Bernard Laponche
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mai 2013

L’énigme du corium mouillé

L’intéressant ouvrage de l’IRSN, « Accidents graves des réacteurs à eau de production d’électricité » (pdf ici), édition du 15 décembre 2008, nous confirme que la fusion des éléments combustibles d’un réacteur nucléaire suite à une perte du refroidissement (1) « conduit à un effondrement local puis général du cœur du réacteur avec formation d’un corium,

Bernard Laponche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’intéressant ouvrage de l’IRSN, « Accidents graves des réacteurs à eau de production d’électricité » (pdf ici), édition du 15 décembre 2008, nous confirme que la fusion des éléments combustibles d’un réacteur nucléaire suite à une perte du refroidissement (1) « conduit à un effondrement local puis général du cœur du réacteur avec formation d’un corium, amas de combustible et de matériaux de structure (supportant le combustible dans la cuve en fonctionnement normal du réacteur) fondus et mélangés, maintenu en fusion par le dégagement de la puissance résiduelle due à la décroissance radioactive des produits de fission piégés dans le corium ».

La suite possible des événements (constatée lors de l’accident de Fukushima) est décrite ainsi :

« L’effondrement des éléments constitutifs du cœur dans le fond de cuve provoque son percement au bout de quelques dizaines de minutes à quelques heures, délai qui est fonction de la masse du corium dans le fond de la cuve et de la disponibilité d’eau pour évacuer, par vaporisation, une partie de la chaleur accumulée dans le corium. S’il y a de l’eau dans le fond de la cuve ou bien du puits de cuve (2), de fortes interactions entre le corium et l’eau peuvent générer une vaporisation quasi-instantanée et massive de l’eau, phénomène appelé explosion de vapeur ».

Dans le réacteur EPR en construction à Flamanville (réacteur dit de troisième génération des réacteurs à eau sous pression), une innovation considérée comme devant améliorer la sûreté consiste à construire un « récupérateur de corium », chambre d’étalement située au fond de l’enceinte de confinement et permettant de recueillir et de refroidir le corium après le percement éventuel de la cuve du fait de la fusion du cœur (3).

Le document de l’IRSN nous précise alors, sous le titre « Elimination pratique du risque d’explosion de vapeur » :

« Pour éviter une explosion de vapeur en cas de coulée de combustible fondu dans le puits de cuve, la conception du réacteur EPR comporte des dispositions telles qu’aucune arrivée d’eau dans le puits de cuve n’est possible avant la percée de la cuve, même en cas de rupture d’une tuyauterie primaire. De plus, le récupérateur de combustible fondu étant constitué d’une chambre d’étalement, le réacteur EPR comporte des dispositions empêchant l’arrivée d’eau dans cette chambre d’étalement avant l’arrivée du corium, de façon à éviter une explosion de vapeur lors de la coulée de combustible fondu dans ce dispositif ».

On voir que le risque d’explosion de vapeur est pris très au sérieux.

Il se trouve que le « radier» (dalle de béton qui constitue le fond de l’enceinte de confinement) des réacteurs de Fessenheim est trop mince (4) : en cas de percement de la cuve par le corium, celui-ci pourrait percer trop rapidement le radier, ce qui entraînerait une pollution de la nappe phréatique. Cela était connu depuis longtemps mais ce n’est qu’après la troisième visite décennale que l’ASN, en juillet 2011, a imposé à EDF le renforcement de ce radier « afin d’augmenter très fortement sa résistance au corium en cas d’accident grave avec percement de la cuve ». Ne pouvant augmenter cette épaisseur que de 50 cm, progrès jugé insuffisant, EDF a proposé d’installer un récupérateur de corium sur le même principe (simplifié) que celui de l’EPR, solution acceptée par l’IRSN et l’ASN.

Ô surprise : dans l’examen de cette solution et dans les documents de son acceptation, le risque d’explosion de vapeur au contact du corium et de l’eau en puits de cuve a complètement disparu. La présence d’eau (plus que vraisemblable) dans le puits de cuve et la chambre d’étalement est considérée simplement par l’IRSN comme une gêne éventuelle pour l’étalement du corium...

Pas un mot sur le risque d’explosion de vapeur : l’enigme reste entière, le risque aussi. Le remède serait-il pire que le mal ?

(1) Accident survenu sur des réacteurs à eau à Three Mile Island aux Etats-Unis en 1979 et à Fukushima au Japon en 2011.
(2) Structure en béton en dessous de la cuve, partie de l’enceinte de confinement en béton.
(3) Le puits de cuve où s’écoule initialement le corium communique avec la chambre d’étalement au moyen d’un canal de décharge.
(4) 1,50m, contre 4,20m pour les autres réacteurs de même puissance, sauf Bugey.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras