Présidentielle 2022: existera-t-il un vote "intelligent et utile"

Selon la configuration de la prochaine présidentielle, aurons-nous la possibilité d'un choix "intelligent et utile"?. Supposons un cas de figure semblable à celui de cette année. Un vote majoritairement contre plutôt qu'un vote pour.

Selon la configuration de la prochaine présidentielle, aurons-nous la possibilité d'un choix "intelligent et utile"?. Supposons un cas de figure au second tour semblable à celui de cette année, après un échec du quinquennat d'E.Macron (voir https://blogs.mediapart.fr/berthe-dominique-henri/blog/070517/les-12-travaux-dhercule-macron ). Soit, d'un côté, un (e) candidat (e) respectueux (se) du pacte républicain et de la Démocratie  et de l'autre, un(e) candidat(e) disons type Front National ou autre parti le remplaçant. Un impératif demeure: barrer la route du représentant (e) de l'extrême-droite et de la droite dure (issue de l'ex LR , mouvement en cours), même si ce représentant est déguisé en agneau républicain. Cependant, et comme cette année donc, le programme du candidat respectueux du pacte etc....ne convient pas ou si peu. Alors que faire ? Nous savons qu'à partir de 18 heures, des chaînes étrangères s'autorisent à communiquer des sondages actualisés donnant les écarts entre les 2 candidats. Avec une marge d'erreur faible . Selon le goût du risque de chacun, et dans ce cas, étant donné l'enjeu, ce sera un goût pas prononcé ou très peu prononcé, par exemple une avance de 20% pour le candidat respecteux etc ...., donc selon notre goût du risque, nous pourrions attendre 18 heures (et à cette présidentielle, de nombreuses personnes ont déjà pratiqué ..) pour glisser d'un geste assuré le bulletin blanc qui convient. Pas de bulletins nuls. Ce vote ne pourra pas être considéré comme un vote ni-ni, ce ni-ni qui ne fait pas le détail des intentions de ceux qui le pratique afin de culpabiliser. Il sera l'expression d'une volonté citoyenne de ne pas donner un "blanc-seing" (sans jeu de mots). Un signale clair pour un avertissement clair également. Passer de 8,5% à 25% par exemple pour les bulletins blancs. Bien sûr le vote blanc à ce jour n'est pas reconnu dans les suffrages exprimés. En 2022, probablement toujours pas malgré les promesses. Mais considérer ce vote blanc massif comme nul et non-avenu sera-t-il politiquement possible pour l'heureux (se) élu (e) ? Avec un taux d'abstention de 25% à 26% (malheureusement et sans compter les non-inscrits, les mal-inscrits ..) cela fait beaucoup de monde. Et cela fait un Président élu avec une majorité relative.

Tout ceci bien sûr n'est que politique-fiction. L'extrême-droite aura disparu et E.Macron parviendra à réaliser ses 12 travaux d'Hercule. Et de toute façon, les sondages de 18 heures seront stoppés à nos frontières par une maréchaussée vigilante. Après lecture, ce billet s'auto-détruira .

PS:  pure supposition, des embouteillages d'électeurs dans les bureaux de vote à partir 18 h. Dans ce cas, le code électoral stipule qu'un électeur qui est entré dans le bureau de vote avant l'heure de clôture peut introduire son enveloppe dans l'urne après cette heure.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.