parisiens, parisiennes on nous vole la Seine!

Le projet de construction de deux battlements sur le grand trottoir de la place Mazas à Paris 12ème signerait l'abandon d'un principe urbain parisien depuis Henry IV: ne pas construire d'immeubles en bord de Seine sur les quais hauts du fleuve !

Parisiennes,  Parisiens on vous vole la Seine !

La ville de Paris s’apprête à construire deux bâtiments Place Mazas, sur le quai haut de la Seine dans le 12ème arrondissement. Sélectionné dans le cadre de l’appel à projets « Réinventer la Seine » le projet retenu  propose un immeuble d’habitation, chandelle de 7 étages plantée au milieu du trottoir, et une construction plus basse, de 3 étages  avec cafés, restaurants et locaux associatifs, accolée à la station de métro Quai de la Râpée.

Même si l’on ne comprend pas en quoi ce programme contribue à réinventer le fleuve, ce projet est incontestablement une grande première parisienne : jamais à part le Ministère des Finances qui est un monument public à l’échelle de Paris, on n’a construit un bâtiment sur le trottoir haut qui longe la Seine dans Paris, et cela sur les des deux rives du fleuve.

Jusqu’en 1970 la place Mazas accueillait  un square, placé symétriquement au square Albert Tournaire de l’autre côté du pont d’Austerlitz. On l’a démoli début 80 pour construire sous cette place une usine des eaux et un réservoir d’orages. Le square  fut remplacé par un parking installé sous un mail planté de 30 grands marronniers qui sont toujours là.

Aujourd’hui les lieux, plutôt insolites et  livrés à eux même, sont occupés par les véhicules d’entretien du service d’assainissement de Paris, une station Velib, un centre d’accueil de l’association Aurore, la station de métro et deux charmants pavillons en pierre meulière, celui de l’éclusier et celui des canaux, protégés au titre des Monuments Historiques..

Dans le contexte de Paris, ville la plus dense d’Europe, la Seine est une respiration essentielle qu’il ne faut en aucun cas obstruer ou rétrécir.  A la jonction du fleuve et du bassin de l’Arsenal,  la place Mazas, fait partie de la grande promenade arborée de bord de Seine de la rive droite, qui se prolonge ici le long du bassin jusqu’à la place de la Bastille, prochainement réaménagée. Au-delà du pont d’Austerlitz, la promenade bute sur la voie rapide qui mène à la porte de Bercy, on peut la continuer en traversant la Seine.

C’est ce lieu qui a été proposé aux investisseurs, associations et architectes « innovants » (?). Rien ne disait explicitement dans le règlement qu’il s’agit d’environ 5000 m2 de domaine public de voirie, inaliénable sauf à en motiver l’utilité publique. Il était pudiquement précisé que l’on se trouve en « zone urbaine générale ». 

On a évité le pire parait-il ! Les investisseurs ont fait montre de toutes leurs compétences, mais personne à part le jury n’a pu voir toutes les propositions. Celle qui a été retenue, aujourd’hui en phase de négociation et d’instruction technique avancée, se définit comme un projet « d’écologie heureuse, à une échelle domestique retrouvée » (sic).

 

Obstruer un couloir de ventilation de la ville,  proposer un trottoir du quai haut de la Seine comme terrain à bâtir constituent des précédents aux conséquences extrêmement graves.  Nous appelons les conseillers de Paris, parisiens et parisiennes, les  défenseurs du patrimoine et de l’environnement, les amoureux de Paris à nous rejoindre et défendre notre cause pour que la raison l’emporte et faire arrêter ce projet.

Les berges hautes de la Seine sont un espace public inaliénable.

La place Mazas ne n’est pas un nouveau terrain à bâtir !

Il est encore temps d’arrêter cette erreur urbaine !

Ce texte a été signé par 35 associations parisiennes sur proposition de la jeune association La Seine n'est pas a vendre" vendredi dernier et envoyé a la presse; aucune réaction de la presse a ce jour !

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.