Bernard Sudan
Ex Chef de Laboratoire en toxicologie et pharmacologie Ciba-Geigy, CIBA, Novartis 1975-2006 Bâle Suisse
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 janv. 2013

L'industrie pharmaceutique tente de récupérer la biologie numérique de Jacques Benveniste

Bernard Sudan
Ex Chef de Laboratoire en toxicologie et pharmacologie Ciba-Geigy, CIBA, Novartis 1975-2006 Bâle Suisse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En complète perdition suite aux scandales à répétition (Vioxx et Coxcibs, Mediator, pilules 3ème et 4ème générations, Diane 35, Tamiflu, etc.), l'industrie pharmaceutique n'a plus aucun espoir de développer des blockbusters (1).

Malgré tout son acharnement pour bloquer les travaux du génial chercheur Jacques Benveniste (2), le changement est désormais évident et le coût des traitements médicaux devrait devenir modique.

En effet, réguler la communication cellulaire par des basses fréquences ciblées permettra d'intervenir sur l'ensemble des maladies (3, 4).

Un récent article (5)  tente désespérément de nous faire croire à une "découverte" venant de l'industrie pharmaceutique...tout en montrant la réelle cause de cette nouvelle orientation:

"L'industrie pharmaceutique fait sa révolution...numérique"

"Beaucoup d'entreprises du médicament observent encore avec circonspection et inquiétude un phénomène dont ils ont le sentiment qu'il est en dehors de leur contrôle".

Le début de l'article était déjà évocateur: "La montée en puissance du numérique n'épargne pas le domaine de la santé" et on peut constater combien Jacques Benveniste était un précurseur génial avec sa biologie numérique au début des années quatre vingt dix. La pauvre industrie pharmaceutique réagit plus de vingt années plus tard...en complète décomposition.

Les sous-titres de l'article font sourire et montrent la panique qui vient de s'emparer de l'industrie pharmaceutique:

"Le modèle traditionnel des entreprises pharmaceutiques centré sur les « blockbusters » a vécu", "Un capteur miniaturisé, inséré dans une gélule", "L'effort d'adaptation est considérable pour les labos pharmaceutiques"

L'industrie pharmaceutique porte une lourde responsabilité dans le blocage des travaux de Jacques Benveniste pour uniquement défendre ses intérêts financiers et ses profits tout en utilisant le double langage de la santé et de la lutte contre les maladies en évitant soigneusement une solution plus simple et peu coûteuse. Le profit est toujours la cause d'un telle blocage.

Nous ne sommes évidemment plus en 1988 où l'éditeur de Nature, John Maddox pouvait se permettre de neutraliser les travaux de Jacques Benveniste en utilisant des méthodes odieuses, par exemple les études en double aveugle contre placebo alors qu'aucun médicament n'aurait résisté à de telles études.

La conclusion montre réellement le vent de panique qui souffle dans cette industrie au bord du gouffre:

"Comme l'a souligné récemment le dirigeant d'un grand groupe pharmaceutique, ceux qui sauront comprendre rapidement le changement de paradigme induit par le numérique, et modifier à temps leur ADN, auront certainement de meilleures chances de survivre et de prospérer."

Les intérêts en jeu, profits gigantesques et maintien d'emplois illusoires pour faire tourner un système économique archaïque deviennent maintenant les raisons évidentes de ce changement d'orientation de l'industrie pharmaceutique.

L'industrie pharmaceutique ne peut plus dire qu'il n'y a pas le feu au lac car maintenant il y a le feu au lac...

(1) http://www.carevox.fr/medicaments-soins/article/novartis-la-fin-des-illusions

(2) http://www.jacques-benveniste.org/ 

(3) http://www.bernardsudan.net/post/Dermite-s%C3%A9borrh%C3%A9ique%3A-la-plus-grande-imposture-du-vingti%C3%A8me-si%C3%A8cle-en-dermatologie-et-en-m%C3%A9decine2

(4) http://www.carevox.fr/medicaments-soins/article/les-sels-de-la-mer-morte-pour-les 

(5) http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20130124trib000744626/l-industrie-pharmaceutique-fait-sa-revolution-numerique.html

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet