Bernard Laponche
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 sept. 2018

Les évènements précurseurs dans les centrales nucléaires françaises

En suite à sa demande, l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire française) a adressé à Madame Sylvia Kotting-Uhl, membre du Parlement d’Allemagne (Bundestag), la liste des évènements précurseurs dans les centrales nucléaires d’EDF de janvier 2003 au 26 juin 2014. La présente note constitue une présentation de cette liste.

Bernard Laponche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un événement précurseur dans le domaine de la sûreté nucléaire est défini de la façon suivante par l’ASN (dans la référence 1) :

« Parmi les évènements significatifs déclarés par l’exploitant Electricité de France (EDF) à l’ASN chaque année, les évènements identifiés comme précurseurs sont ceux qui conduisent à un accroissement du risque de fusion du cœur par rapport à la probabilité de fusion du cœur prise en compte lors de la conception des installations ».

 Dans le document de l’ASN, la liste des évènements précurseurs est établie par année. Les évènements sont classés chaque année par date, site concerné et description de l’événement.

En ce qui concerne la rubrique « site », on distingue les évènements relatifs à un réacteur particulier ou à plusieurs réacteurs sur un même site[1] et ceux relatifs à un ensemble de réacteurs : le document distingue alors différentes rubriques : « Toutes les centrales nucléaires », soit 58 réacteurs ; « Réacteurs de 1300 MW de puissance électrique », soit 20 réacteurs sur 8 centrales ; « Réacteurs de 900 MW », soit 34 réacteurs sur 9 centrales; « Réacteurs de 900 MW du palier CPY », soit 28 réacteurs sur 7 centrales[2]. On parlera alors d’évènements « individuels » (pouvant concerner plusieurs réacteurs) ou d’évènements collectifs » lorsqu’ils concenent soit l’ensembles des réacteurs, soir l’ensemble des réacteurs d’un même palier.

 Les évènements précurseurs sont très divers et peuvent avoir pour origine des défauts de conception, des défaillances d’équipements du fait du vieillissement, des problèmes de maintenance et d’exploitation. Pour les connaître, il est nécessaire de consulter le document de l’ASN.

On constate 158 évènements précurseurs sur cette période d’une dizaine d’années. Ces évènements sont de natures très diverses mais ce nombre est important du fait de leur caractère « précurseur ». On constate aussi qu’un nombre important de réacteurs ont connu chacun sur la période entre 15 et 20 évènements précurseurs. Ce qui intéresse au premier chef les responsables de la sûreté est l’identification des incidents afin de constater ou d’imposer des mesures correctives.

Il nous a paru intéressant de relever le nombre des réacteurs concernés afin d’estimer ce que représente les défaillances potentielles sur l’ensemble du parc nucléaire d’EDF que révèlent ces évènements.

Le tableau 2 présente :

- Les évènements précurseurs individuels par année et par site en partie haute du tableau.

- Les évènements relatifs à un palier de réacteurs comme indiqué ci-dessus sont traités comme des sites particuliers en fin de tableau.

Sur la période, le total des couples « réacteur-événement » est de 729.

Les évènements précurseurs individuels (sous-total n°1) :

Le nombre total des évènements individuels est de 215. La moyenne annuelle des évènements individuels est de 18,7 et la valeur annuelle varie entre 9 en 2006 et 33 en 2012. Il y a certainement une part de hasard dans la répartition annuelle pour la place de évènements en fin ou en début d’année.

 Les évènements précurseurs pour la totalité des réacteurs ou par paliers (sous-total n°2)

Ce sont les résultats du bas du tableau. Les évènements collectifs touchant un grand nombre de réacteurs représentent 514 évènements sur 729, soit 71%.

Sur la période étudiée, ont été concernés trois fois l’ensemble des 58 réacteurs, deux fois les 20 réacteurs du palier 1300 MW, neuf fois les 34 réacteurs des paliers 900 MW et une fois les 28 réacteurs du palier CPY (qui font partie des 34 du palier 900).

Les différences importantes entre les années dans la ligne « TOTAL » sont surtout imputables aux évènements collectifs et ne sont pas forcément significatives : par exemple, l’année 2007 connaît un événement précurseur touchant toutes les centrales qui est révélé en février alors qu’il s’agit d’un écart de conception de la modification des filtres de certains puisards, anomalie qui aurait pu probablement être détectée en 2006. Il en est de même pour l’année 2009 qui voit apparaître au cours du troisième trimestre deux fois l’ensemble des réacteurs de 900 MW et une fois ceux du CPY.

Ces évènements « collectifs » sont tout à fait comparables aux « anomalies génériques » que nous avons étudiées pour les années 2015 à début 2018 dans une note précédente.

Le tableau 3 présente par réacteur et par année la somme des évènements individuels et des évènements collectifs, ceux-ci étant répartis suivant l’ensemble des réacteurs ou les réacteurs de chaque palier concerné.

Tableau 3 – Evènements individuels et évènements collectifs

Dans la troisième phase de cette analyse, le tableau 4 présente le nombre d’évènements précurseurs par année et par réacteur.

Tableau 4 – récapitulatif des évènements précurseurs par année et par réacteur

Lorsque l’on prend en compte tous les évènements précurseurs concernant tous les réacteurs, on trouve un total de 729 couples « réacteur-événement précurseur », sur la période d’une dizaine d’années (11,5). Soit, sur la même période, 63 évènements en moyenne par an et 12,6 par réacteur.

Le nombre d’évènements par réacteur varie de 6 (2 réacteurs) à 17 (5 réacteurs : Cruas 4, Fessenheim 2, Gravelines 1 et 2, Tricastin 3), avec quand même 13 réacteurs qui ont connu sur la période 16 évènements précurseurs.

Conclusion

En admettant la sincérité de l’information fournie par l’ASN, et nous n’avons aucune raison d’en douter, on ne peut que mettre en regard le nombre considérable de couples « évènements précurseurs-réacteur) sur la période étudiée (2003-mi 2014), 799, et la définition même de l’événement précurseur, « événement qui conduit à un accroissement du risque de fusion du cœur par rapport à la probabilité de fusion du cœur prise en compte lors de la conception des installations », ce qui conduit à se poser sérieusement la question de l’état de sûreté du parc nucléaire français pendant la période considérée et dans la situation actuelle dans la mesure où l’on peut penser que toutes ces défaillances n’ont pas été corrigées, sans oublier que de nouveaux évènements précurseurs seront certainement décelés à l’avenir, au fur et à mesure du vieillissement du parc.

[1] Lorsque tous les réacteurs d’un même site sont concernés, seul le nom de la centrale est indiqué.

[2] En plus des 28 réacteurs du palier CPY, les réacteurs de 900 MW comprennent les 6 réacteurs du palier CP0 (Fessenheim 1 et 2 et Bugey 2, 3, 4 et 5).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr