Depuis quelques années plusieurs laboratoires dans le monde travaillent sur la transmission d'informations aux cellules d'un organisme vivant  à partir de substances biologiquement actives.

https://www.youtube.com/watch?v=BQ_Qi1X9Sms

Alors que les subtances biologiquement actives ont un potentiel toxique évident ce qui limite leur utilisation à court, moyen ou long terme, les copies informationnelles de ces substances actives offriraient de nouvelles possibilités de traitement ce qui marquerait un progrès considérable par rapport à la médecine allopathique actuelle.

Jacques Benveniste avait déjà initié cette voie de recherche originale pendant les années quatre-vingt dix avec de nombreuses difficultés liées au blocage du lobby de l'industrie pharmaceutique qui préférait écouler ses stocks demédicaments utiles, inutiles et dangereux:

Benveniste, Jacques, "Transfer of Biological Activity by Electromagnetic Fields." Frontier Perspectives 3(2) 1993:113-15.

Benveniste, Jacques (1993). "Molecular signaling at high dilution or by means of electronic circuitry". Journal of Immunology 150: 146A.

Benveniste, Jacques (1994) "Transfer of the molecular signal by electronic amplification." FASEB Journal 8:A398.

Benveniste, Jacques (1995) "Electronic transmission of the cholinergic signal." FASEB Journal 9:A683

Benveniste, Jacques (1995) "Direct transmission to cells of a molecular signal via an electronic device." FASEB Journal 9: A227

Si l'on expose à un champ électromagnétique une substance biologiquement neutre avec une substance biologiquement active, on obtient un copie informationnelle de la substance biologiquement active dont l'activité biologique est évidente mais sans pour l'instant connaître réellement ses effets secondaires éventuels.

Copie informationnelle d'une substance active

De nouvelles perspectives de traitements des maladies avec des copies informationnelles de molécules actives s'ouvrent devant nous avec l'émergence d'un nouveau paradigme, il faut cependant préciser qu'une telle recherche nécessite encore une très grande prudence quant aux éventuels effets secondaires de ces copies informationnelles en évitant pour l'instant des tests cliniques sur les êtres humains:

L’industrie pharmaceutique tente de récupérer la biologie numérique de Jacques Benveniste

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.