Le peintre Vincent Bebert à la librairie Tschann. Un romantisme d’avenir.

Remarqué grâce à un article du critique Olivier Cena dans Télérama, au début de l’année 2017, le peintre Vincent Bebert revient dans l’actualité par une monographie dirigée par Yves Michaud, aux éditions Somogy.

Avant de regarder de plus près ce beau livre cartonné de 120 pages, prenons connaissance du texte de présentation en 4è de couverture.

 

« Figuratif autant qu’abstrait, abstrait autant que figuratif, travaillant souvent au corps à corps avec la nature et dans la nature, Vincent Bebert, né en 1980, témoigne des ressources que la peinture offre de nouveau aux artistes pour s’exprimer. Intense, vibrante, tourmentée et cependant apprivoisée et raffinée, la peinture de Vincent Bebert étonne et fascine.
Des artistes aussi reconnus que Alexandre Hollan et Sam Szafran, des critiques comme Alain Madeleine-Perdrillat, Yves Michaud et Bernard Léon se sont réunis dans cette première monographie pour introduire l’œuvre de Vincent Bebert et dire l’estime qu’ils lui portent ». 

Vincent Bebert peint le plus souvent « sur le motif », comme on disait autrefois. Dans les montagnes des Alpes françaises, près de Montpellier, en Bretagne, mais aussi dans la région de Munich, où il part souvent en été, suite à une première expérience encouragée par une bourse du Centre National des Arts Plastiques (CNAP), obtenue en 2013.

Le propos du peintre est de faire dialoguer la nature et la peinture, sollicitant des paysages où de grandes forces entrent en résonnance avec l’homme, l’amenant à naviguer entre contemplation et engagement. Le peintre fait dans cet engagement « un pas de coté ». Un pas de coté par rapport à l’atelier, où il n’aime pas trop rester, mais aussi un pas de coté par rapport au monde contemporain, celui de la ville où se formatent les modes de vie et de penser, mais aussi les façons de peindre, ou plutôt, les façons dont se formatent les expressions culturelles du moment.

Comme dit le peintre Alexandre Hollan, auprès de qui il part travailler une semaine chaque année en septembre, « Le regard de Vincent ne nage pas vite, il sait par instinct que les vagues se répètent, partent et reviennent, comme ses montagnes qui sont des vagues qui se superposent, s’épaississent, deviennent matière, terre. »

Dans une production artistique actuelle, tellement professionnelle, réfléchie, convenable et calculée, le philosophe Yves Michaud, par ailleurs ancien patron de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris, trouve que la voie choisie par Vincent Bebert, représente peut-être l’avenir. Notant que « Ce qui fait la différence entre les œuvres aujourd’hui n’est pas quelles soient « contemporaines » ou non, mais qu’elles aient ou non l’intensité poétique, le frémissement qui nous touchera ». Rajoutant « Les peintures de Vincent Bebert ont cette intensité ».

Alain Madeleine-Perdrillat continue cette réflexion en notant « qu’il y a un emportement immédiatement sensible dans les tableaux de Vincent Bebert, et que l’on songe un instant, mais dans un tout autre contexte, aux mots de Mallarmé parlant, à propos de Manet, de « la furie qui le ruait sur la toile vide, confusément, comme si jamais il n’avait peint ». Notant un peu plus loin, que dans l’attitude de Bebert face au motif, « ce qu’il importe de saisir n’est pas seulement de l’ordre du visible ou de l’observable, sans pour autant être étranger au « spectacle » de la nature, dont la présence demeure nécessaire, mais comme manifestation de ce qui l’anime en profondeur  davantage pour elle même et pour ses charmes propres ».

Les fragments d’un dialogue entre Vincent Bebert et le grand artiste Sam Szafran apportent enfin à cette monographie le coté intimiste d’un échange plein d’amitié, de la part de l’ancien, et de respect, de la part du plus jeune.   

Un livre précieux, à découvrir pour un échange destiné à durer.

 

Une présentation du livre est organisée par la librairie Tschann, 125 Bd du Montparnasse, à Paris, avec Yves Michaud et Vincent Bebert, jeudi 21 juin, de 19H30 à 21H30.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.