Vivement le Brexit

Oui vivement que les britanniques quittent l'UE, oui bravo Trump et sa campagne " America first", oui aux premiers pas vers une démondialisation raisonnée et progressive , oui à la fin des échanges commerciaux sans contraintes, sans limites, juste pour le fric.

Oui vivement que les britanniques quittent l'UE, oui bravo Trump et sa campagne " America first", oui aux premiers pas vers une démondialisation raisonnée et progressive , oui à la fin des échanges commerciaux sans contraintes, sans limites, juste pour le fric et l'enrichissement d'une minorité qui n'a que faire de l'intérêt général et de la lutte contre le réchauffement climatique. Moins d'échanges c'est moins de pollution donc moins de gaz à effet de serre. Relocaliser les productions, créer des emplois locaux ne dépendant pas de considérations boursières et de la fameuse création de valeur pour les actionnaires, uniquement pour les actionnaires qui vampirisent l'économie. Redevenir maîtres de notre destinée et indépendants de la finance et des multinationales sans foi ( hors celle dans le profit par tous moyens ) ni loi. La construction d'un avenir viable pour les générations qui vivront après 2040, nos enfants et petits enfants, est incompatible avec le système économique actuel. Ceux qui affirment le contraire sont des menteurs, des profiteurs sans morale, des sangsues qui s'empiffrent grâce à la misère du monde. Qu'ils apportent la preuve des bienfaits pour la Communauté d'une mondialisation sans contrôle, sans frein. Ecoutons les médias, les commentaires de ceux qui savent, regardons le flot des images qui inondent nos écrans avec toujours le même message subliminal: la mondialisation c'est tout bon, le Brexit c'est le chaos. Unanimités politique et médiatique sur la catastrophe que serait le Brexit. Rappelons nous le référendum sur le Traité Européen et constatons le résultat.Tous ces gens bêlent à l'unisson, nous racontent la même histoire d'un avenir radieux avec plus d'échanges commerciaux, plus de traités de libre-échange, moins de contrôles, la circulation facilitée pour le pognon de dingue des spéculateurs. Laisser-faire à tous les étages, voilà la recette, la solution à tous les problèmes, la panacée incontestable. Mettre fin aux rentes de situation, aux oligopoles et aux paradis fiscaux, ces réceptacles des business malodorants protégés par les Etats malgré les discours pontifiants des larbins de la finance qui sont au pouvoir, voilà le chemin à emprunter en urgence avant la date limite, 10 ans, 20 ans grand maximum. Le vote aux élections européennes de mai prochain sera le test: continuer avec les godillots de LREM, sacrifier les libertés individuelles et collectives en cochant la case Le Pen ou Wauquiez et continuer la mascarade politique qui mènera à la guerre civile ou montrer par un vote de rupture ou le vote blanc que trop c'est trop. Gilets jaunes, ceux qui se battent pour retrouver la dignité que le pouvoir leur nie, pour plus de justice fiscale, pour la réduction des inégalités sociales, pour des salaires décents, pour des services publics pour tous et en tous lieux, que ces gilets jaunes là s'unissent aux gilets verts qui mènent le même combat avec la dimension écologique comme colonne vertébrale politique. Combat social et combat écologique vont de pair, l'un ne va pas sans l'autre, les séparer c'est commettre un crime contre l'esprit, c'est se rendre complice d'un crime en cours contre l'Humanité, c'est vouloir persévérer dans une voie qui s'avèrera fatale pour tous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.