. C’est dire l’importance de ne plus penser le travail et l’emploi dans la logique d’une aliénation, mais dans celle d’une économie politique dans laquelle le travail fait du salarié un citoyen.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André