Président Macron, chapeau bas, vous êtes un champion

Les masques sont tombés, du moins pour les gogos, en particulier de " Gauche "....Ayant pompé les voix de la gauche molle … il reste à E.Macron à procéder de la même manière avec la Droite...

Les masques sont tombés, du moins pour les gogos, en particulier de " Gauche " qui prenaient pour argent comptant les billevesées du type - ni droite ni gauche - de notre cher Président des riches. E. Macron est un président de droite et de droite assumée, ultralibérale par les décisions, les politiques fiscales et sociales, les mots employés pour cliver comme on dit en désignant toujours les mêmes " coupables " ( chômeurs, bénéficiaires de minima sociaux … ), les clins d'œil aux - grands patrons - d'ici et d'ailleurs surtout d'ailleurs, le tapis rouge déplié sous les pas augustes de ces mêmes patrons, les promesses qui leur sont faites d'un mieux disant fiscal pour eux et leurs actionnaires mais d' un moins disant social déjà mis en place avec les réformes ( régressions ) du Droit du travail et celles en prévision sur les retraites.

Ayant pompé les voix de la gauche molle lors de la dernière présidentielle en atomisant le P.S devenu un groupuscule et donc n'escomptant plus grapiller des voix de ce côté, il reste à E.Macron à procéder de la même manière avec la Droite, du moins la partie jupéiste et assimilée. Bien aidé par L.Wauquiez dont la stratégie est de vouloir concurrencer l'extrême-droite sur ses terrains de prédilection ( immigration, sécurité, identité ), une course à l'échalotte politicienne qui sent le remugle des caniveaux avec au final la déculottée pour L.R, l'objectif d' E.Macron est en voie de réalisation. Donc, des Partis ou Mouvements de Gauche devenant des groupuscules par leur propension à s'autodétruire, un Mouvement, la France Insoumise qui ne parle plus de socialisme, de gauche ou de lutte des classes mais utilise les slogans et la dialectique des partis populistes, cette configuration politique donc ouvre la voie royale à E. Macron pour faire un score très honorable  avec un socle électoral renforcé aux élections européennes. Quelques miettes pour faire plaisir aux mêmes gogos sur la taxation a minima des GAFA et autres entreprises du NET, peut-être une petite taxation supplémentaire et temporaire pour les plus riches en maintenant parallèlement la suppression de l'ISF, quelques mesurettes ne remettant pas en cause la politique ultralibérale sélectionnées dans le fameux Grand Débat, sans doute une attitude ferme apparente vis à vis de la Commission sur un sujet secondaire économique, financier ou d'organisation de l'UE et le tour sera joué.

Quant aux Gilets Jaunes, sauf à présenter une liste aux européennes, certains rejoindront le vote Rassemblement National, d'autres mois nombreux la France Insoumise, pour la majorité d'entre eux ce sera le vote nul ou l'abstention. Leur demande d'une politique fiscale juste, d'une meilleure répartition de l'effort demandé, des services publics sur tout le Territoire, de pouvoir vivre décemment, donc de pouvoir mieux-vivre tout simplement sera t-il entendu ? Bien sûr que non. Les européennes ne signifieront pas la fin de l'histoire. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.