Coronavirus. La poésie en solidarité. Poésie-journal 25 mars 2020

La solidarité avec le monde de la santé en première ligne, et les premiers morts parmi eux, ne doit pas faire oublier les questions qu'il faudra se poser. Il faudra prendre soin/ Des mensonges oubliés/ Mettre en avant/ Les raisons mauvaises/ D’hier et d’aujourd’hui

Je voudrais trouver l’encre

Où figer la mémoire oublieuse

 

Régénérer des mots

Pour enchâsser la vérité

 

Faire linceul de ces mots

Pour les premiers morts

 

Il y aura du marbre

Et des discours

Pour faire bulle

Autour du témoignage

Que leur mort porte

 

Prenez soin

De vos vieux oublis

Dit le poète*

 

Il faudra prendre soin

Des mensonges oubliés

Mettre en avant

Les raisons mauvaises

D’hier et d’aujourd’hui

 

Si nous voulons honorer

La certitude des vaillances

Arrêtons l’horloge

 

Et apprêtons-nous

Aux décomptes

De toutes sortes

Les failles votées

Durant quinze ans

 

Il n’y a pas que les virus

Qui sont pathogènes

 

Bernard LEON

 

* Paul Valet. La parole qui me porte. Poésie/Gallimard

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.