La goutte, mais laquelle ?

Une goutte d'eau qui fait déborder le vase ? une goutte d'eau dans l'océan ? une goutte de nitro ?

Une goutte d'eau qui fait déborder le vase ? une goutte d'eau dans l'océan ? une goutte de nitro ? Récupération par les partis populistes ou non ? Mouvement qui se structure et qui reste autonome car ne trouvant pas de débouchés politiques, c'est à dire ne trouvant pas un mouvement politique capable de reprendre les revendications exprimées et de les imposer au pouvoir en place ?. Nous le saurons d'ici peu, en tout cas bien  avant les élections européennes de mai 2019. La Démocratie ne fonctionne plus https://blogs.mediapart.fr/berthe-dominique-henri/blog/131018/lusure-democratique , la Vème République c'est à dire la monarchie républicaine en France est à bout de souffle, elle DOIT vivre ses derniers jours. Soit une rénovation du sol au plafond de la Démocratie et de ses modes d'expression soit l'arrivée au pouvoir d'une dictature, parce que les Sociétés ne peuvent vivre sans organisation politique dominante stable. Par rapport à 1968 qui s'est conclu par les accords de Grenelle ( et l'arrivée d'une majorité écrasante gaulliste ! ), en 2018 les corps intermédiaires sont " hors jeu ", les syndicats ne représentent plus l'ensemble des travailleurs, les partis politiques ont perdu toute crédibilité, les élections ne sont plus un temps de respiration démocratique. Les élections deviennent un leurre, le terreau de désillusions et de rancœurs. Elles ne suscitent pas l'adhésion de la majorité des citoyens: on vote Contre et non Pour. A noter que De Gaulle désavoué lors du référendum de 1969 a en à retirer la seule conséquence à la hauteur de l'évènement politique: la démission. L'énarque spécialisé en comptabilité installé aujourd'hui dans le fauteuil du palais de l'Elysée ne prendra pas exemple. Le débouché politique en 2018 ne sera donc pas celui de 1968. D 'éventuelles élections, qu'elles soient à scrutin majoritaire, proportionnel ou avec un petite dose de l'un et une petite dose de l'autre, n'offriront aucun débouché politique viable. 

Les revendications sont connues et l'exigence de baisse des taxes ( n'est ) que le révélateur d' autres exigences : la justice sociale, ceux qui ont le plus doivent participer plus à l'effort de solidarité nationale, des services publics pour tous et partout, du travail et des salaires qui permettent de vivre décemment  ( se nourrir, s'habiller, se loger, avoir accès aux soins de qualité, à l'éducation et aux loisirs ). Ce qui pose d'ailleurs la question jamais abordée de la répartition de la richesse produite car la richesse est là en abondance, elle déborde de certains portefeuilles...Toutes ces justes revendications qui sont le socle minimum pour le bien vivre ensemble et la pérennité de la Société affrontent un ennemi intraitable et qui ne lâchera que des miettes pour survivre: un système capitaliste néolibéral gangréné par la Finance jusqu'à l'os. L'ennemi c'est la Finance, oui !. Et elle a beaucoup de domestiques zélés qui la servent dont l'un réside à l'Elysée. On voit bien que les seuls gilets jaunes français ne pourront transformer un système économique déréglé à l'origine des crises économiques, sociales et écologiques que nous connaissons. Alors un mouvement qui essaime en Europe pour inverser le rapport de force ? Nos sensibilités politiques et nos histoires, nos intérêts à court terme sont trop divers. Quels objectifs communs aujourd'hui pourraient malgré tout transcender les européens ? qu'est-ce qui pourrait mettre en mouvement une volonté commune pour agir ? La lutte contre le réchauffement climatique où les premières victimes seront les classes les plus défavorisées ? la refonte d' une politique fiscale qui doit favoriser et l'écologie et le social en même temps ? la mise au pas des multinationales pour qu'elles paient leur juste contribution à l'impôt ? l' éradication de la fraude fiscale et la mis au ban des paradis fiscaux y compris européens ? tous ces éléments ? oui il faudrait que ces remèdes soient administrés tout de suite en mode curatif. Conclusion : le seul " débouché " apparent est l' impasse !  Les quelques solutions qui pourraient sortir de cette crise seront des cautères sur une jambe de bois. Les remèdes indiqués ci-dessus seront ignorés. Des pouvoirs autoritaires prendront la place laissée vacante par nos ploutocraties vermoulues.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.