Bernard Sudan
Ex Chef de Laboratoire en toxicologie et pharmacologie Ciba-Geigy, CIBA, Novartis 1975-2006 Bâle Suisse
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 oct. 2019

Bernard Sudan
Ex Chef de Laboratoire en toxicologie et pharmacologie Ciba-Geigy, CIBA, Novartis 1975-2006 Bâle Suisse
Abonné·e de Mediapart

Nouvelles découvertes des vertus pharmacologiques de l’ortie contre le cancer

Plusieurs laboratoires viennent de démontrer les propriétés anti-cancéreuses marquées de l'ortie aussi bien en laboratoire que sur des modèles animaux expérimentaux et ces résultats publiés dans la revue "Molecules" ouvrent ainsi de nouvelles perspectives remarquables, notamment contre le cancer du sein ainsi que dans la revue "Nature" contre le cancer du poumon.

Bernard Sudan
Ex Chef de Laboratoire en toxicologie et pharmacologie Ciba-Geigy, CIBA, Novartis 1975-2006 Bâle Suisse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quelques années, j’avais été surpris de plusieurs vertus de l’ortie piquante (Urtica dioica L.) qui m’avait été fort utile notamment après une hypersensibilité à une classe d’antibiotiques :

http://www.carevox.fr/sante-naturelle-57/article/furoncles-l-ortie-une-alternative

À cette époque, j’avais noté aussi des propriétés anti-diabétiques et également anti-inflammatoires équivalentes à la première molécule non stéroïdienne découverte en 1963, l’indométacine.

Or, en regardant les dernières recherches concernant les propriétés pharmacologiques de l’ortie piquante, on peut se demander pour quelles raisons, il aura fallu autant de temps pour avancer dans le domaine de la cancérologie.

En effet, on trouve maintenant des propriétés anti-cancéreuses marquées de cette plante aussi bien en laboratoire que sur des modèles animaux expérimentaux et le résumé des travaux publiés récemment dans la revue « Molecules » ouvre de nouvelles perspectives remarquables, notamment contre le cancer du sein, quant à l’efficacité et les faibles effets secondaires comparées aux traitements actuels :

https://www.mdpi.com/1420-3049/24/15/2753/htm

« L'utilisation de produits alimentaires et de substances bioactives pour l'alimentation peut prévenir un grand nombre de maladies chroniques et dégénératives. Cette étude présente les avantages pour la santé et les activités biologiques de la plante comestible Urtica dioica (U. dioica), avec un accent particulier sur son potentiel chimio-préventif du cancer. De nombreuses études ont tenté d’étudier le traitement anticancéreux le plus efficace avec peu d’effets secondaires et une toxicité élevée sur les cellules cancéreuses afin de surmonter la chimiorésistance des cellules cancéreuses et les effets néfastes des traitements actuels. À cet égard, les produits naturels de plantes comestibles ont été évalués en tant que sources d’agents anticancéreux. Dans cet article, nous passons en revue les connaissances actuelles issues d’études portant sur les effets cytotoxiques, antitumoraux et antimétastatiques de la plante U. dioica sur plusieurs cancers humains. Une attention particulière a été consacrée au traitement du cancer du sein, le cancer le plus répandu chez les femmes et l'une des principales causes de décès dans le monde. Les effets anti-proliférants et apoptotiques de U. dioica ont été démontrés sur différents cancers humains, en étudiant les propriétés de U. dioica aux niveaux cellulaires et moléculaires. La cytotoxicité et l'activité anticancéreuse puissantes des extraits de U. dioica sont dues à sa teneur en produits naturels bioactifs, y compris les polyphénols qui auraient des propriétés anti-oxydantes, anti-mutagènes et anti-prolifératives. L'efficacité de cette plante comestible pour prévenir ou atténuer les cancers humains a été démontrée en laboratoire ainsi que sur des modèles animaux expérimentaux, ouvrant la voie au développement de nutraceutiques destinés à de nouveaux traitements anticancéreux. »

Une autre confirmation des effets anti-cancéreux marqués de l’ortie viennent aussi d’être publiés récemment dans la revue "Nature" et ouvrent de nouvelles voies thérapeutiques contre le cancer du poumon :

https://www.nature.com/articles/s41598-019-41372-1

La conclusion des chercheurs nous laisse espérer des développements favorables à court terme :

« À l’avenir, cette étude pourrait fournir de nouvelles recherches chimiques pour la conception d’agents anticancéreux qui ciblent les cellules impliquées dans le cancer du poumon peu sensibles au cisplatine. »

On constate donc que l’ortie qui a longtemps été utilisée empiriquement par nos ancêtres revient maintenant scientifiquement sur le devant de la scène notamment contre plusieurs types de cancer et on peut également se poser des questions relatives à la suppression du diplôme d’herboriste en 1941 sous le régime de Vichy :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Herboriste

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere