ET MAINTENANT, JE SUIS UN DIFFAMATEUR !

Depuis la mort de Rémi Fraisse, je critique vertement (je le reconnais, merci de ne pas m'en accuser inutilement...) ce que j’appelle "l’opposition légaliste" au barrage de Sivens. L'objet essentiel de ma critique est clair : il porte sur la stratégie de France Nature Environnement et Ben Lefetey après la mort de Rémi Fraisse.

Je leur reproche d'avoir, en novembre 2014, préféré demander l'abrogation des arrêtés qui ont permis le barrage (l'abrogation étant une décision administrative)  plutôt que d'essayer d'avoir enfin une décision favorable de la justice française en faisant un référé devant le juge administratif, avec toutes les conséquences que l'on a pu voir depuis.

Il se trouve que FNE et Ben Lefetey n'ont pu m'opposer aucune raison valable ni pour justifier leur demande d'abrogation, ni pour justifier leur refus de faire un référé, comme on va le voir.

Jusqu'à l'ouverture de mon blog sur Médiapart, la seule "réponse" que j'ai pu avoir du noyau qui dirige Collectif Testet a été de me traiter de "diviseur". Technique classique des grands "démocrates" qu'on a pu connaître dans le passé dans certains pays. Tous les opposants au barrage qui ont eu l'audace de contester Ben Lefetey connaissent cette technique. Il aime bien que des gens le suivent mais il ne supporte pas la contradiction et encore moins si elle est fondée. Il aime bien aussi se retrancher pour se justifier derrière "les juristes de FNE", ce qui est possible aussi j'en conviens, sauf que quand on lui fournit des arguments détaillés sur une question, j'ose espérer qu'il est capable de les apprécier par lui-même et que, dirigeant politico-médiatique de collectif Testet qui aime bien être suivi, il n'est pas un suiviste aveugle de FNE!  *note 1

* note 1: comme me tweete ma copine Valérie, il suffirait alors de mettre Ségolène Royal en locomotive pour avoir un petit train ! Je ne veux pas voir ça et vous non plus je l'espère...

 

Mais aujourd'hui, un pas est franchi suite à mon billet, une dirigeante de FNE me traitant sur mon blog de diffamateur en ces termes : "Bernard Viguié, vous écrivez un ensemble de propos dont certains sont diffamatoires.

Je m'étonne qu'un ancien avocat se laisser ainsi aller !"

http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-viguie/060315/sivens-comment-lopposition-au-barrage-sest-faite-embarquer

Comme elle me traite de diffamateur sans donner la moindre justification d'une telle accusation, je vais moi-même ici préciser les choses par cette lettre ouverte juridico-humoristique.  Car comme disait mon grand-père : "face à un mur, tant qu'à se taper la tête contre, il n'est pas interdit de rigoler un peu".

 

LETTRE OUVERTE A JOSE CAMBOU, DIRIGEANTE DE FNE

Chère José Cambou, (comprenez FNE et Ben Lefetey puisqu'ils marchent de concert dans cette histoire d'eau ... ou plus exactement de marigot)  (je rappelle qu'on est dans la "zone humide" du Testet...)

"Vous" avez raconté aux opposants qu'on ne pouvait pas faire un référé-suspension après la mort de Rémi Fraisse car la "condition d'urgence" n'était pas remplie. Cela a été dit et écrit par deux avocats et deux dirigeants de collectif Testet, dont un candidat aux élections départementales pour Europe Ecologie. Ce point est établi et acté dans plusieurs textes en ma possession.

C'est ainsi qu'en réponse à la note de l'avocat de FNE qui indiquait: " sur la demande insistante de M. VIGUIE de déposer un nouveau référé : je maintiens qu’une telle action est prématurée et à cette heure très risquée (pas d’urgence).  Elle ne se justifiera que si et seulement si, les travaux devaient reprendre. Pas avant !",  j'ai démontré dans une note diffusée le 5 décembre 2014 que ce raisonnement était grossièrement erroné ainsi que dans plusieurs textes que l'on peut trouver ici : https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/expression-libre/discussion-sur-linopportunite-de-labrogation-des-arretes/

Par des écrits en ma possession, la même avocate, ancienne salariée de FNE, et Ben Lefetey ont essayé de justifier leur demande d'abrogation par le fait qu'elle avait été demandée aussi à Notre Dame des Landes. J'ai démontré que cette explication ne tenait pas debout, puisque l'abrogation, si elle avait été demandée à NDDL avait été demandée bien après que la procédure en annulation a été jugée et rejetée, ce qui n'est pas le cas à Sivens.

Aucune justification sérieuse de la demande d'abrogation signée le 21 novembre par le président de FNE et Ben Lefetey n'a été donnée à ce jour.

voir : https://tantquilyauradesbouilles.files.wordpress.com/2014/12/le-point-sur-la-situation-juridico.pdf

ou : https://tantquilyauradesbouilles.files.wordpress.com/2014/12/2014-12_abrogation_erreur-reparable-a-reparer1.pdf

Je résume. En novembre 2014 :

- la demande d'abrogation FNE/Lefetey ne tenait pas debout

- le refus de faire un référé ne tenait pas debout

" Vous" avez donc trompé les opposants quant à la conduite judiciaire des affaires.

