Laurent Joffrin confond complotisme et gauche critique.

Laurent Joffrin, au prétexte d’éditorialiser sur les théories du complot ne peut s’empêcher de tomber dans l’amalgame neocon, et écrit « Qu’un certain discours de gauche sur le capitalisme, dont les multinationales tireraient secrètement toutes les ficelles, va dans ce sens ». Intox. Desintox.

Laurent Joffrin, au prétexte d’éditorialiser sur les théories du complot ne peut s’empêcher de tomber dans l’amalgame neocon, et écrit « Qu’un certain discours de gauche sur le capitalisme, dont les multinationales tireraient secrètement toutes les ficelles, va dans ce sens ».

Je le renvoie à l’étude de Stefania Vitali, James B. Glattfelder, et Stefano Battiston, (Chair of Systems Design, ETH Zurich, Kreuzplatz 5, 8032 Zurich, Switzerland), qui ont publié en 2011 les résultats de leur analyse de 43 000 entreprises internationales identifiées selon les critères de l’OCDE.

La traduction de cette étude en français est visible sur le blog de Paul Jorion en date du 8/09/2011. Bastamag a rendu compte de cette étude. Extraits :

« Ils ont mis en lumière les interconnexions financières complexes entre ces « entités » économiques : part du capital détenu, y compris dans les filiales ou les holdings, prise de participation croisée, participation indirecte au capital…

Résultat : 80 % de la valeur de l’ensemble des 43.000 multinationales étudiées est contrôlé par 737 « entités » : des banques, des compagnies d’assurances ou des grands groupes industriels.

Le monopole de la possession du capital ne s’arrête pas là. « Par un réseau complexe de prises de participation », 147 multinationales, tout en se contrôlant elles-mêmes entre elles, possèdent 40 % de la valeur économique et financière de toutes les multinationales du monde entier ».

Mais pour prendre en compte ceci, faut il encore ne pas être tombé dans le social-libéralisme, ne pas avoir oublié ce qu’était la gauche il n’y a pas si longtemps.

Ensuite, «  fustiger une classe politique prétendument homogène » relèverait de la pensée souverainiste nous dit Joffrin. ? Pas de chance. Car on lit dans le Monde du jour ceci : « Dans une étude consacrée aux députés élus en  2012, Luc Rouban, directeur de -recherche au CNRS (Cevipof), souligne qu'au cours des -dernières années, " leur -représentativité sociale a -régressé ". Les cadres sont surreprésentés : 81,5  % des députés relèvent de cette -catégorie qui ne regroupe que… 15,5 % de la population. Les employés et les ouvriers sont en revanche sous-représentés : 6,2  % et 2,5  % seulement des députés en font partie, contre respectivement 25,2 et 28,6  % de la –population ».

Quand aux médias, non Laurent, on ne pense pas qu’ils « ont tous décidé à désinformer l’opinion ». Ce serait désobligeant pour toi, et on t’aime bien, tu n’es pas le pire. Mais par contre, toi, comme beaucoup d’autres, tu es prisonnier de ce que t'ont mis dans la tête les économistes orthodoxes, du genre Tirole, ce partisan du marché libre des organes. Et que dit fort bien Eloi Laurent dans « Nos mythologies économiques », Edition Les Liens qui Libèrent.

« L’économie est devenue la grammaire de la politique. Elle a conquis l’espace que devrait occuper une parole politique qui est devenue dévitalisée. A chaque fois que la politique démissionne, elle s’abrite derrière la nécessité économique. Résultat : les mythologies économiques sont au pouvoir ».

Cher Laurent Joffrin, victime de ces mythologies, il te faut changer de lunettes.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.