Bernard.Viguié
citoyen libre qui n 'accepte pas ce qui s'est passé à Sivens
Abonné·e de Mediapart

92 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juin 2015

SIVENS/TARN : MAIS QUE FAIT DONC Philippe FOLLIOT ? (suite des aventures des Pieds Nickelés dans le Tarn)

Bernard.Viguié
citoyen libre qui n 'accepte pas ce qui s'est passé à Sivens
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis la destruction de la Métairie neuve le 1er juin par une équipe de pieds nickelés, certains se demandent "Que fait donc la police?", d'autres "Que fait donc Lefetey?" (Tiens, oui ? Où est-il celui-là ? - Réponse : sur la liste EELV aux Régionales !) et d'autres "Mais que fait donc Philippe Folliot ?" Pour la dernière question, nous allons avoir bientôt la réponse...

La prochaine réunion de l'Assemblée départementale est à venir jeudi 25 juin. Ce sera sa première grande réunion de travail depuis celle où elle a procédé à l'élection de son président... Thierry Carcenac.

Qui plus est, semble-t-il ... en présence du préfet du Tarn ! qui va rendre compte de la magnifique action des services de l'Etat dans le département ! à moins qu'il ne vienne pour la photo que tout le monde attend !...

http://www.letarnlibre.com/2015/04/02/2397-conseil-departemental-%E2%80%93-tarn-thierry-carcenac-reelu-president-par-voix-contre-voix-philippe-folliot-ralliement-maryline-lherm-paul-salvador-juge-indigne-par-opposition.html

L'IRREMPLAÇABLE THIERRY CARCENAC

Voici comment est présenté Thierry Carcenac sur le site officiel du Conseil Départemental du Tarn :

Le Président

<> 

Élu par les conseillers départementaux, pour six ans, le Président prépare, propose et exécute les décisions du Conseil Départemental. (surligné par moi)  Il organise les travaux du Conseil Départemental ; il la convoque, fixe l'ordre du jour, préside les séances et fait procéder aux votes. Il prépare les projets de délibérations soumises aux votes de l'assemblée plénière (surligné par moi) . Il représente le Département du Tarn dans ses relations avec l'Etat, les autres collectivités territoriales, les organismes associés au Département.

Thierry CARCENAC

Sénateur du Tarn
Conseiller départemental du canton d'Albi 4.
Il a été réélu le 2 avril 2015.

Né le 19/12/1950 à Lescure

Profession : Inspecteur principal des Impôts.

© 

Cela étant,

Entre le 28 mai (date de l'incendie criminel de la Métairie Neuve) et le lundi 1er juin compris, les tâches étant bien réparties, Thierry Carcenac a fait partie de l'équipe des pieds nickelés qui ont détruit l'ensemble des bâtiments de la Métairie Neuve à Sivens, le démolisseur s'acharnant même ... sur le four à pain qui n'avait jamais rien fait à personne (il n'avait jamais fait que du pain ! c'est une honte je vous dis !)

SUR QUOI ARRIVE ...

LA GRANDE REUNION DE LA NOUVELLE MANDATURE !

Les conseillers départementaux fraîchement élus, tout fiers de leur légitimité, vont se retrouver au grand complet devant un président élu début avril, qui, au début de ce nouveau mandat, a gravement outrepassé ses pouvoirs et ses compétences. Il a pour ainsi dire pris les conseillers départementaux pour quantité négligeable.

Thierry Carcenac a pris SEUL la décision de démolir (je ne parle qu'au niveau du Département puisqu'il est clair que "l'opération Métairie Neuve" a été réalisée de concert avec Maryline Lherm et la préfecture). Sans délibération de l'Assemblée.

Or, l'Assemblée départementale EST SEULE COMPÉTENTE pour décider de la démolition d'un immeuble appartenant au département... à supposer que ce soit possible légalement... ce qui n'était pas le cas ! puisque la Métairie était protégée et qu'elle était "frappée" (comme on dit en droit... mais ici ça a été le cas autrement...) d'une interdiction de démolir dans le Plan Local d'Urbanisme.

Ainsi, Thierry Carcenac a non seulement commis ce qu'on appelle en droit public un abus de pouvoir caractérisé mais il a commis ou participé à des actes qui relèvent de la procédure pénale. Plusieurs plaintes bien charpentées (dirai-je en souvenir de feu la magnifique charpente de la Métairie Neuve), ont été portées contre lui de ce fait par des membres fondateurs du Comité Sivens.

Dans cette opération, nous avons un président qui a complètement perdu les pédales et qui va présider en grande(s) pompe(s) l'Assemblée.

Pour faire vite, c'est sûr qu'il a fait vite (week-end compris les amis!) entre le 28 mai et le 1er juin! Il a foncé ! Il a pédalé rondement :

© 

Reste à voir le résultat des courses.