Certes, vous auriez pu vous tromper vous mêmes aussi (tout le monde peut se tromper), mais le pire, chère José Cambou, c'est quand je me suis rendu compte en décembre 2014 que votre avocat et Ben Lefetey lui-même savaient, je souligne bien savaient, qu'il ne fallait pas la "condition d'urgence" pour faire un référé dès lors que la commission d'enquête avait donné avis défavorable comme pour l'affaire de Centers Parc à Roybon. Voir, c'est clair : https://tantquilyauradesbouilles.files.wordpress.com/2014/12/centerparcsetlurgencedunemise-aupoint.pdf

Plusieurs éléments écrits en ma possession le démontrent.

Ce qui veut dire qu'en ayant choisi en novembre 2014 de demander l'abrogation administrative des arrêtés au lieu de faire un référé pour obtenir enfin une décision de justice, vous avez trompé sciemment les opposants !

Et vous avez l'outrecuidance de me traiter de diffamateur !

Pourquoi voudriez-vous qu'à l'âge que j'ai,

je commence une carrière de diffamateur ?

Alors je vous dit très courtoisement, humoristiquement mais fermement : Chiche !

Mais je vous mets mon billet (de blog bien entendu...) que vous ne le ferez pas, car vous savez (vos amis en tout cas le savent) que j'ai toutes les preuves de ce que j'avance.

C'est amusant de voir des "associatifs" qui ont pignon sur rue (ah! les fameuses ONG grassement subventionnées par l'Etat!) et qui ont fait ce que vous avez fait à Sivens se comporter comme tous ces hommes politiques, contestés sur des points litigieux, qui se répandent dans les médias pour dire qu'ils sont victimes de diffamation, et qui se gardent bien d'attaquer ensuite.

Ceci étant dit,  je crois bien avoir noté avant l'évacuation de Sivens plus d'un mois de silence de FNE et Lefetey. Je me trompe ? Et nous savons bien ce qui s'est passé depuis plus d'un mois

                              

La parole a été à la FNSEA qui défendait son idée de "l'Etat de droit" ! (ça, "pour sûr", comme disait Bourvil, ça n'a pas fait rigoler du tout les opposants au barrage)

Une avocate aussi vient de publier une tribune sur "l'Etat de droit" sur le site des Bouilles qui n'a pas publié mon billet-Médiapart pour une raison sur laquelle je reviendrai peut être *2

La même (j'en suis désolé) avait ouvertement soutenu par écrit et en réunion l'an dernier  (c'est acté) qu'on ne pouvait pas faire un référé car il n'y avait pas urgence. Et elle a essayé de défendre la demande d'abrogation par des inepties juridiques que je ne rapporte pas grâce au fond de courtoisie professionnelle qui me reste dans ma révolte....

Comme par hasard, elle oublie de dire dans son billet que l'Etat de droit, c'est aussi et peut être surtout pour l'Etat et le Conseil général de respecter les décisions de justice ! Comme ils ne l'ont pas fait à Fourogue.

Car je peux librement  penser que le Conseil général du Tarn n'a pas respecté les lois à Sivens. J'en suis aussi sûr que Ségolène Royal au demeurant (voir mon premier article de blog), mais seul le tribunal peut le juger. Comment l'Etat et le Conseil général devaient-ils respecter des décisions de justice à Sivens alors qu'aucune décision de justice n'a été rendue en faveur des opposants, suite à la tromperie que je dénonce? A laquelle ont participé des juristes qui viennent chanter le fameux refrain de l'Etat de droit aujourd'hui ! *3.

Les " juristes FNE" maison ou affidés nous ont permis d'entendre  ça ! OUI, ça : http://www.lcp.fr/videos/reportages/169410-jacques-valax-remercie-bernard-cazeneuve-pour-l-evacuation-du-site-de-sivens

Et il faudrait se taire ? Ménager la chèvre et encore plus le chouchou ? Alors que d'autres opposants sont comme moi, révoltés par ce qui s'est passé !

.. Je vois que depuis l'ouverture de mon blog arrivent les discours où on nous dit et où on va nous dire, "unité! unité!" et surtout "silence dans les rangs" pour les "diviseurs" *4 .

Après ce qui s'est passé, vous voudriez nous faire croire qu'on est ou qu'on va revenir dans un monde de bizounours ?

 

NOTES  pour égayer un peu un débat houleux avec mes remerciements à Patrick Mignard pour son dessin

*2 On me dit que "l'esprit du 11 janvier" a dû traîner par là... Forcément, il est partout !

*3   je peux vous dire que pour chanter le refrain de l'Etat de droit,

on a fait une sacrée chorale depuis des mois !

Je l'entends tous les jours de chez moi !

(admirez au passage la richesse de la rime)

*4   Notez bien, chère José Cambou, que je ne dis pas aussi "tous derrière, tous derrière" par précaution toute professionnelle... car Brassens a les droits d'auteur !

 

PS1- pour la phrase, "Pourquoi voudriez-vous qu'à l'âge que j'ai, je commence une carrière de diffamateur ?", autant citer mes sources!  https://www.youtube.com/watch?v=eIreF_5GM0U

PS2- tant que j'y suis, chère José Cambou, pourquoi donc FNE ne publie plus le détails de ses subventions (il me semble que c'est normal pour une association largement subventionnée par l'argent public) ? Je vous remercie par avance de le faire dans le souci de transparence et de démocratie qui vous anime de sorte que personne ne puisse vous le reprocher.

Sur cette question, voir  https://tantquilyauradesbouilles.files.wordpress.com/2014/12/limportance-et-la-nc3a9cessitc3a9.pdf

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.