E.Macron et l' extrême droite bonnet blanc blanc bonnet

Depuis 2001 le Parlement a voté une vingtaine de lois sur la sécurité intérieure. A chaque évènement, sa loi. Réaction à chaud et connerie froide.

Depuis 2001 le Parlement a voté une vingtaine de lois sur la sécurité intérieure. A chaque évènement, sa loi. Réaction à chaud et connerie à froid. Faire plaisir au troupeau excité par les médias, les réseaux sociaux et les démagogues. La France a peur !. Les coqs gaulois transformés en poules mouillées . Comme un seul homme ( femme ), les parlementaires de droite, du centre, une partie de la gauche molle qui a depuis rejoint E. Macron se sont précipités la cocarde à la boutonnière. Ils entonnent la Marseillaise. Nos ennemis extérieurs et intérieurs veulent égorger nos fils et nos compagnes. Plus de pouvoirs aux services -de sécurité- et aux préfets et remise des clés du droit à la justice administrative. Il faut aller vite, taper fort sur tout ce qui dépasse, je veux voir qu'une tête, celle qui me revient. La dernière loi en date ( mais suis-je à jour  ?), celle du 30 octobre 2017, la loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, a inscrit l'état d'urgence permanent dans le droit commun. La prochaine, dite loi anticasseurs proposée par les sénateurs de droite / d' extrême-droite, permettra aux préfets, entre autres mesures de coercition, d'empêcher préventivement un citoyen de manifester " s'il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace d'une particulière gravité pour l'ordre public ". Raisons sérieuses de penser ! Moi, j'ai des raisons sérieuses de penser que le préfet aura toute latitude pou interpréter ce texte aux termes imprécis, selon ses penchants sécuritaires, le sens du vent médiatique et la pression d' une majorité silencieuse qui ne veut pas que des gauchistes le couteau entre les dents la dérangent. E.Macron a saisi le Conseil Constitutionnel pour vérifier la conformité de cette loi avec les textes de la Constitution. 50 députés LREM sur 306 ( ! ) rechignent à la voter en l'état ( d'âme ). Il faudrait l'atténuer. Hypocrisie parée de vertu républicaine avec la bénédiction du chef suprême. Cette loi est une loi scélérate, atténuée ou pas. Le reste est enfumage ! Les mêmes, le doigt sur la couture ont voté la loi du 30 octobre 2017, loi attentatoire aux libertés fondamentales. Qui peut croire au réveil de ces députés, résistants de la dernière heure ?

Concernant la question de la sécurité intérieure donc celle des libertés publiques, entre Macron et Le Pen, entre les députés LREM,  la droite "dure" et l'extrême droite, la frontière a disparu. Pschitt ! évaporée. Et le peuple, le fameux peuple, que dit-il ? Il vient de le faire savoir par sondage interposé: la sécurité d'abord. Hier l' immigration, avant hier l'identité nationale. Demain je vous fais un paquet garni avec tout ça.  Benjamin Franklin : " un peuple qui est prêt à sacrifier  un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre et finit par perdre les deux ". G.de Maupassant dans le Horla : "le peuple est un troupeau imbécile, tantôt stupidement patient et tantôt férocement révolté ". 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.