2 € de déshonneur: des supplétifs de gauche à la primaire de la droite

N'importe qui sauf Sarko. Plutôt la droite avec Juppé, 14 mois de prison avec sursis et une peine d'inéligibilité d'un an dans les bottes. Plutôt la peste que le choléra ou l'inverse.

 

2 € de déshonneur : des supplétifs de gauche à la primaire de la droite

 

 

N'importe qui sauf Sarko. Plutôt la droite avec Juppé, 14 mois de prison avec sursis et une peine d'inéligibilité d'un an dans les bottes. Plutôt la peste que le choléra ou l'inverse. Leur politique économique ultralibérale à la sauce thatchérienne des années 80, peu importe. On valide. Ces petits calculs politiciens, épidermiques, ne mènent à rien. Sauf à gonfler les muscles et l’ego de Juppé qui verra valider sa stratégie et sa posture de papy du peuple. Sauf à susciter des envies de vote aux électeurs d'extrême droite pour compenser ces bulletins de gauche aux primaires de la droite. Sauf à susciter les mêmes envies aux électeurs de droite pour voter aux futures primaires de gauche. Sauf à démontrer que le sens de l' honneur à gauche s'achète pour 2 €. Signer un document sur l'honneur stipulant: «  je partage les valeurs républicaines de la droite (laquelle ?) et du centre et je m'engage pour l'alternance afin de réussir le redressement de la France » pose au minimum une question d'éthique. Quelle considération avoir pour ces futures électeurs de gauche qui dévalorisent leur signature ? Juppé ou Sarkozy au 2ème tour face à Le Pen, et alors, quelle différence ? Le style, les apparences ?. Pour quel résultat au final ? Les 2 seront tenus de composer pour obtenir une majorité parlementaire. Blanc bonnet, bonnet blanc.Au bout de 15 jours, la plupart des citoyens rejettera Sarko. Pour Juppé, ce sera 3 mois « d'état de grâce ».

 

Raisonnement à court terme qui ne changera rien sur le fond, sauf à participer à la perpétuation d' un système démocratique usé jusqu’à la corde . Déshonneur et inutilité politique. Une cuisine peu ragoûtante.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.