Les conseillers départementaux peuvent-ils accepter que leur mandature commence par un si grossier abus de pouvoir du président ? Avec la destruction, sans délibération de leur part, d'un immeuble départemental qui était classé au titre du bâti remarquable de la commune de Lisle Sur Tarn. Ceci, juste après un incendie criminel et sans que visiblement le département n'ait fait jouer son assurance sur ses immeubles. Après avoir fait appel à une entreprise dont on peut se demander qui l'a payée, qui va la payer, combien et comment ? Peuvent-ils accepter un tel abus de pouvoir qui entraîne une perte manifeste pour la collectivité ?

Peuvent-ils accepter que leur président puisse être associé à la commission d'au moins un délit (celui de l'article L 160-1 code urbanisme), alors que de toute évidence, quelqu'un se serait aperçu de l'impossibilité de démolir si l'Assemblée en avait délibéré ?

Cela semble difficile à admettre, tant les faits sont incontournables.

Côté socialiste, le Tarn n'est plus depuis longtemps le pays de Jaurès. N'a-t-on pas vu des socialistes tarnais manifester avec Chasse Pêche nature et Traditions et la FNSEA le 15 novembre dernier pour le barrage de Sivens, un projet de plus de 8 millions d'euros pour moins de 20 agriculteurs, sur un espace naturel remarquable du département ? On peut donc faire confiance au PS pour que se manifestent lors de l'assemblée à venir certains godillots, qui ne seront pas des "godillots du Général", simplement par faute de général (et de conseil "général" par la même occasion... puisqu'il a changé de nom !)

Côté Philippe Folliot, leader de l'opposition qui s'était présenté à la présidence contre Thierry Carcenac, peut-il accepter sans mot dire ce qui vient de se passer pour la Métairie Neuve, et qui a été en grande partie disséqué sur mon blog ?

Peut-il accepter sans mot dire que le président Carcenac, qui l'a battu pour l'élection à la présidence, se comporte comme il s'est comporté dès le début de son mandat, dans "l'opération Métairie Neuve" ? Sauf à être complice d'une telle opération, ne serait-ce que par un réflexe de caste, ce que je n'ose imaginer une seule seconde.

De plus, parmi les pieds nickelés qui ont réalisé cette opération, n'y-a-t-il pas Maryline Lherm, conseiller départemental élue avec le soutien de la droite et qui, le lendemain de son élection, a voté pour Carcenac à la présidence ? Philippe Folliot avait déclaré publiquement en séance à cette occasion " Son comportement [de Salvador, colistier de Lherm]  et celui de Maryline Lherm ne sont pas de nature à réconcilier nos concitoyens avec la politique".

Et après la réunion de son groupe :"Le groupe est unanime, il est choqué par le comportement de deux élus qui avaient eu notre investiture, qui ont été élus avec cette investiture, et qui, moins de 48 h après le scrutin sont allés rencontrer Thierry Carcenac pour se rallier. C'est un comportement politiquement indigne"

Quant à ELLE, après avoir utilisé sa célèbre veste réversible, n'est-elle pas allée jusqu'à déclarer : "Les pratiques de M. Folliot n'ont pas été aussi élégantes que ce que j'attendais dans la campagne électorale" ! (voir Le Tarn Libre cité plus haut)

Une déclaration pareille juste après avoir tourné si peu élégamment la veste, faut oser ! Mais comme je l'ai déjà dit, si l'on lit certaines déclarations de Maryline Lherm depuis un an, il ne faut pas s'étonner qu'elle ait pu prendre un arrêté de péril aussi délirant que son arrêté du 29 mai 2015 pour détruire la Métairie Neuve et qu'elle ait ainsi joué son rôle dans l'équipe des pieds nickelés qui a réalisé cette opération. Voir : http://blogs.mediapart.fr/blog/bernard-viguie/170615/sivenstarn-les-pieds-nickeles-rasent-gratis-une-nouvelle-aventure-des-pieds-nickeles

Les deux pieds nickelés en cause vont-ils continuer à siéger au conseil départemental comme si de rien n'était ? Sans que personne ne bouge et ne lève le petit doigt ?

Il est impensable que Philippe Folliot reste coi.

Il en va de l'honneur de l'Assemblée départementale.

Il est impensable que Philippe Folliot reste coi ,

Lui qui, après avoir fustigé des individus qui se comportaient à Sivens "au mépris de toutes règles de propriété, d’urbanisme"(sic !), interpellait le premier ministre en ces termes à l'Assemblée Nationale le 29 janvier 2015

"Je vous en conjure, agissez et faites enfin respecter partout et surtout à Sivens les lois de la République pour lesquelles des millions de Françaises et Français se sont mobilisés." (sic)

... C'était ...  La suite des aventures des Pieds Nickelés dans le Tarn...

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena