Les Gilets jaunes cocufiés

J'ai regardé les informations nationales sur FR3 hier. Je suppose que les chaînes de TF1 et les chaines d'info en continu ont utilisé la même tonalité, la même façon de traiter les informations, le même prisme réducteur simpliste mais combien attractif pour les consommateurs d'images que nous sommes devenus

J'ai regardé les informations nationales sur FR3 hier. Je suppose que les chaînes de TF1 et les chaines d'info en continu que je boycotte ( elles me dégoûtent ), ont utilisé la même tonalité, la même façon de traiter les informations, le même prisme réducteur simpliste mais combien attractif pour les consommateurs d'images que nous sommes devenus, incapables de réflexion personnelle et de prise de distance. Ce traitement exclusif, orienté dans le même sens, a dû faire consensus. Le contenu politique de la révolte des Gilets jaunes est passé à la trappe. D'un regard intéressé voire bienveillant au début du mouvement, les médias ( pas tous ) n'ont eu de cesse de le décrédibiliser. La méthode est simple et a fait ses preuves: montrer en continu pendant 1 semaine avec les commentaires ad hoc, les images de destruction des biens par des casseurs professionnels. Les moyens mis en place par les forces de sécurité, l'organisation sur le terrain de ces forces, et des moyens de communiquer entre elles non harmonisés, ont abouti pour partie aux résultats que nous savons. Le manque de préparation et des forces de sécurité mal employées ( les responsables de ces forces l' affirment)  laissent perplexes. Les renseignements intérieurs sont parfaitement équipés pour connaître l'état de l'opinion à travers le suivi des réseaux sociaux. Aucune alerte ? Maintenant, ce n'est plus le cas à priori ! Les images du Monument au Soldat Inconnu saccagé ont marqué les esprits à juste titre. Aujourd'hui, le gouvernement va déployer des unités motorisées de la Gendarmerie. Ces unités auraient pu être déployées autour de ce Monument. Imprévision ? Alors C. Castaner, celui qui dénonce la dérive des Gilets jaunes ( tout le monde  dans le même sac, l'amalgame facile) devrait penser à démissionner. Le gouvernement a fait le job toute cette semaine: faire peur, créer un climat anxiogène, une psychose, annoncer que le pire allait arriver, que nous n'avions encore rien vu. La Grande Terreur de la Révolution française à côté, une bleuette. La majorité des médias ont repris l'antienne gouvernementale " tous aux abris, les loups vont entrer à Paris, restez chez vous ". Magasins, musées, théâtres, cinémas se barricadent, posent des cadenas. Evènements sportifs reportés ( moins grave ). Des parisiens quittent Paris ce week-end et reviendront lundi ! Quelques centaines de cagoulés mettent une ville entière, Paris , à genoux! ainsi que certaines villes de Province ! Il faut se pincer pour le croire. L'ennemi intérieur prêt à faire exploser la République ! Gilets jaunes, vous êtes les cocus de l'Histoire. Chaque mouvement de contestation des citoyens est l'opportunité pour des casseurs de perpétrer des actes de violence et pour les fascistes et les extrémistes nihilistes de faire du noyautage par la technique de l' entrisme. Parallèlement, on retrouve la même façon de procéder de la part des gouvernements, pourrir le mouvement en déplaçant les problèmes politiques de fond vers le thème de la sécurité. Et ça marche. Déconsidérer, délégitimer, démotiver et rejeter. La majorité silencieuse comme ont dit, a toujours préféré la sécurité à la liberté. Elle ne veut pas être dérangée trop longtemps dans son quotidien. Et là il y a les cadeaux de Noël… Résultat: l'opinion se retourne. Oubliée la compréhension, place à la " raison raisonnable ". Utiliser le ressort de la peur, voilà le moyen de manipulation imparable. L'ordre c'est la peur. Et la France a peur….! Les problèmes restent et la Démocratie se meure. La demande d'équité sociale, on verra plus tard. La lutte contre le réchauffement climatique, victime expiatoire, attendra. Nous avons tout le temps.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.