Quel projet pour la Seine à Paris ?

Alors que la Ville de Paris réunit le 29 janvier un Atelier participatif ouvert aux institutions associations et élus pour débattre de l'avenir de la Seine, l' association "La Seine n'est pas a vendre" publie des propositions constructives dans une lettre envoyée aux participants et organisateurs de cet Atelier.

Propositions de l’association La Seine n’est pas à  vendre

Réunion de l’Atelier Seine - Ville de Paris -  29 janvier 2019

 

Ayant mené ces derniers mois un travail de lanceur d’alertes et de rassembleur d’idées, l’association La Seine n’est pas à vendre poursuit et renforce ses activités pour que la Seine soit collectivement et démocratiquement l’objet d’un grand débat citoyen métropolitain en 2019 et 2020. C’est ce que notre association a amorcé le 21 novembre dernier avec un premier débat public qui a rencontré un vif intérêt de la part d’acteurs et d’associations variés (cf. CR sur notre site: www.laseinenestpasavendre.com).

Notre association se réjouit de la mise en place de l’Atelier Seine par la Mairie de Paris, auquel elle participera dans une démarche constructive et en fonction de ses moyens. Il y a de nombreux sujets à aborder qui dépassent souvent les limites de Paris et même celles de la Métropole. La concertation avec les grandes institutions comme VNF et HAROPA doit associer élus, associations et habitants autour de ce bien commun que sont les fleuves et cours d’eau.

Nous souhaitons porter l’attention des participants à cette première réunion de l’Atelier sur six sujets qui concernent le territoire parisien mais aussi la possibilité pour la Ville de Paris de soutenir une ambition métropolitaine autour de la Seine et des cours d’eau.

1. L’inscription des trottoirs plantés et grandes esplanades paysagées des berges hautes de Paris dans la zone urbaine verte du PLU, dispositif existant actuellement sur les berges basses, excepté pour les zones portuaires. Ce dispositif permettra de donner un cadre règlementaire au projet de « Parc de Seine » porté par la municipalité et d’éviter la tentation souvent présente de construire trop près du fleuve (cf. sur notre site : les projets de la place Mazas dans le 12ème et de l' esplanade devant  Radio France que nous contestons et appelons la Ville à les abandonner).

2. La poursuite ces prochaines années dans Paris de la reconquête des berges basses et de la continuité de la promenade piétonne. Cela pose la question de l’évolution à terme de la voie rapide sous le pont d’Austerlitz qui interrompt à cet endroit la continuité piétonne sur les berges basses. Cela concerne aussi un projet urbain, dont la faisabilité technique et financière doit être étudiée, qui permettrait dans les 20 prochaines années de ramener le parc de Bercy en bord de Seine et de requalifier l’actuelle voie rapide (10 files de circulation au total !) qui entre dans Paris de la Porte de Bercy au pont d’Austerlitz en voie arborée bordant le fleuve de 4 files de circulation.

3. L’hypothèse de nouveaux franchissements du fleuve (ponts ou passerelles dédiées aux seuls modes doux) doit à notre avis être étudiée au regard des priorités métropolitaines, et leur réalisation menée dans le cadre du respect des règlements en vigueur portant sur la construction d’ouvrages ou infrastructures d’intérêt public. La Ville de Paris, propriétaire du Pont aux Câbles entre Ivry et Charenton, pourrait proposer aux deux villes et au département du Val-  de-Marne de requalifier ce magnifique ouvrage en liaison douce Ivry/ Charenton. Pourquoi ne pas accompagner cette restauration- extension par la réalisation d’un équipement ouvert au public  dédié au récit du Grand Paris et inscrire ainsi ce projet comme un acte métropolitain?

4. La pollution du fleuve par ses utilisateurs actuels - question soulevée par de nombreux acteurs dont les syndicats de Bateliers - et les mesures et moyens techniques permettant d’y mettre un terme doit faire l’objet d’un groupe de travail ad hoc associant toutes les parties. Ce groupe (ou un autre) pourrait aussi, en relation avec les organismes compétents, travailler sur la question de la régulation du fleuve ainsi que sur celle de son rôle de grand couloir de ventilation (lui-même lié au maintien de sa température, donc au non rejet d’eaux réchauffées, notamment issues de la climatisation) en particulier en zone urbaine dense.

5. Les opérations telles que Paris-plage, l’ancien festival de l’OH, les occupations et concessions actuelles des berges libérées de la circulation pourraient faire l’objet d’une évaluation prospective, incluant si possible l’ensemble des initiatives et projets innovants portés par les territoires dans et hors Paris. A l’approche du rendez-vous de 2024, celle-ci permettrait de faire émerger une vision globale renforçant les perspectives de réappropriation de la Seine par tous les habitants de Paris et de la Métropole, conjuguant l’histoire, la culture, l’éducation populaire, les loisirs, en association avec les établissements scolaires, culturels, associations, clubs sportifs… qui bordent le fleuve.

La Seine est un vecteur structurant et identitaire du Grand Paris. Seine-aval a pris en 2017 l’initiative d’organiser au mois de juin « 3 jours de fêtes en Seine ». (http://www.fete-en-seine.fr) et le département de Seine-Saint-Denis fait chaque année en juillet et aout « l’été du canal » (https://www.tourisme93.com/ete-du-canal).

Nous proposons de réfléchir à la mise en scène d’une manifestation annuelle de retentissement international, fédérant tous les acteurs du fleuve, offrant une programmation attractive sur l’eau, sur les  berges et sur les ponts, s’étendant sur les territoires de la Seine, de la Marne et des canaux parisiens, valorisant des contenus citoyens et de développement durable, et constituant un moment exceptionnel de fête et de communion pour le fleuve.  

6. Poursuivre activement l’aménagement ou l’amélioration de la continuité des pistes cyclables et autres liaisons douces le long des rives du fleuve en amont et en aval de Paris en relation avec les villes, départements et associations concernées, et la Métropole du Grand Paris.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.