Bernard Sudan
Ex Chef de Laboratoire en toxicologie et pharmacologie Ciba-Geigy, CIBA, Novartis 1975-2006 Bâle Suisse
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2013

Bernard Sudan
Ex Chef de Laboratoire en toxicologie et pharmacologie Ciba-Geigy, CIBA, Novartis 1975-2006 Bâle Suisse
Abonné·e de Mediapart

De l'eau au moulin de Jacques Benveniste...

Bernard Sudan
Ex Chef de Laboratoire en toxicologie et pharmacologie Ciba-Geigy, CIBA, Novartis 1975-2006 Bâle Suisse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon commentaire sur YouTube:

"Water in movement is able to imprint frequencies (i.e. 23 Hz, 24Hz, 25 Hz or others). Jacques Benveniste was right !"

Commentaire du 6 avril:

ScorchMan1234

Because it's only visible to cameras whose framerate match the frequency of the sound. Human eyes don't see the effect.

Bernard Sudan

The frequency of camera is 24 images per second which is in resonance with 24 Hz of sound: human eyes don't see the effect, it's right and that means that Jacques Benveniste was right in his research. Water in movement is able to imprint frequencies...We see it now with our eyes !

Voici une vidéo impressionnante de ce jour (voir video originale sur YouTube du 11 mars 2013) montrant de l'eau coulant d'un tuyau d'arrosage attaché à un amplificateur et en modifiant la fréquence (23 Hz, 24 Hz ou 25 Hz), nous pouvons observer un phénomène ondulatoire de l'eau:

http://www.20min.ch/ro/multimedia/videostory/story/Dr-le-d-experience-27183965

Le titre de la vidéo se termine par "un doute", cependant cette expérience confirmerait bien de visu que l'eau peut mémoriser des fréquences...et nous ramène à l'année 1988 lors de la publication des travaux de Jacques Benveniste dans la revue Nature où l'eau pouvait mémoriser une molécule bien précise au-delà du nombre d'Avogadro:

http://www.nature.com/nature/journal/v333/n6176/abs/333816a0.html

On pouvait observer un phénomène ondulatoire mais il fallait absolument dynamiser chaque tube avec un Vortex...comme l'eau qui passe dans le tuyau d'arrosage !

Encore un coup dur pour les "sceptiques" et les "obscurantistes" (trio infernal "Maddox, Randi et Stewart") car maintenant même un énarque peut comprendre la manip...

On comprend aussi mieux pourquoi certaines personnes avaient intérêt à "liquider" les travaux de Jacques Benveniste à partir de 1988 pour soutenir le lobby pharmaceutique et écouler des milliers de médicaments inutiles et dangereux:

http://www.mediapart.fr/journal/france/190313/sur-la-piste-de-largent-des-laboratoires

Il y a beaucoup plus simple contre les maladies et cela ne plait pas à tout le monde:

http://www.bernardsudan.net/post/Dermite-s%C3%A9borrh%C3%A9ique%3A-la-plus-grande-imposture-du-vingti%C3%A8me-si%C3%A8cle-en-dermatologie-et-en-m%C3%A9decine2

http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-sudan

A bientôt pour les dernières nouvelles d'un monde qui s'effondre et d'un autre qui émerge, celui de la biologie numérique de Jacques Benveniste:

http://www.carevox.fr/sante-maladies/article/l-industrie-pharmaceutique-tente

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière