Son blog
67 abonnés Le blog de Bernard Leon
Voir tous
  • Emmanuel Macron philosophe. Du leurre au simulacre.

    Par
    Macron est l’illustration que le leurre en politique continue de fonctionner. Aujourd’hui comme hier nous sommes, nous citoyens, condamnés à voir, sur les parois de la caverne qu’est ce monde liquide sur lequel nous n’avons plus aucune prise, s’agiter les ombres qui nous gouvernent.
  • Macron philosophe ricoeurien. La légende du siècle

    Par
    Une légende arrive en principe après coup, construction mémorielle autour de ce qui, ou de qui, la mérite. Œuvre de proches, de disciples, d’héritiers. Avec Macron il en va autrement. Il est lui même en premier lieu, le scénariste et le metteur en scène de sa légende.
  • Pour faire l’Europe, comprendre la logique des autres.

    Par
    À mi mandat, trois députés européens du Sud-Ouest se sont exprimés à Toulouse, à l'invitation du Comité du Sud-Ouest du Mouvement européen et de l'institut Jacques Delors. Ils ont levé le voile sur l’incompréhension a propos de leur travail et montré qu’on ne fait pas l’Europe à un seul pays, mais en comprenant la logique des autres.
  • Macron et la question du temps.

    Par
    La lecture d’un livre s’impose à la veille de la mandature d’Emmanuel Macron : « Du temps acheté », (Essai Gallimard), de Wolfgang Streeck. Une analyse sociologique et économique de la crise financière et fiscale dans le cadre de l’évolution du capitalisme au cours des 70 dernières années. Ce livre sera utile dans notre attention à ce qui va se passer.
  • Le populisme transversal. Concept de torture.

    Par
    Tribune de m..., d’un certain Anselm Jappe, contre Jean-Claude Michéa, dans Le Monde du 11 janvier. Une de ces critiques dont l’ambiguïté de la pensée qui les agit les fait tout à la fois critiquer le système et le capitalisme… et à en vivre. Pour tuer Michéa, il a fignolé une arme grossière, un concept, le "populisme transversal". Mais ça foire. Démonstration.