Pierre Cahuc et André Zylberberg, les Dupond et Dupont de l’économie.

Pierre Cahuc et André Zylberberg sont à l’économie ce que sont les Dupond et Dupont sont à la police. Ils font leur cinéma. Un cinéma soi disant d’experts pour nos deux économistes. Mais des experts en confusion. Comme le montre leur dernière chronique dans Libération de ce jour.

Pierre Cahuc et André Zylberberg sont à l’économie ce que sont les Dupond et Dupont sont  à la police. Ils font leur cinéma. Un cinéma soi disant d’experts pour nos deux économistes. Mais des experts en confusion. Là où les vedettes de Hergé font rire, nos deux comparses font pleurer, tant leurs arguments, en vue de décrier les économistes dits « hétérodoxes », sont fallacieux.

Dés le titre de leur dernière tribune dans Libération de ce jour : « Le négationnisme économique et le pluralisme », et tout au long de celle ci, ils trichent avec la langue, font dire aux mots le contraire de ce qu’ils disent en réalité, laissent croire à une bataille en cours entre le « négationnisme économique », que porteraient les économistes hétérodoxes, et « le pluralisme », que porteraient les  économistes orthodoxes. Alors que dans la réalité ce sont les hétérodoxes qui demandent à ce que la pluralité des écoles puisse s’exprimer en économie comme elle s’exprime dans les autres champs de la connaissance.

Car ce sont bien les orthodoxes qui se sont opposés à la publication d’un décret ministériel ouvrant la création d’une nouvelle section d’enseignement universitaire en économie : « Economie et société », et non l’inverse.

André Orléan, président de l’AFEP, l’Association Française d’Econome Politique, vient d’ailleurs de demander à Madame Vallaud-Belkacem d’enfin le publier, ce décret, dans une lettre publiée dans Alteréco+.

A chaque ligne de leur chronique, nos Dupond et Dupont de l’économie procèdent selon la vieille technique de l’amalgame, n’hésitant pas à voir une collusion entre des « patrons », le  « Medef », et les « hétérodoxes ». Lorsqu’on sait que tous les écrits de ces derniers sont une critique du fonctionnement contemporain du capitalisme, on ne peut que pleurer devant le manque de sérieux de nos deux économistes, qui se réclament par ailleurs de jean Tirole, le ‘’prix Nobel’’ français d’économie 2015, qui, en bon adepte du « tout marché », a proposé devant l’Académie des sciences morales et politiques que les dons d’organes soit en vente libre. Vous avez bien lu : « Sciences morales ». Défense de sourire, vous seriez taxé d’hétérodoxie par nos Dupond et Dupont de l’économie orthodoxe.

Mais contrairement aux Dupont et Dupond de Hergé, nos deux économistes n’ont pas même peur de leur ombre. L’ombre de leur obsession j’entends. Leur obsession étant les « Economistes atterrés », taxés, tout comme le Medef, de « négationnisme ». Négationniste le Medef, il faut le faire, c’est à dire niant « les lois » de l’économie  et du marché ! Négationnistes les « Atterrés », il faut oser. Mais ils osent. En ces temps où défendre la laïcité vous fait traiter de laïciste, défendre le pluralisme  vous fait traiter d’ennemi du pluralisme, vous fait traiter d’amis du Medef. Rien que de très normal pour les bouilleurs de cru du sens aujourd’hui. L’accusateur devient l’accusé. On le voit bien dans d’autres domaines.

Les économistes hétérodoxes réclament-ils le pluralisme en économie, nos Dupont et Dupond y voient une « accusation des chercheurs dont les résultats ne s’accordent pas avec les propositions de la gauche ‘’critique’’ ». Rien de moins.

Si on poursuit leur syllogisme, on trouve donc l’enchainement suivant. Le Medef pense A. Les orthodoxes sont contre grand A. La pensée des hétérodoxes s’oppose à celle orthodoxes. Donc, les hétérodoxes pensent A comme le Medef.

Mais ce n’est pas tout. Les hétérodoxes trouvent-ils que les grandes émissions du type « C dans l’air » invitent principalement des économistes orthodoxes, nos Dupont et Dupond de l’économie n’hésitent pas à suggérer « que les journalistes cessent de faire systématiquement appels aux mêmes intervenants », qui, à leurs yeux, sont bien entendu les hétérodoxes, dont la présence dans les médias occupe « une place privilégiée », écrivent-ils.

Et, comble du charlatanisme, nos deux Dupont(d), chantres de l’orthodoxie, laquelle occupe une place dominante dans l’enseignement universitaire de l’économie, concluent tout bonnement leur chronique en accusant les hétérodoxes de ne rien faire d'autre que de défendre « une rente qu’ils veulent conserver à tout prix ».

En fait, Pierre Cahuc et André Zylberberg ne sont même pas dignes des personnages de Hergé. Ils ne sont rien d’autre que des Schmock, ce personnage de Gustav Freytag, sans principe et sans scrupule, dont s’est emparé le philosophe Jacques Bouveresse pour dénoncer la corruption du langage, indissolublement lié à la corruption morale.

Pierre Cahuc et André Zylberberg fabrique de l’événement pour exister, et ils ont besoin d’un ennemi pour cela. Ils ont choisi les Economistes Atterrés. Pour y arriver, ils ont une méthode. La pollution du langage. Le renversement du vrai. Malheureusement leur rhétorique n’est pas maitrisée. Ils sont aussi mauvais bretteurs que mauvais économistes.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.