La Démocratie est morte ! Vive la Démocratie !

La Démocratie c'est le Pouvoir remis aux citoyens afin de leur donner la capacité de prendre les décisions qui concernent la Cité.

La Démocratie c'est le Pouvoir remis aux citoyens afin de leur donner la capacité de prendre les décisions qui concernent la Cité. Démocratie indirecte en général : des élections libres permettent aux citoyens de désigner leurs représentants qui proposeront et voteront  les lois à leur place et en leur nom. La Démocratie suppose la séparation des Pouvoirs, Exécutif, Législatif et Judiciaire. Dans les formes, la France comme de nombreux pays qui se réclament de ces principes, semble se conformer à cette grande Idée. Mais est-ce la réalité ?. Ainsi élection libres, le sont-elles lorsque depuis 2002 le chantage à l'extrême-droite fausse le choix au 2éme tour des élections présidentielles avec au final des politiques menées par des gouvernements minoritaires au nom de résultats électoraux biaisés….E. Macron gouverne avec 18% des inscrits et 24% des votes exprimés ! Parmi les 66% de votes exprimés au second tour (43,60 % des inscrits !), combien d'électeurs ont voté le "couteau" sous la gorge ?. Ensuite, la séparation des pouvoirs. Qu'en est-il lorsque le parti ultra-dominant se comporte comme un parti godillot, un troupeau mené sous le joug présidentiel, députés faisant fi de convictions intimes au nom de la discipline de parti ? Qu'en est-il quand les lobbies de la finance, de l'agro-alimentaire, de la chimie, des énergies fossiles, de l'automobile et j'en passe font une partie des lois au nom du profit à court terme, des dividendes à verser aux actionnaires ? L'intérêt commun est bafoué, ignoré, l'Avenir de la Société sacrifié à l'intérêt particulier. Qu'en est-il de la Démocratie quand les partis populistes surfant sur la question de l'immigration rendue responsable de tous les maux préempte le débat public, détourne l'attention des citoyens sur les vrais problèmes liés à l'idéologie ultralibérale et à ses dégâts dans la Société ? La technique consistant à désigner un bouc émissaire fonctionne toujours dans les périodes de désarroi. La Société est malade, gangrénée par une idéologie, hier le nazisme et le fascisme, aujourd'hui par le néo-libéralisme et son avatar monstrueux, le capitalisme financier. La communauté des citoyens a fait place à un agglomérat d'individus-consommateurs dont le ciment est la Peur. L'insécurité sociale mise en place sciemment produit ses effets. La dernière pelletée de terre sera jetée sur cette démocratie moribonde lors des européennes de 2019. La vague brune pourra alors déferlée sur l'Union Européenne. Clap de fin ?

Des mouvements citoyens s'organisent et agissent, quelques étincelles par-ci par-là, la dernière, la Marche pour le Climat le 8 septembre. Il nous reste les actions ordonnées de masse dans la rue, la pression sur les élus, le boycott des compagnies prédatrices, le "Name and shame". Il reste le réveil de la conscience politique à l'occasion d'un évènement qui serait "la goutte d'eau" qui fait déborder le vase de l'indifférence comme la prochaine crise financière qui mettra à genoux les Etats. Il en résultera soit le chaos dont l'extrême droite et les partis populistes de droite récupèreront les -fruits- soit l'amorce d'un renouveau démocratique si les forces de gauche (actuellement la plus bête du Monde ) se structurent à temps - c'est à dire aujourd'hui - et proposent des solutions politiques qui réenchanteraient l'avenir (pensons au Gouvernement provisoire de la République né le 3 juin 1944 et à ses réalisations) … Mai 1789 - mars 1793, 27 - 29 juillet 1830, février 1848, 18 mars - 28 mai 1871, mai 1936 - avril 1938, quelques repères dans l'Histoire, des références qui ne devraient pas être oubliées afin que la "messe" ne soit pas dite.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.