Bernard Sudan
Ex Chef de Laboratoire en toxicologie et pharmacologie Ciba-Geigy, CIBA, Novartis 1975-2006 Bâle Suisse
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mars 2017

Le scandale et l'imposture de la dermite soi-disant séborrhéique depuis 1887

La dermite soi-disant séborrhéique atteint en 2017 entre 3 et 5 % de la population mondiale alors qu'elle fut décrite pour la première fois en 1887 au moment où la fumée de tabac a commencé par envahir les lieux publics. Cette réaction entraîne un nombre considérable de consultations en dermatologie ainsi que l'utilisation d'une multitude de crèmes anti-inflammatoires depuis plus d'un siècle...

Bernard Sudan
Ex Chef de Laboratoire en toxicologie et pharmacologie Ciba-Geigy, CIBA, Novartis 1975-2006 Bâle Suisse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis la première description de la dermite séborrhéique (DS) en 1887, il fallut pratiquement un siècle pour démontrer que le taux de sébum était le même dans deux groupes de patients avec ou sans DS.

Aussi, il faut bien localiser les glandes sébacées avec leur environnement cellulaire pour envisager l’implication d’autres cellules à l’origine des réactions érythémateuses de la peau.

Dans son livre « L’allergie à l’aube du troisième millénaire » en 1997, l’immunologiste Claude Molina décrivait bien les mastocytes tissulaires autour des glandes sébacées confirmant ainsi mes premiers travaux dès 1978 impliquant ces cellules à l’origine de la dermite soi-disant séborrhéique.

Il fallut attendre 2011 pour qu’une équipe de chercheurs démontrent la présence d’histamine, un médiateur de l’allergie et de l’inflammation issu de la dégranulation des mastocytes dans la peau de patients atteints de DS, cellules précisément si proches des glandes sébacées, confirmant toujours mes travaux.

Les traitements locaux proposés par la dermatologie ne reposent que sur des molécules anti-inflammatoires comme les corticoïdes utilisées trop souvent pour les réactions allergiques ou anti-fongiques comme le kétoconazole aux propriétés anti-leucotriènes donc anti-allergiques.

L’implication de pityrosporum, un saprophyte de la peau présent sur toutes les peaux enflammées ne tient pas car les solutions à base de succinate de lithium, un sel de lithium n’ont aucune activité contre ce champignon montrant que l’origine de la DS est bien allergique ! On se demande comment pityrosporum pourrait « sauter » du visage vers la zone médio-thoracique…

Dès 2010, l’utilisation de sels de la Mer Morte par de nombreux patients atteints de DS et aussi de psoriasis a montré son efficacité pour bloquer cette réaction soutenant mon hypothèse d’une restauration de la communication cellulaire des mastocytes tissulaires.

La description de ma DS familiale impliquant l’haptène nicotine montre bien la corrélation entre le début de cette dermatite en 1887 et la fumée de tabac active et passive qui a envahi toute la vie publique pendant le vingtième siècle puisque maintenant 3 à 5% de la population mondiale en est atteinte.

L’ensemble de ma recherche depuis 47 années, dès l’âge de seize ans…est résumée dans mon livre « Vers une solution de la dermite séborrhéique » montrant bien que beaucoup de monde n’avait pas intérêt à résoudre cette réaction concernant tellement de patients : industrie du tabac, dermatologues et industrie pharmaceutique…

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette