Bernard Sudan
Ex Chef de Laboratoire en toxicologie et pharmacologie Ciba-Geigy, CIBA, Novartis 1975-2006 Bâle Suisse
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 oct. 2017

Vaccinations et mort subite du nourrisson:l'avis éclairé du Professeur Luc Montagnier

Alors que des millions de citoyens ont signé des pétitions contre les 11 vaccins obligatoires imposés par la ministre de la santé française Agnès Buzyn en invoquant justement des réactions secondaires potentielles (aluminium, sclérose en plaques, maladies auto-immunes, etc.), voici l'avis éclairé du Professeur Luc Montagnier, Prix Lasker 1986 et lauréat Nobel de Médecine 2008.

Bernard Sudan
Ex Chef de Laboratoire en toxicologie et pharmacologie Ciba-Geigy, CIBA, Novartis 1975-2006 Bâle Suisse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que des millions de citoyens ont signé des pétitions contre les 11 vaccins obligatoires imposés par la ministre de la santé française Agnès Buzyn en invoquant justement des réactions secondaires potentielles (aluminium et myofasciite à macrophages, sclérose en plaques, maladies auto-immunes, etc.), voici l'avis éclairé du Professeur Luc Montagnier, Prix Lasker 1986 et lauréat Nobel de Médecine 2008 concernant la mort subite des nourrissons:

MORT SUBITE DES NOURRISSONS : RÔLE DE LA VACCINATION ?

Professeur Luc Montagnier

Par-delà les incertitudes et la perte de confiance d'une grande partie de la population en France et au niveau mondial envers les vaccinations des enfants, nous voulons lancer une alerte solennelle aux autorités sanitaires sur les risques de mort subite d'enfants très jeunes survenant à la suite de leur vaccination.

La mort subite du nourrisson est actuellement inexpliquée. Des observations inquiétantes faites notamment aux États-Unis font actuellement l'objet de procédures judiciaires; elles indiquent une corrélation temporelle entre vaccination et mort subite chez des nourrissons âgés de quelques mois.

Corrélation temporelle ne veut pas signifier forcément causalité, mais elle nécessite cependant que des investigations objectives soient lancées en urgence. Il existe actuellement une sous-déclaration manifeste par les médecins vaccinateurs en cause, liée au dogme que les vaccins ne peuvent en aucun cas être la cause de ces catastrophes devant lesquelles ils se déclarent impuissants mais non responsables. Une possibilité évoquée par des neurologues respectés serait que des vaccinations multiples déclencheraient chez l'enfant une tempête de cytokines inflammatoires au niveau neuronal, sans que l'on puisse exclure par ailleurs le rôle cumulatif de facteurs génétiques et environnementaux à déterminer.

Pour le bien de nos futures générations, nous faisons 4 propositions aux autorités sanitaires et à tous nos confrères médecins, en accord avec l'éthique médicale

1)     Au nom du principe de précaution, inscrit dans la Constitution française, arrêter les projets d'extension de vaccinations obligatoires proposés par le gouvernement actuel, jusqu'à clarification du rôle de la vaccination dans le syndrome de mort subite et les syndromes neurologiques associés.

2)     Mener une étude rétrospective auprès des parents qui ont subi l'épreuve de la mort subite de leur enfant, pour rechercher si cet évènement n'avait pas été précédé par un acte médical, tel qu'une vaccination.

3)     Exiger des personnels médicaux un rapport sur les événements pathologiques associés temporellement à leur acte de vaccination.

4)     Créer et financer des actions spécifiques de recherche sur le rôle possible des vaccins et leur association avec des facteurs génétiques et environnementaux à déterminer dans ce syndrome de mort subite.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet